Un demi-siècle de chansons françaises et d'actualité : (1950 - 2000).

Serge Gainsbourg

Et Gainsbourg s'en est allé

Cette année là, la chanson française voit la disparition de deux de ses plus fortes personnalités, Yves Montand et Serge Gainsbourg. Tous deux, à leur manière, avaient contribué au bouleversement de nôtre univers musical, mais aussi culturel, en sachant faire preuve d'innovation et d'imagination

LA FİN DE LA FAUCİLLE ET DU MARTEAU.

indépendance

L'indépendance de la Slovénie sonne le glas de l'unité yougoslave.

Le coup d'Etat manqué des opposants à la perestroïka précipite la chute de l'Union soviétique

UN PUTSCH MANQUÉ.

La décomposition brutale du bloc communiste après l'émancipation des pays d'Europe de l'Est inféodés au Kremlin ne laissait guère de doute sur l'avenir du pouvoir soviétique. Alors que ses anciens alliés se convertissent un à un à l'économie de marché et à la doctrine libérale - mettant au passage un terme au pacte de Varsovie - l'URSS disparaît à son tour. Paradoxalement, c'est l'action d'un quarteron de politiciens nostalgiques de la période stalinienne qui va contribuer à l'accélération de ce mouvement. Alors que Mikhaïl Gorbatchev passe quelques jours de vacances dans sa résidence de Crimée, le vice-président Ianaiev prend le pouvoir avec la complicité d'autres dirigeants conservateurs. Le peuple de Moscou, électrisé par le courage du nouveau président de la fédération de Russie Boris Eltsine, se retrouve alors devant le siège du parlement pour faire échec au coup d'État. Après quelques hésitations, l'Armée rouge refuse d'apporter son soutien aux putschistes. Avec le retour sur le devant de la scène de Gorbatchev, tout rentre dans l’ordre à Moscou et dans le reste du pays.

LA MONTÉE DES NATIONALİSMES.

Boris Eltsine Ce baroud d'honneur des partisans du totalitarisme sonne le glas de l'Union Soviétique. En l'espace de quelques mois, les anciennes républiques de l'URSS prennent leur indépendance. On ne pourrait que s'en réjouir si cette émancipation ne coïncidait avec le réveil de passions nationalistes. En effet, un phénomène similaire est en train de tourner au drame dans l'ex-Yougoslavie, alors que les Croates, les Slovènes et bientôt les Bosniaques entendent prendre leurs distances vis-à-vis des dirigeants de Belgrade. Au terme des premiers affrontements, on perçoit que les Balkans pourront difficilement échapper à la guerre civile.





FACE À SADDAM

La guerre est décidément bien présente en cette année 1991, qui débute avec le spectaculaire conflit opposant les soldats de la coalition occidentale à ceux de Saddam Hussein. Jusqu'au bout, on a voulu croire que le dictateur irakien accepterait de retirer ses troupes du Koweït, mais il n'en est rien et l'opération "Tempête du désert" finit par avoir raison des prétentions du maître de Bagdad. Cette guerre éclair est pourtant loin de chasser les nuages qui recouvrent la politique dans cette région tourmentée du monde. La folie de Saddam a sans doute contribué à réconcilier Israël avec certains pays arabes, mais les observateurs s'étonnent que les États-Unis laissent en vie le dictateur irakien qui en profite pour poursuivre ses exactions en s'attaquant cette fois aux populations kurdes.

Koweit

Opération "Tempête du désert" dans les sables du Koweït

UNE ANNÉE RİCHE EN ÉMOTİON.

Avec la disparition de Serge Gainsbourg et de Yves Montand, la chanson perd deux de ses plus talentueux compagnons. Mais la vie reprend le dessus, de nouveaux refrains viennent traduire toutes les émotions du quotidien.

