johnny avec son fils

Avec son fils David, Johnny Hallyday célèbre ses trente ans de carrière.

Le cercle jusqu'alors très fermé des stars de la chanson française commence à s'élargir avec les retentissants succès de jeunes artistes. Mais pour tous, quelle que soit leur génération ,la scène redevient une étape incontournable.

L'ANNÉE DES EXTRÊMES.

Alors que les pays de l'Est goûtent aux joies nouvelles de la liberté et de la démocratie, l'lrak envahit le Koweït.Sans état d'âme, la plupart des nations se rangent derrière la bannière étoilée.

Nelson mandela

Après de nombreuses années d'emprisonnement, Nelson Mandela est enfin libéré.

LA LİBERTÉ EN MARCHE.

Liberté, fraternité : si souvent galvaudés, ces deux mots prennent enfin tout leur sens dans les pays d’Europe de l’Est depuis la chute du mur de Berlin. Les citoyens, en effet, votent à présent librement et élisent des hommes neufs, qui ont combattu l'idéologie marxiste-léniniste ou bien ont eu l'intelligence de prendre leur distance avec elle. Plus symboliquement encore, peut-être. le 3 octobre, tout un peuple célèbre dans la liesse la réunification allemande,à laquelle, il y a peu, personne ne voulait croire. En URSS, la liberté est également en marche. Face aux membres du comité central, Mikhaïl Gorbatchev propose dès février l'abandon du rôle dirigeant du Parti communiste et la légalisation des partis d’opposition, au moment même où les pays baltes se prononcent pour leur indépendance. Gorbatchev, qui signe un accord avec George Bush sur le désarmement chimique et souhaite réhabiliter les victimes du stalinisme, tire profit de cette nouvelle politique audacieuse : acclamé par la population allemande lors d’une visite à Helmut Kohl,il se voit attribué le prix Nobel de la paix!

UNE AUTRE İMAGE DE L'AFRİQUE DU SUD.

En Afrique du Sud, les choses évoluent aussi avec une rapidité déconcertante. Après quelque trente années d'emprisonnement, Nelson Mandela est enfin libéré. Si, dès le 11 février, le chef historique de l'ANC appelle à la poursuite de la lutte contre l'apartheid, allant même jusqu’à approuver les sanctions économiques contre son pays, il n’en cherche pas moins à trouver un moyen d'entente avec le président Frederik De Klerk pour que s'apaisent les haines entre les deux communautés.

L'İRAK CONTRE LE RESTE DU MONDE.

Mikhaïl Gorbatchev De l`Europe centrale à l'Afrique du Sud. on semble donc entrer dans une nouvelle ère, que l'on espère paisible. Dans le golfe arabo-persique, en revanche, il en va tout autrement. Le 2 août, les troupes irakiennes envahissent le Koweït, sous le prétexte de "mettre fin à un partage injuste des richesses dans la région". Face aux velléités expansionnistes de Saddam Hussein, les États-Unis annoncent un immédiat boycottage économique, tandis que l’URSS et la France suspendent leurs livraisons d'armes. Dès le 7 août, George Bush lance l’opération "Bouclier du désert", qui consiste à envoyer une force internationale afin de contrer toute attaque irakienne. Imperturbable, le dictateur de Bagdad appelle à la guerre sainte et semble résolu à précipiter la planète au bord du gouffre, se montrant très menaçant à l'égard d’Israël.

GRAND-MESSES À LA FRANÇAISE.

Les séances en studio terminées, place à la magie de la scène! Tandis que johnny Hallyday, Julien Clerc ou Patricia Kaas gagnent leur pari dans les salles parisiennes, de nouvelles voix se font entendre et "explosent" dans un monde musical en pleine mutation.

