bernard lavilliers

Cette Année marque le retour sur scène de Bernard Lavilliers.

La chanson française "nouvelle formule" se porte plutôt bien, grâce au talent de ceux qui font vibrer les mots aux accents du rap, du rock ou du swing. Dans le même temps, on assiste au retour en force de chanteurs qui, comme Bernard Lavillier ou Alain Bashung, approchent de la cinquantaine, quand ils ne l'ont pas dépassée, comme Johnny Hallyday ou Jacques Higelin.

UN BİLAN MİTİGÉ.

Nelson Mandela

Nelson Mandela, ancien prisonnier politique devenu président

L'amorce de la paix en Israël et la victoire de Nelson Mandela en Afrique du Sud ne suffisent pas à occulter les dérives fanatiques qui se développent, tandis que l'Occident est occupé à régler ses propres problèmes.

LA TENTATİON POPULİSTE.

Au moment où l’on fête le cinquantième anniversaire de la Libération, certaines grandes démocraties européennes semblent chercher un second souffle, notamment en Italie où les scandales politico-financiers favorisent l'arrivée au pouvoir du magnat de la télévision Silvio Berlusconi, allié pour l'occasion à l'ancien parti néo-fasciste. En France, le scrutin européen sert d'exutoire et les électeurs réservent un accueil favorable à Philippe de Villiers et à Bernard Tapie. Comme en Italie, les formations traditionnelles font les frais de cette dérive populiste, à commencer par le Parti socialiste. À quelques mois de l'échéance présidentielle, le seul espoir de la gauche réside en la candidature de Jacques Delors. Mais ce dernier se retire de la course à l'Élysée à la fin de l'année. Dans le camp adverse, on pourrait se réjouir de ce retrait si le Premier ministre Édouard Balladur ne décidait de se poser en adversaire du "candidat naturel" de la droite, Jacques Chirac.

le tunel sous la marche

La Grande - Bretagne et la France sont désormais reliées par un tunnel

LA MONTÉE DES FANATİSMES.

Les événements qui agitent le reste du monde ne sont pas moins complexes. À commencer par le Proche-Orient, où la paix parvient péniblement à progresser. Après Yasser Arafat, le roi Hussein accepte de tendre la main à l'ancien ennemi israélien. On sent pourtant que le fanatisme peut tout remettre en cause, alors que les intégristes des deux bords multiplient les attentats. En Algérie, on tue également au nom de la religion. Mais à travers le régime algérien, c'est aussi la France que visent les islamistes, comme le confirme, à Noël, la prise en otage des passagers d'un vol d'Air France, qui se termine brutalement sur l'aéroport de Marseille après plusieurs journées d'angoisse.

LA HAİNE ET LA RÉCONCİLİATİON.

Mais le contraste le plus saisissant nous est offert par l'Afrique. Au printemps, un attentat qui coûte la vie aux présidents du Rwanda et du Burundi met le feu aux poudres dans cette région du globe. Profitant de la confusion, les dirigeants hutus donnent le signal du massacre de leurs ennemis tutsis. Dans l’indifférence quasi générale, plus d'un demi-million de civils vont trouver la mort lors des tueries. Les organisations humanitaires assisteront impuissantes à ces massacres. À l'autre extrémité du continent, l'Afrique du Sud prône, quant à elle, la réconciliation et la tolérance. Après trois siècles de servitude, la population noire prend enfin en main son destin. C'est surtout grâce à l'intelligence et à la persévérance de Nelson Mandela que cette transition peut se faire avec générosité et sans haine.

CHANTONS FRANÇAİS.

La chanson française est protégée par une nouvelle loi, mais ce sont encore les artistes, toutes générations confondues,qui garantissent le mieux leur avenir.

TOUJOURS BIEN PRÉSENTS!