LA CHANSON EN DEUİL.

montand

Ultime coup de chapeau pour Yves Montand

L'année promettait d'être faste pour Yves Montand. Après les années quatre-vingt où il avait fait un retour sur la scène de l'Olympia en même temps qu'il était sur tous les fronts d'un militantisme de la liberté, il s'était consacré à son rôle de père depuis la naissance de son fils. Il n'en avait pas pour autant oublié sa passion pour le cinéma qui le vit triompher dans "Jean de Florette" aux côtés de Daniel Auteuil. Cette année, on attendait beaucoup de sa prestation dans le dernier film de Jean-Jacques Beineix, et son retour en chansons sur la scène de Bercy était annoncé. Il avait promis de présenter de nouveaux titres et de reprendre quelques-unes des 200 chansons qui l'avaient rendu si populaire. Aussi, lorsqu'à la fin d'une journée de tournage où il avait notamment plongé dans l'eau glacée d'un étang, on annonce qu'il a succombé à une crise cardiaque, c'est un véritable choc pour tous ses admirateurs. Avec sa disparition, la chanson perd l'un de ses plus grand talents.

DES OİSEAUX, DES CAİLLOUX ET DU PLASTİQUE.

venessa paradis Vanessa Paradis étonne, séduit et surprend. Après le succès de son dernier album où elle interprète des textes de Serge Gainsbourg, c'est la publicité qui s’empare d'elle pour la transformer en oiseau. Un oiseau un peu particulier il est vrai, puisqu'elle est assise sur un trapèze dans une cage, sous l'oeil gourmand d'un chat. On doit ce petit film publicitaire au réalisateur Jean-Paul Goude qui en a eu l'idée pour le parfum Coco du célèbre créateur Chanel. De son côté, Renaud se fait" Marchand de cailloux" - titre de son dernier album - et obtient le prix de l'Académie Charles-Cros. Dans sa production, on signalera une chanson titrée "Tonton", bien plus qu'une allusion au président de la République que le chanteur a toujours soutenu, et qui provoquera des critiques acerbes de la part de ses détracteurs. Signalons enfin le succès inattendu d'un nouveau venu dans la variété française : le groupe Elmer Food Beat, qui chante sur toutes les radios" Le plastique, c'est fantastíque" (ou la manière drôle et plaisante de coller à la réalité sombre du sida),prône l'utilisation du préservatif. La jeunesse française se reconnaît volontiers dans ce slogan et ce single sera l'un des plus gros succès de l'année. Ce nouveau type de prévention par le biais de la chanson fera des émules, l'information et les conseils se multipliant au cours des années suivantes.

Vanessa Paradis en cage pour les besoins d'un film publicitaire

Renaud - "Marchand de cailloux"

Noah

Saga Africa un nouveau succès pour Yannick Noah

MC SOLAAR

Grâce à lui, la France s'impose à son tour sur la scène internationale du rap, après l'Angleterre et, bien sûr, les États-Unis.

LA MUSİQUE DU BRONX

MC Solaar

Le rap, que les journalistes en mal de sensationnalisme baptisent un peu trop vite « la musique des banlieues ››, est avant tout celle des quartiers noirs de New York où elle a vu le jour. Dans le jargon des ghettos,"to rap" veut dire parler abondamment. C'est donc du bla-bla des rues du Bronx, rythmé par les rimes, que le rap est né dans les parcs publics, les terrains de sports et les boîtes de nuit. Très vite, les premiers rappers font école, à Chicago, Los Angeles ou Miami. Comme Londres ou Berlin, Paris découvre ce`style avec la sortie, en 1979, de "Rappèrs Delight" de Sugarhill Gang, qui popularise le genre en l'édulcorant suffisamment pour que les radios en acceptent la diffusion. Ce mouvement donne l’idée à Philippe Bourgoin d'écrire en français un rap bon enfant : ce sera l'aventure de "Chacun fait c'qui lui plaît", avec le groupe Chagrin d'amour. Il manque toutefois à ce disque l'ingrédient de base du véritable rap, à savoir le langage de la rue sur fond de réflexion sociale. C'est cette lacune que comble le chanteur Fab-5- Freddy en publiant" Une sale histoire", en 1982. Jusqu'à la fin de la décennie, un rap à la française Va se développer dans certains quartiers de Paris, avec l'appui de Radio Nova. Représentée par des artistes comme Tonton David, NTM ou Lionel D., cette scène musicale a cependant besoin d'une star pour élargir son audience. C’est précisément le rôle que va jouer MC Solaar.