LES STONES S'OFFRENT UNE TOURNÉE..

les-rolling-stones En France comme ailleurs, on les croyait sur le déclin, tout juste bons à compter leurs dollars dans des châteaux de la Loire ou des palaces américains. Or, en 1990, les Rolling Stones se paient le luxe de sortir l'un des meilleurs albums de leur impressionnante carrière "Steel Wheels" et de renouer avec le public dans les stades les plus imposants de la planète. Cette tournée, qui passe par le Parc des Princes au mois de juin, est d'ailleurs celle de tous les records : durée (presque une année), rapidité de vente des billets, rentabilité (chaque minute passée sur scène rapporte environ 15 000 francs à chacun des Rolling Stones), et triple record aussi de la qualité, du plaisir et de la fête du rock’n’roll. Bref, les Stones sont bien là et montrent à ceux qui pouvaient en douter que l'on peut être né dans les années quarante et avoir encore beaucoup de choses à dire... et à chanter.

JEAN-MICHEL JARRE , A LA DÉFENSE.

michel jarre Si Johnny brûle les planches de Bercy pour ses trente années de carrière, Julien Clerc, lui, se produit au Zénith. Quant à Patricia Kaas, la plus grosse vendeuse de disques avec : Mylène Farmer, elle affronte avec bonheur le public de l’Olympia en février, une salle qui correspond idéalement à l'ambiance intimiste de ses chansons. Pour Jean-Michel Jarre, en revanche, il faut de grands espaces. Il a donc choisi ce haut lieu de la modernité française qu’est "La Défense" pour donner un concert monstre avec, à l`appui, un "light-show" tout à fait extraordinaire. En ce samedi 14 juillet, ce sont plus de deux millions de personnes qui répondent à l'appel du magicien des synthétiseurs. Personne ne fera mieux ,ni Tina Turner, ni Prince, qui ont respectivement choisi le château de Versailles et le Parc des Princes, ni même Pink Floyd qui, symboliquement, présente son œuvre maîtresse, "The Wall", au public berlinois!

JEAN-MICHEL JARRE , A LA DÉFENSE.

Liane Foly.
"Rêve Orange".

Manu Chao.
"King of Bongo".

Le groupe "La Souris déglinguée".

La Souris

PATRİCK BRUEL.

Après avoir séduit les foules grâce à quelques films remarquables, Patrick Bruel devient la nouvelle star de la chanson française. Sans être naïves, ses chansons vont droit au cœur de la jeune génération.

Patrick Brel

Les racines de Patrick Bruel se trouvent de l‘autre côté de la Méditerranée, en Algérie. C'est à Tlemcen, en effet, que voit le jour, précisément le 14 mai 1959, Maurice Benguigui, alias Patrick Bruel. Sans doute est-ce là l’origine de son sens inné du contact, si caractéristique des gens du Sud, mais aussi de sa sensibilité, voire son côté écorché-vif. Car, si Patrick était bien sûr trop petit pour prendre conscience du monde qui s'écroulait autour de lui, il n'en devait pas moins porter les séquelles de la guerre d'Algérie qui poussait les pieds-noirs à tout quitter pour se réfugier en métropole.

DU PARC DES PRİNCES À L'OLYMPİA.

Patrick Bruel Abandonné par son père peu après sa naissance, Patrick est élevé par sa mère, Augusta, qui est institutrice. En 1962,c’est l'adieu au soleil méditerranéen mais aussi à plusieurs années de conflit - pour la grisaille de la banlieue parisienne. À Argenteuil, ils vivent dans un modeste appartement puis, quelque temps plus tard, ils s'établissent dans une HLM du cinquième arrondissement de Paris, où Augusta a obtenu un poste d'enseignante. À cette époque, Patrick s'intéresse surtout au football et rêve même secrètement de devenir joueur professionnel. Mais la musique, alors en pleine effervescence, le passionne également. C'est d'ailleurs faute de n’avoir pu assister à un match au parc des Princes qu’il va voir Michel Sardou à l'Olympia, un soir de janvier 1975. Ce sera là le déclic. "Le lien entre lui et moi passait par Sardou, raconte Pascale, une amie de lycée. Sardou avant tout. Quand Michel squattait la radio, on faisait taire les autres. [. . .] On était capables de dérouler le répertoire entier."

ACTEUR ET COMÉDİEN.