Jacque Higelin
L'actualité du disque et de la scène française est marquée cette année par la présence d'une génération de chanteurs qui n'a pas dit son dernier mot. Flirtant tous avec la cinquantaine, ils séduisent un public de plus en plus large. Jacques Higelin, de retour au Cirque d'hiver, à Paris, le reconnaît lui-même : "Je crois que j'attaque ma troisième génération de spectateurs!", avoue-t-il sur Radio France. Il propose un nouveau spectacle où l'on peut entendre les chansons tirées de son dernier album (Aux héros de la voltige) et, bien sûr, les refrains que tout le monde attend :"Je veux cette fille", "Paris-New- York-Paris", etc Johnny Hallyday, lui, a fêté ses cinquante ans l'année précédente au Parc des Princes, mais il revient aussi sur scène, dans un espace plus intime cette fois puisqu’il s'agit de la salle de La Cigale, à Paris. Le public s'y bouscule et peut vérifier que le rocker français a toujours autant d'énergie pour chanter "toute la musique qu'il aime..." Les chansons qu'aime le comédien Philippe Léotard sont celles de Léo Ferré. Il le prouve en sortant un magnifique album qui, bien plus qu'un hommage, est une preuve que les textes du poète peuvent être murmurés, chantés ou tout simplement dits avec émotion. Plus jeunes de quelques années,Alain Bashung, Bernard Lavilliers et Renaud marquent également leur présence. Le premier clame haut et fort que sa "Petite entreprise"ne connaît pas la crise. Son dernier album remporte un succès équivalent au précédent. Succès également pour Bernard Lavilliers qui revient sur la scène de l'Olympia, en décembre, avec de nouvelles chansons. Quant à Renaud, plus prolifique que jamais, il signe un très bel album, au titre enjoué : "À la belle de mai".

Bernard Lavilliers

Bernand Lavilliers retrouve son public sur la scène de l'Olympia.

ELLES SONT İRRÉSİSTİBLES

Patrice kaas La popularité internationale de Patricia Kaas attire les publicitaires. L'image de la chanteuse s'exportant bien et véhiculant naturellement le charme français, le constructeur Renault réussit à la convaincre de chanter une chanson pour promouvoir les nouveaux modèles de "voitures à vivre". Patricia Kaas accepte ainsi d'interpréter une chanson originale intitulée "À qui d’autre que vous.", "Irrésistible", tel est le titre d'une chanson et d'un album couronné par l'Académie Charles-Cros cette année. La chanteuse qui voit son travail ainsi récompensé s'appelle "Juliette". Personnalité étonnante, Juliette évoque les capacités vocales et émotionnelles des plus grandes, telles Damia ou Edith Piaf. Après plusieurs années de cabarets et de petites salles, elle envisage de conquérir les plus grandes scènes. Son talent expressif devrait lui permettre de gagner les faveurs d'un public toujours plus vaste.









Patrice Kass
"A vous d'autre que vous"

Alain Bashun
"Petite entreprise"ne connaît pas la crise"

MONSİEUR HENRİ VA TRÈS BİEN.

Henri Savador

ll écrit son autobiographie (Attention ma vie, éditions Jean-Claude Lattès), il sort un nouvel album (Monsieur Henri) et il annonce qu'il va remonter sur une grande scène parisienne. Le 18 juillet de cette année, il fête ses 77 ans : Henri Salvador est en pleine forme! Combien de générations ont fredonné ses refrains? Depuis"Maladie d'amour", enregistré sur son premier disque en 1947, jusqu'au"Rock du placard" en 1994, en passant par "Zorro"," La Chanson douce", "Syracuse"," Blouse du dentiste..". À un âge où d'autres sont déjà depuis longtemps à la retraite, il s'envole pour New York et enregistre un album sous la houlette de Mick Lanaro, l'un des producteurs artistiques les plus recherchés du moment. C'est notamment à ce dernier que l'on doit le retour de Claude Nougaro avec"Nougayork", ou encore plusieurs albums de Johnny Hallyday et de Patrick Bruel. Pour Monsieur Henri, Salvador fait également appel à de nouveaux auteurs parmi lesquels on trouve Boris Bergman, Jean-Claude Vannier et l'auteur de bandes dessinées Martin Veyron. L'ensemble est musicalement très abouti. On y retrouve les accents du blues, du swing aux sonorités cuivrées et des mélodies douces. Henri Salvador s'autorise même une reprise surprenante, celle de "Layla", le tube d'Eric Clapton. Décidément, Monsieur Henri est en pleine forme!