MC SOLLAR ET MICHEL

MC Solaar et Michel Drucker aux Victoire de la musique

DE SOAR A SOLAAR.

De son vrai nom, Solaar s'appelle Claude M’Barali. Il est né de parents tchadiens, à Dakar, le 5 mars 1969, mais il n'a que quelques mois lorsque sa famille s’installe en France. De Saint-Denis à Évry en passant par Valenton, il va connaître la réalité quotidienne des banlieues populaires de la couronne parisienne. De son adolescence à Villeneuve-Saint-Georges, il glanera son pseudonyme dont il explique l'origine : "Quand je me suis choisi un nom, la banlieue vivait entre rap et tag. On s'interpellait du genre "Bon Soar !", et ma première signature fut un tag, “SOAR”. J'aimais bien ces lettres qui étaient les plus belles à tagger. Et dès le lendemain matin, je suis allé rajouter un L et un A pour faire SOLAAR" (Max, février 1994). Quant à MC, c'est un emprunt à l'univers du rap américain, en référence au Master of Cérémony, cet animateur qui improvise en rimes lors des soirées entre rappers. De son propre aveu, Solaar n'est pas un porte-parole des banlieues, même si ses textes en expriment le quotidien. Sur la pression des "grands frères" du quartier, il évite soigneusement les drogues dures et passe même son bac. Le mal des banlieues, ce n'est pas tant la violence que l'ennui qui s'installe lorsque le travail est inexistant. Ce handicap sera d'une certaine manière la chance de Solaar qui découvre la musique dans le sous-sol d'un immeuble où il retrouve chaque soir ses copains. Les disques de Michael Jackson servent de modèle pour le rythme, mais l'influence de Serge Gainsbourg, de Jacques Brel ou de Boby Lapointe est primordiale lorsqu'il s’agit de jouer avec les mots.

NOUVEAUX ET ANCİENS

Cette période de formation porte ses fruits en 1989 lorsque Solaar décide d'enregistrer une maquette. Il s'agit d'une composition personnelle, Bouge de là, qui lui vaut un contrat d'enregistrement en bonne et due forme. L’année 1991 est fertile en événements pour MC Solaar qui se retrouve sur la scène de l'Olympia en première partie du groupe américain "De La Soul", peu avant la sortie de son premier album, "Qui sème le vent récolte le tempo". Le temps de partager l'affiche avec James Brown au Zénith et c'est la sortie d'un nouveau best-seller, "Victime de la mode", qui raconte les déboires d'une fille qui veut trop ressembler aux mannequins des magazines. La réussite de "Qui sème le vent" (plus de 35000) exemplaires vendus est bientôt suivie de celle de l'album suivant, "Prose combat", qui a permis depuis au premier des rappers francophones de déborder largement le cadre de nos frontières.

BOUGE DE LÀ

Des histoire avec une morale

Le secret de la réussite de MC Solaar réside dans le fait que ses chansons sont avant tout des histoires avec une morale, et que ses rimes ont une raison. Cette évidence était apparente des premiers textes, "Bouge de là". "Au départ, je ne savais pas que j'allais rapper tout les jours. Tout s'est fait très vite.{...} Le type qui nous a signés connaissait particullièrement bien Public Enemy et James Brown, on pourrait discuter. Sur son bureau, il avait cinq cassettes de rap à peu près similaire, et la nôtre qui sonnait très différemment (Libération, 7 février 1994) le succès de Bouge de là publié en novembre 1990, ne s'est pourtant pas fait en un jour. Il fallu attendre la diffusion de clip associé à la chanson pour que les ventes du 45 tours démarrent, entrainant alors celles de l'album qui sème le vent.