Ce n'est pourtant pas par la musique, même s'il chante et joue déjà fort bien de la guitare, que Patrick Bruel débute sa carrière artistique. C’est avec le cinéma. En 1978, Alexandre Arcady l’engage pour incarner le fils de Roger Hanin dans "Le Coup de sirocco". Face à la caméra, le jeune comédien fait mieux que se débrouiller : il a une présence. Les réalisateurs en sont convaincus, qui ne cessent dès lors de frapper à sa porte. Ainsi jouera-t-il, entre autres, dans "Ma femme s'appelle reviens" de Patrice Leconte," Attention bandits" de Claude Lelouch, "La Maison assassinée" de Georges Lautner et "L'Union sacrée" d'Alexandre Arcady. Le théâtre et la télévision font également appel à lui. On a pu ainsi le voir dans "Maigret se trompe", dans "Mariage blues" (avec Florent Pagny), dans Le "Charimari" et dans "On m'appelle Émilie" où il donne la réplique à Micheline Boudet et à Maria Pacôme.

La Bande annonce du film
"Ma Femme S'appelle reviens".

La Bande annonce du film
"Attention Bandits".

La Bande annonce du film
"La Maison Assassinée".

La Bande annonce du film
"L'Union sacrée".

L'Union sacrée

CASSER LA VOİX.
Un exorcisme en tête des hits-parades.

C'est après avoir vu jacques Higelin aux Francofolies de La Rochelle en 1987 que Patrick Bruel a eu l'idée de cette chanson. Quelque peu dépressif, mais surtout écœuré par cette société qui semble courir à sa perte, il s'est mis à écrire, et les mots sont venus tout seul. Quelques mois plus tard, alors qu'il s'apprête à entrer en studio, il commence à retravailler son texte avec Gérard Presgurvic. "Pendant longtemps, Patrick n'était pas prêt pour chanter ce que je lui faisais dire, se souvient Presgurvic. Et puis il y a eu "Casser la voix", et un décalage est intervenu à ce moment-là; une fracture entre son côté léger et fantaisiste, et ce texte, cette blessure." Mick Lanaro, qui a produit le disque, ajoute :"Casser la voix" est né un dimanche, un après-midi chez moi. On travaillait et il me dit : "Tiens j'ai un début mais pas de maquette, ça me gêne parce qu'elle n'est pas finie." je lui réponds :“Vas-y”. C'était "Casser la voix". Il l'a faite à NewYork.

ALORS REGARDE.
Croisade contre les extrémismes.

Si "Alors regarde" est l'album de la consécration, il donne aussi une nouvelle image de Patrick Bruel, plus grave que celle que le public a découverte dans des films comme "La Maison assassinée" ou "L'Union sacrée". La chanson qui donne son nom à ce deuxième album en est la frappante illustration. C'est sans concession qu'il porte son regard sur le monde qui l'environne et qu'il dénonce l'intolérance, l'extrémisme et l'injustice - la condamnation à mort prononcée par l'lran contre Salman Rushdie après la publication des Versets sataniques comme la famine à laquelle se trouve confronté le continent africain. Mais le courant passe d'autant mieux avec les jeunes que Patrick Bruel fait, montre d'une louable sincérité et qu'il chante sur une musique d'une rare efficacité.

L'AMOUR EN RYTHME.

L'amour,heureusement,fait encore recette,jeunes et moins jeunes le pratiquent sur tous les rythmes, au féminin comme au masculin.

KAMA-SUTRA.
Prises de positions.

Michel Polnareff Selon le Petit Larousse, kama-sutra est un traité des règles de l'amour écrit en sanskrit entre les IVème et VIIème siècles. Mais c'est aussi la chanson-titre de l’album de Michel Polnareff, qui, paru en 1989, continue de connaître un franc succès l’année suivante. Leader du mouvement beatnik français, Polnareff avait naguère posé sur une affiche qui avait fait couler beaucoup d’encre. Aujourd'hui, depuis qu’il vit sous les ciels privilégiés de la Californie, il se dénude davantage encore. Certains peuvent sourire, d'autres crier au scandale, il n’en reste pas moins que l'"enfant terrible" de la chanson française ose s'exposer en utilisant comme seule arme aux qu’en-dira-t-on son sens inné de la mélodie. On a pu dire que cette chanson avait permis à Michel Polnareff de réussir son "retour", mais, pour de nombreux fans,il n'était jamais parti!