SOUCHON-VOULZY.

Après vingt ans de collaboration, Alain Souchon et Laurent Voulzy semblent de plus en plus inséparables. Chacun parvient néanmoins à cultiver sa différence et à poursuivre son propre chemin.

laurent alain

UNE ALLİANCE DE TALENTS

Laurent Voulzy a toujours voulu faire de la musique et il a fait partie de nombreux groupes durant son adolescence. Avec l'un d’eux, il a même hanté le Golf Drouot. De 1966 à 1968, il tourne un peu partout en France dans le circuit des MJC. On trouve sa trace dans un enregistrement daté de 1969, le groupe s'appelle "Le Temple de Venus". Mais son activité de musicien ne s'arrête pas là. Régulièrement sollicité par d'autres chanteurs pour composer des mélodies, il utilise son vrai prénom (Lucien) pour signer ses partitions. On le retrouve, entre autres, arrangeur et chef d'orchestre pour Pascal Danel, en 1974! Il faut attendre 1972 pour qu'il enregistre un premier 45 tours solo sous son nom. De son côté, Alain Souchon connaît son premier succès professionnel en 1973, année où il remporte le Prix de la critique à La Rose d'Or d'Antibes. Les deux compères sont produits par la même maison de disques, RCA. C'est d'ailleurs là qu'a lieu la rencontre. Alain prépare un album et l'arrivée de Laurent est décisive.Ensemble, ils travailleront sur "Bidon"," Allo Maman bobo", "J'aï dix ans.".. Le succès est au rendez-vous. L'année suivante, Laurent chante "Rockollectíon", une chanson écrite par Alain. L'alliance des deux talents est plus que fructueuse.

DİFFÉRENTS ET COMPLİCES.

Beaucoup de choses devraient pourtant séparer les deux hommes. Ils ne partagent pas les mêmes goûts en matière de textes et de musiques. Alain adore Léo Ferré, Laurent trouve ça plutôt ennuyeux; Alain aime écrire, Laurent préfère jouer de la guitare; Alain est ténébreux, un peu cynique dans ses pensées; Laurent est souriant et optimiste. Pourtant, leur complicité est magnifique, autant dans le travail que dans la vie. Alain Souchon avoue volontiers que son compagnon de route n'attache pas une très grande importance aux mots, mais que ses inventions musicales l'obligent à inventer une autre manière de dire les choses. C'est une véritable transformation que tous deux sont obligés d'opérer pour continuer de travailler ensemble. Pour en savoir plus sur leur complicité, il est utile de glaner quelques phrases dans plusieurs interviews."J 'ai travaillé pour Laurent Voulzy, dit Alain, ça me prend beaucoup de temps, car c'est très délicat : il ne veut pas parler de choses trop profondes ou trop personnelles" (Télé Câble). Laurent Voulzy, lui, déclare : "Ce n'est pas un mystère de dire qu'il vend plus de disques que moi et qu'il arrive à terminer des albums plus vite aussi" (Platine). Mais les mots les plus pertinents sont dus à Alain : "Sur un piano, il est la main droite, celle qui fait des belles notes, qui plaît aux filles. Moi, je suis la main gauche..."

C'EST DÉJÀ ÇA.

Guilleret et désespéré.

Cette chanson donne son titre à l'album. La critique a noté que les textes sont plus engagés que d'habitude. Alain Souchon a d'ailleurs avoué qu'il s'agissait d'un album "plus social". Et il ajoute : "Finalement, c'est celui de mes disques qui correspond le plus à ce que je suis, même dans la désespérance!" C'est une année fertile pour le chanteur, qui publie également en livre un recueil réunissant 123 chansons.ll porte comme titre :" C'est déjà tout ça " (Seuil, coll. Point virgule). Pour près de la moitié de ces textes, on ne peut s'empêcher d'y associer les mélodies de Laurent Voulzy. Décidément, les deux artistes sont indissociables!