HUMOUR,AMOUR ET FANTAİSİE.

Entre l'observation des beaux quartiers et l'apparition de la nostalgie des années soixante-dix, la chanson de cette année n'oublie pas que l'amour est source de bonheur.

AUTEUİL,NEUİLLY,PASSY.

Le rap des beaux quartiers.

Les inconnues Avec un thème identique à celui qu'avait abordé Gilbert Lafaille quinze ans auparavant dans son Neuilly Blues, "les Inconnus" vont connaître un succès sans précédent grâce à cet "Auteuil, Neuilly, Passy" que reprend avec saveur le Chorus Meps. "Les Inconnus", c'est ce trio comique et iconoclaste constitué par Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus, lancé parle producteur Paul Lederman pour tenter de combler le vide qui a suivi la disparition tragique de Coluche et de Thierry Le Luron. En pastichant le rythme et les rimes du rap, les Inconnus dressent un portrait amusant mais décapant de la bourgeoisie des parisiens. Le clip de la chanson véritable sketch en musique, contribuera largement au succès du trio ,en popularisant au passage l'expression "Bonjour, tu vas bi-eeeen? "reprise avec l'accent par tous les collégiens de France .Et comme on ne change pas la formule qui gagne ,c'est encore à l'aide d'un rap que " les Inconnus" vont bientôt poursuivre leur carrière discographique, cette fois avec un rap tout consacré à un sujet sensible pour une majorité des Français :les impôts.

ÇA CASSE.

Du jazz à la variété

maurane
"Ça passe ou ça casse",a-t-on l'habitude de dire. Contrairement à ce que pourrait laisser croire le titre de cette chanson, pour son interprète, "ça passe!". Maurane, jeune chanteuse de jazz, a fini par se rallier à la variété sans jamais renier le swing intense qui la fait vibrer. Au lendemain de son passage au sein de l'équipe de Starmania, et alors que son album "Toutes les mamas" connaît la consécration, Maurane décide de frapper plus fort encore avec le CD suivant, intitulé "Ami ou ennemi", qu'elle réalise en pleine complicité avec Jean-Claude Vannier et Peter Lorne. Son contenu est époustouflant de virtuosité vocale, notamment grâce à des titres comme "Mentir"," Sur un prélude de Bach" ou "Ça casse" qui séduisent d'emblée les programmateurs de la radio et de la télévision, permettant à l'album de devenir "Disque de platine".

DÉSENCHANTÉE.

Petit éloge de la folie.

Mylène Farmer
La sortie de Désenchantée prouve que Mylène Farmer entend poursuivre sa carrière en déclinant toutes les formes de libertinage. Après la polémique qui a accompagné la sortie de "Pourvu qu'elles soient douces", Mylène laisse percer une large note de désespoir avec ce "Désenchantée", pièce maîtresse de l'album L'Autre. Si ses fans acceptent de s'adapter aux méandres de sa démarche musicale, ses détracteurs n'hésitent pas à mettre son originalité sur le compte du déséquilibre mental. De telles critiques ne sont pas pour déplaire à Mylène qui prend un malin plaisir à déclarer au magazine Rockland : « La seule liberté au monde, c'est la folie. J'y ai déjà pensé (à la psychanalyse) ,mais je n'ai jamais passé le cap. En revanche ,j'aimerais pénétrer un milieu psychiatrique; je crois que cela relève d'un voyeurisme terrible, mais on pourrait en tirer tellement de choses .

ELLE S'APPELAİT ROSE KENNEDY.

Un thème d'actualité.