AMOUR DES FEİNTES.
time chef-d'œuvre pour jane.

jane La soixantaine passée, Serge Gainsbourg n'a rien perdu de son sens de la mélodie, de la phrase bien sentie. Toujours aussi actif, même s'il souffre moralement et physiquement ,il écrit en 1990 "White and black blues" que défend Joëlle Ursull au Grand Prix de l'Eurovision, et les albums Variations sur le même t'aime et "Amours des feintes", respectivement pour Vanessa Paradis et Jane Birkin. Alors quelque part dans cette vie aux Bouffes-Parisiens, avec Pierre Dux, se souvient des séances studio : "Quand vint le moment d'enregistrer l'album, Serge était dans un état effrayant de stress, de non-sommeil. De le voir comme ça,je me suis dit : mais pourquoi on fait ça ? on se tape la tête contre les murs ? Pourquoi autant de mal afin qu'il sorte ces choses qui sont tellement intimes ?" Amours des feintes, dont la pochette a été dessinée par Gainsbourg lui-même, est le dernier témoignage d'amour, de tendresse qu’il ait destiné à son exégérie. Pour certains, c’est même le plus bel album de la complicité Gainsbourg-Birkin, en tout cas le plus pathétique.

FAIS-MOİ UNE PLACE.
Retour au romantisme.

Julien Clerc Avec l’album "Fais-moi une place" paru en 1989, et la chanson-titre en particulier, Julien Clerc oublie quelque peu les rythmes latino-américains pour revenir au romantisme de ses débuts. Les synthétiseurs, samplers et boîtes à rythme laissent la place aux instruments acoustiques, lesquels créent un climat plus tendre, plus chaleureux. En 1990, qui voit l’artiste triompher sur la scène du Zénith,"Fais-moi une place",grimpe très haut dans les hit-parades. Les paroles sont signées Françoise Hardy, la musique Julien Clerc. Le courant est à l'évidence passé entre les deux stars de la chanson française.

SOURİS PUİSQUE C'EST GRAVE.
Le dandy de la chanson.

Alain chamfort Gérard Lenorman n’est pas le seul "petit prince" de la chanson, puisque Alain Chamfort est surnommé ainsi par le public japonais, qui lui voue un véritable culte. Lui non plus d’ailleurs n'a pas voulu s'enfermer dans un seul style. Musicien et fin mélodiste, il a prouvé, au côté de Serge Gainsbourg, qu'il était l'un des grands novateurs de la chanson française. Avec l'album "Trouble" et la chanson "Souris puisque c'est grave", qui est l'un des très beaux succès de l'année, Chamfort poursuit son chemin, avec ce souci de s'exprimer sur des orchestrations élaborées.

JE L'Aİ TANT AİMÉE.
Le blues du Sud-Ouest.

Art Mengo

Venu de Toulouse, comme un grand nombre d'auteurs-compositeurs, Art Mengo crée une musique originale, qui refuse toute facilité. Il écrit un peu comme un scénariste, chante avec nonchalance, à la façon d'un bluesman, et compose des mélodies qui ne peuvent pas laisser indifférent, comme ne peut laisser indifférent son physique de séducteur désabusé. Art Mengo, qui avec "Je l'ai tant aimée" réussit à élargir son public, offre une nouvelle image de la chanson française et déplace les frontières de la variété.