LE POUVOİR DES FLEURS.

Avec ou sans "géranium"

Tiré de l'album "Caché derrière","Le Pouvoir des fleurs " est une chanson-hommage un rien nostalgique de ce que l'on a appelé, dans les années soixante, le "Flower-power". Les mots d'Alain Souchon vont néanmoins bien plus loin qu'une simple évocation. Ils réinventent une philosophie avec une poésie toute en légèreté. Mais le choix des mots ne se fait pas sans mal parfois. Ainsi, dans Chorus. Les Cahiers de la chanson, Laurent Voulzy raconte : " Pour le dernier album, on a lutté à mort à propos du mot géranium.je ne voulais pas de ce mot-là. Ça donnait : "j'ai horreur de ce mot, de cette fleur, ce qu'elle représente"; Alain me rétorquait :"Tu n'as rien compris, tu cantes géranium...";[...] Finalement je l'ai chanté et je trouve que c'est bien... "

DES STYLES ET DES COULEURS.

La variété n'a jamais aussi bien porté son nom qu'en cette année où, des nouveaux aux anciens, chacun défend ses couleurs et son style.

HEURES HİNDOUES.

L'heure de la reprise

daho
La carrière d’une chanson est souvent imprévisible. Heures hindoues en est un exemple caractéristique. Il s'agit d'un refrain qui fit les belles heures de son créateur, Etienne Daho. Puis, cette année, elle est défendue par une chanteuse au répertoire habituellement plus jazzy, Liane Foly. Durant le mois d'avril 1994, Liane Foly est sur la scène de l'Olympia pour une série de concerts à guichets fermés. La communion avec le public est telle que Liane décide d'enregistrer un album live, sobrement titré "Lumières "! On y retrouve bien sûr son répertoire habituel avec ses chansons (Rêve orange...), mais également quelques reprises de standards de jazz comme 'Stormy weather' ou encore le célèbre tube de Erroll Garner,'Misty'. Cette dernière chanson a d'ailleurs été enregistrée non pas à l'Olympia, mais à Juan-les-Pins avec Michel Petrucciani au piano. L’ensemble de l’album est réalisé et arrangé par la chanteuse et par son compagnon, André Manoukian.

LES MAİNS QUİ SE CHERCHENT.

Un héritier de Polnareff.

Pascal Obispo Dans un univers musical souvent marqué par les rythmes et la danse, il est rare aujourd'hui de trouver des compositions comme celle-ci, alliant modernité et romantisme. Pour son premier album chez Epic, Obispo a su retrouver une ambiance que l'on croyait oubliée depuis la grande époque de Michel Polnareff, une ambiance où se mêlent,le rêve et la sensualité. Le public ne s'y est pas trompé, qui a réservé au chanteur rennais un accueil chaleureux ; pour le remercier, Pascal pense déjà à son prochain album...

JUSTE QUELQU'UN DE BİEN.

De la fantaisie et du mystère.

Enzo Enzo
Un nom et un titre ont propulsé une femme sur le devant de la scène."Leanom" tout d'abord," Enzo Enzo", qui indiquerait que la personne est d'origine italienne. Mais la réalité est différente. Enzo Enzo s'appelle en fait Körin Ternovtzeff. Née à Paris dans une famille d'origine slave, Körin découvre la chanson dès sa plus petite enfance. Si ses parents n'écoutent pas de musique à la maison, ils n’arrêtent pas de chanter. Adolescente, elle se réfugie dans la lecture et écoute Johnny Hallyday ou Jimi Hendrix. À la fin des années soixante-dix elle crée un groupe avec deux amies. Elle chante, bien sur, mais elle joue également de la basse. De 45 tours en 45 tours elle apprend le métier et impose son pseudonyme « C’est un sur nom, dit-elle, une fois pour moi, une fois pour les musiciens J'aime sa fantaisie, sa part de mystère, son côté androgyne › (Chorus. Les Cahiers de la chanson) "Juste quelqu’ un de bien" est écrit par le chanteur Kent. Leur union artistique se révèle payante et la chanson sera plébiscitée par les radios grâce à sa fraîcheur et à sa simplicité

OBSOLÈTE.