Patricia Kaas À bien des égards, cette chanson est un retour aux source pour Patricia Kaas, puisqu'elle retrouve l'atmosphère du blues qui lui est chère. Mais, surtout, cette composition lui permet de travailler à nouveau avec Élisabeth Depardieu qui a largement contribué à sa découverte quelques années auparavant. Pour faire bonne mesure, Didier Barhelivien et François Bemheim ont cette fois encore mis la main à la pâte pour raconter en musique le destin cruel de Rose Kennedy. Mère du président américain assassiné à Dallas en 1963, celle qui dirigeait d'une main de fer le clan Kennedy a vu disparaître tragiquement son deuxième fils Robert avant que la carrière du suivant Edward, soit ruinée par un scandale politique.

LE DERNİER QUİ A PARLÉ.

Musiques du monde.

Amina
L'engouement pour les musiques africaines a envahi la France depuis quelques années. II faut dire que Paris figure parmi les scènes les plus importantes, une scène où toutes les musiques peuvent s'exprimer. Le magazine Actuel célèbre la "sono mondiale" en décrétant que la capitale française est la capitale musicale du monde. l'expression de ce goût avait déjà trouvé une représentation spectaculaire en 1989, avec les tambours africains dirigés par le Sénégalais Doudou N'Daye Rose lors du défilé du bicentenaire de la Révolution française sur les Champs Élysées. On retrouve ces mêmes tambours sur scène en 1991 avec Bernard Lavilliers, et Jacques Higelin se produit à Bercy avec à ses côtés le Zaïrois Manu Dibango. Il n'est donc pas surprenant que la France choisisse une Tunisienne pour la représenter au Concours de l'Eurovision. Il s'agit d'une jeune chanteuse, Amina, qui chante avec grâce "Le dernier qui a parlé"dont elle signe elle-même le texte.

UN HOMME HEUREUX.

Tendre et lucide.

William sheller
William Sheller ne suit pas la mode : depuis ses premiers succès, il impose son style au rythme des albums. Au début de l'année, il sort d'une période faste de tournées où il a présenté un vrai spectacle plutôt qu'un simple tour de chant. Inspiré de l'univers de son dernier album"Excalibur", il évolue sur scène dans un décor signé du dessinateur Philippe Druillet. Après cette opulence d'images et de sons, le chanteur revient à une plus simple expression de son métier. Il décide d'enregistrer un nouvel album dépouillé de toute excentricité. Seul au piano, et devant un public choisi, il reprend certains de ses anciens succès ainsi qu’une poignée de nouvelles compositions dont "Un homme heureux"qui donne son titre à l’album. L'ensemble est enregistré en deux séances dans les conditions d’un concert intimiste. Un homme heureux propulse le disque aux premières places des ventes de l'année, et William Sheller attire un public fidèle lors d'une tournée qui s'effectue à guichets fermés..

DÉJEUNER EN PAİX

Turbulent, décidé, parfois agressif et surtout très índépendant: dans toute autre famille, un tel enfant pourrait faire craindre le pire. Mais, chez le Eicher les choses ne sont pas comme ailleurs...

DE LA VİE SCOLAİRE À LA RENCONTRE.