Un extrait du dictionnaire des jolis mots.

MC Solaar
Pour un artiste comme MC Solaar dont le premier album s'est vendu a plusieurs centaines de milliers d'exemplaires sur la planète, la sortie du disque suivant est un événement. En dehors de l'accueil que lui réservent la presse et le public, cette expérience lui permet de faire son propre bilan, de constater que l’étincelle du talent est toujours là. Alors que" Prose combat"devient disque d'or en France dix jours seulement après sa sortie en février 1994, on y découvre une succession de titres qui regorgent d'images fortes et contrastées. Il y a" La Concubine de l’hémoglobine", une composition grave et presque militante, et puis il a aussi "Obsolète". La trame musicale est signée Jimmy Jay un proche du chanteur, sacré champion de France des disc-jockeys mais les mots sont de Solaar, qui, en avril 1994, évoque ainsi sa technique d’écriture dans le magazine Elle, "J'adore les dictionnaires. Mon favori, c'est le dictionnaire des Jolis mots. J'en choisis un et Je délire autour. Pour la chanson "Obsolète", c'est venu comme ça, ça m'a rappelé "les étudiants africains, ils ont des mots comme ça qu'ils casent partout."

SERAS-TU LÀ?

Une année très chargée.

Véronique
Si l'on prend le calendrier de cette année, à chaque mois, à la rubrique « Sanson ››, on trouve un événement. Dès le mois de janvier, on peut l'entendre lors d'une soirée de soutien aux infirmières en grève. Elle est également présente sur les plateaux de télévision en invitée d’honneur de Taratata (sur France 2) et de Fréquenstar (sur M6). Il faut dire que l’actualité de la chanteuse est riche. Après l'énorme succès de son spectacle au Zénith, à Paris, l'année précédente, elle présente au public un nouvel album live. Son précédent disque (Sans regrets) avait atteint les 500 000 exemplaires. Au printemps, elle poursuit une tournée à travers toute la France avec deux rendez-vous parisiens, au Casino de Paris et à l'Olympia. Durant l'été, c'est "La fête à Véronique Sanson" aux Francofolies de La Rochelle : une dizaine de chanteurs amis viennent interpréter ses chansons avec elle. À la fin de l'année, le bilan est extraordinaire : avec deux albums, elle atteint le chiffre de 1 million de vente, et la tournée qu'elle a effectuée durant presque deux ans a réuni 250000 spectateurs "Seras-tu là ?" figure en bonne place des grands moments d’émotion de son spectacle. Le public est troublé par cet hommage de la chanteuse à Michel Berger, disparu en 1993.

JUSTE APRÈS.

La fidélité à un idéal.

Goldmand, Fredericks, jones L'un des événements de la première moitié de cette décennie a été la sortie de l'album "Rouge", sous la triple signature de Carol Fredericks, Jean-Jacques Goldman et Michael Jones. Cet album défend avant tout la fidélité à un idéal. Superbement présenté, le disque est accompagné d'un recueil de nouvelles du journaliste Sorj Chalandon, écrites en relation avec les chansons de l'album. La voix est au centre de tout ce travail : par le biais des chœurs de l’Armée rouge et des Voix bulgares, à travers la voix nue ou encore grâce aux duos et trios que proposent Goldman-Fredericks-Jones. Dans" Juste après", on découvre une ambiance grave, souvent présente dans le répertoire de Goldman : "Qu'est-ce qu'on peut bien faire, juste après ça ?"

CLARA VEUT LA LUNE.

Une chanson élégante et intimiste.

Alain Chamfort
Avec "L'Ennemi dans la glace" et" La Mélodie du malheur"," Clara veut la lune" fait partie de la poignée de trésors mélodiques qu’Alain Chamfort a concocté pour nous dans son album"Neuf", publié à l'automne 1993. Pourquoi Neuf? Bien sur parce qu'il s'agit du neuvième recueil solo du créateur de"Manuréva", mais aussi parce que le chanteur souhaite jeter sur son travail un œil neuf. Discret et déconcertant ,jouant sur la mode sans être l'esclave, Chamfort occupe une place à part dans l'univers de la chanson de par la diversité des expériences musicales qu'il a tentées .Après l'échec commercial de"Trouble" ,album ambigu et mal compris par la critique ,paru en 1990,Chamfort fait à nouveau appel à ses compères Jacques Duvall, Didier Golemanas et Marc Moulin."Clara veut la lune"est exemplaire de ce travail d'équipe qui met en avant le côté élégant et intimiste du chanteur. La version que l'on découvre ici est le fruit d'une amitié, puisque Michel Pelay et Alain Chamfort étaient tous deux membres de l'orchestre de Jacques Dutronc à la fin des années soixante.

SUR UN PRÉLUDE DE BACH.

À partir d'une mélodie si galvaudée qu’elle lui faisait peur, Maurane a réalisée avec cette composition de Jean-Claude Vannier l’un de ses plus beaux succès.

Maurane

Quand "casserole" rime avec " pot de colle "...

Quand on a grandi en Belgique entre une mère pianiste et un père directeur de conservatoire, il est difficile de ne pas tomber dans la marmite musicale. Claudine Luypaerts - plus connue sous le nom de Maurane - n'a pas cherché à échapper à son destin, mais elle a marqué sa différence avec ses parents en ne devenant pas concertiste. Si,le matin, elle se lève volontiers en écoutant la Passion selon saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach, elle n'en a pas moins choisi de trouver sa voix dans un répertoire plus contemporain. Elle a commencé par faire ses classes dans le jazz en se produisant dans les clubs de Bruxelles, avant de graver un album plein de swing intitulé HLM, en compagnie du flûtiste et saxophoniste Steve Houben. Ses premiers enregistrements, réalisés pour Pierre Barouh, ne débouchant sur rien de concret, elle décide en 1986 de se lancer dans une carrière grand public en enregistrant le CD"Danser". Son passage dans l'équipe de Starmania quelques mois plus tard confirme cette nouvelle orientation, tandis que son nouvel album, "Toutes les mamas", devient disque d’or avec plus de 150 000 exemplaires vendus. Quand on a placé la barre aussi haut, il est difficile de faire mieux. C'est pourtant le pari de Maurane lorsqu'elle prépare le disque suivant. Pour cette nouvelle aventure, elle s'entoure d'amis fidèles comme Peter Lorne et Jean-Claude Vannier, qui vont construire avec elle le succès de l’album" Ami ou ennemi". À la radio, les Singles (Mentír, Ça casse, Du mal...) Se Suivent et les ventes grimpent pour atteindre les 450000 exemplaires! L'une des plus belles réussites de ce disque de platine est" Sur un prélude de Bach" que Maurane doit à Jean-Claude Vannier, comme elle s'en est expliquée dans l’hebdomadaire La Vie du 10 octobre 1996: "La première chanson qu'il m'a proposée fut cet extrait de Bach. J 'ai été effrayée, j'avais même du dégoût : ce prélude avait déjà été mis à toutes les sauces des dizaines de fois; et puis, chanter des mots comme casserole ou pot de colle me semblait impossible. Il m'a demandé de lui faire confiance. Ce que j'ai ressenti sur scène avec cette chanson fut indescriptible, Vannier est un devin."

Céline Dion.
"Je sais pas".

Céline Dion

"Je sais pas" est une chanson de Céline Dion figurant sur son album "D'eux" sorti en 1995, écrite par Jean-Jacques Goldman et J. Kapler. Elle avoue dans cette chanson avoir appris à faire bien des choses dans la vie (certaines même en réalité impossibles mais qui donnent une pointe d'ironie "Détourner des rivières") et être prête à en faire un grand nombre ("Défier les machines, narguer les lois") mais ne pas savoir vivre sans la personne à qui elle adresse la chanson (" Mais la vie sans toi,je sais pas").