Stephan Eicher
Le père est violoniste et descend d'une famille de Gitans (les Yenish).La vie n'est pas facile et la famille est souvent obligée de déménager. Mais dans chaque appartement une pièce est toujours réservée aux instruments de musique du père. Nous nous trouvons en Suisse, dans la banlieue de Berne. On y parle allemand, à l'école on apprend le français, et quand le jeune Stephan rend visite à ses grands-parents il assiste à des conversations dans la langue des Yenish. Il racontera plus tard : « Quand ils avaient un peu bu, je me souviens qu'ils se mettaient à parler dans une langue sombre que je ne comprenais pas et cela me faisait peur. Surtout qu'ils parlaient très fort,avec beaucoup de tempérament”. ››À quatorze ans, il décide de quitter la famille. Ses parents lui proposent d'entrer dans une école aux méthodes pédagogiques souples et créatives. Il y restera deux ans.Puis il décide de travailler et, grâce à l'argent gagné, il s'inscrit dans une école d'art. Il étudie la peinture, la photo et la vidéo durant trois ans, puis son grand frère lui propose de participer à l'enregistrement d'un 45 tours avec un groupe punk. Le disque se vend très bien en Allemagne et dans les pays scandinaves. Il comprend alors qu'il peut vivre en faisant de la musique.1985, premier album solo, premier tube : "Two people in a room". Suivent deux autres disques, "Silence" en 1987 et" My place" en 1989. Deux ans plus tard, la rencontre avec l'écrivain Philippe Djian est déterminante. C'est Antoine de Caunes qui a l'idée de les réunir sur un plateau de télévision.Leur collaboration est inéluctable. L'album qui en découle est un événement. Il s'intitule "Engelberg", du nom d'une station d'hiver où Stephan se rend régulièrement. Un titre se propulse rapidement à la tête de tous les hit-parades :"Déjeuner en paix". Mais le succès ne pousse pas les deux hommes à se montrer. Le grand mystère qui s'installe sur leur collaboration est soigneusement entretenu. Tout au plus entend-on Stephan Eicher dire de Philippe Djian "Je trouve que ses paroles induisent déjà une musique. Je n'ai plus ensuite qu'à l'écrire."

LE SUCCÈS ET L'İNSAİSİSSABLE DJİAN.

En 1991, Philippe Dijan sort un nouveau roman, "Lent dehors". La critique littéraire a l'habitude de brocarder l'écrivian à succès, mais ce dernier n'en a cure, ca le film de Jean - Jacques Beineix "37°2 le matin", tiré d'un de ses romans, lui a soudainement attiré un public très large Philippe Djian devient l'écrivain culte de toute une génération. Son arrivée dans le monde de la chanson est un événement. De sa collaboration avec Stéphan Eicher, il écrira : "De temps en temps, nous nous regardons en souriant et commandons quelques verres pour éclaircir la gorge. Nous attendons le bulletin de la météo. Nous écoutons la musique des autres. Projetons un pique-nique pour demain soir [...] Cherchons à savoir combien de temps nous tiendrons."

Alain Bashung.
"Madame rêve".

Alain Bashung

"Madame rêve" est une chanson d'Alain Bashung sortie en 1991 sur l'album "Osez Joséphine".Cette chanson est un des grands succès du chanteur. Si certains y voient une évocation de la masturbation féminine, l'auteur du texte, Pierre Grillet s'oppose à cette interprétation, défendant simplement l'évocation poétique d'une femme avec laquelle il a vécu, qu'il raconte en 2015 dans un livre intitulé lui aussi Madame rêve. De l'aveu même de Bashung, la ligne mélodique aux pizzicati est inspirée d'un morceau du groupe Dead Can Dance, "In the Wake of Adversity". Bashung a eu l'idée de cette chanson lors du tournage du film "Rien que des mensonges", film français réalisé par Paule Muret, sorti en 1991, où il donne la réplique à Fanny Ardant. Elle fait partie de la B.O. du film, dont on retrouve d'ailleurs des extraits dans le clip vidéo de la chanson.

LAGAF.
"La Zoubida".

Vincent Lagaf La Zoubida est une chanson interprétée par Vincent Lagaf' en 1991. Le simple est resté onze semaines premier au top 50 de juillet à octobre 1991 et a été vendu à 625 000 exemplaires, et reçoit donc un disque de platine. Florence Gomet y a assisté. Dans un style soumis à controverse, que d'aucun qualifierait de raciste, l'interprète prend un accent arabe contrefait. La chanson raconte l'histoire d'une jeune fille, issue de l'immigration nord-africaine, prénommée Zoubida. Elle vit à Barbès, et ses parents lui ont interdit d'aller au bal. Toutefois, elle est emmenée par son ami Moktar, "sur un scooter doré". Malheureusement, il se trouvait que Mokhtar avait volé ce scooter. Conséquence : La police arrête les deux jeunes gens qui finissent la nuit au poste de police. La mélodie est répétitive. Des chœurs répètent chaque phrase.