LES HOMMES QUİ PASSENT.
La nouvelle chanson réaliste.

patricia kaas Depuis qu'elle chante le blues, tout sourit à Patricia Kaas, qui a trouvé le juste milieu entre Billie Holiday et Édith Piaf. Ainsi, en 1990, elle triomphe avec "Les hommes qui passent", dont les paroles sont une fois encore signées Didier Barbelivien. Cette chanson, constitue même l'un des moments les plus attendus du spectacle que Patricia Kaas donne au Zénith au mois de mai 1990, quelques mois après son passage triomphal à l'Olympia. Si les hommes passent, la chanteuse, qui a trouvé un style où la modernité s’allie à la chanson réaliste, demeure en haut de l'affiche. Cette chanson est la confirmation d'un très grand talent.

PARADİS BLANC.
Vers un monde meilleur.

Michel Berger Que ce soit lui ou France Gall qui les interprète, les chansons de Michel Berger se suivent et continuent de connaître un succès égal. Ainsi, tandis que "La Légende de Jimmy" suscite l'enthousiasme du public, il sort un nouvel album dont est extrait cet admirable "Paradis blanc". On retrouve ici l'ambiance caractéristique du compositeur, qui sait mieux que quiconque forger une belle mélodie et écrire avec un sens profond de la poésie. "Je m'en irai dormir dans le paradis blanc/Où les nuits sont si longues qu'on en oublie le temps/Tout seul avec le vent/Comme dans les rêves d'enfants" : superbes phrases, mais hélas prophétiques!

LA LÉGENDE DE JİMMY.

Nouveau fruit de la collaboration entre Michel Berger et Luc Plamondon, cette comédie musicale, et la chanson-titre en particulier permettent à Diane Tell à asseoir sa flatteuse réputation.

Hommage à James Dean.

Diane Tell D'une manière générale, les comédies musicales chantées en français n'ont connu qu'un modeste succès dans l'Hexagone, peut-être parce que, aux yeux du public, les créateurs américains et anglais étaient jugés indépassables .Il y a toutefois de notables exceptions : celles de Michel Legrand (Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort) et celles nées de la collaboration entre le compositeur Michel Berger et le parolier québécois Luc Plamondon, c'est-à-dire "Starmanía" et "La Légende de Jimmy". Sans peut-être faire l’objet du même culte que Starmania, La Légende de Jimmy n’en témoigne pas moins de la profonde complicité qui existe entre la France et le Quebec, plus particulièrement entre des artistes unis par la même passion pour la chanson pop de qualité et pour la langue de Voltaire. Dans la réussite artistique de La Légende de Jimmy, il faut également associer à Berger et Plamondon la belle et talentueuse Diane Tell, qui a su, non seulement adapter sa voix à la partition, mais encore la sublimer, comme d'ailleurs Tom Novembre et Renaud Hantson qui en sont eux aussi les héros. Diane Tell n'a plus rien d'une débutante lorsqu'elle enregistre cette composition de Berger et Plamondon. Née au Québec à la fin des années cinquante, celle qui se nomme alors Diane Fortin a tout d'abord appris le violon puis la guitare. Élève du Conservatoire, elle a écrit ses premières chansons dans les années soixante-dix et les a ensuite interprétées dans les clubs de Montréal. Peu après, elle a même enregistré une maquette six chansons en anglais et six autres en français qui, hélas, a été refusée. Déçue, Diane Tell décide de tenter sa chance en France. Le public parisien réserve immédiatement un accueil chaleureux à la jeune chanteuse qui, avec notamment "Si j'étais un homme"," On a besoin d'amour" et "Faire a nouveau connaissance", se révèle l'une des ambassadrices du renouveau de la chanson québécoise, tout en prenant à plusieurs reprises une certaine Françoise Hardy comme parolière. Quant à Berger et Plamondon, ils ont visé juste en proposant "La Légende de Jimmy" à Diane Tell, qui obtient là un des grands succès de l'année.

MALDON.
Bal populaire à Paris.

Zouk Machine Né aux Antilles dans les années quatre-vingt, le zouk fait une entrée plus que triomphale en métropole au cours de l’année 1990. Le Zouk, que l'on peut traduire par "bal populaire", est en fait une "relecture" modernisée de la biguine, c'est-à-dire enrichie de funk afro-américain et d'instruments électroniques. Si le groupe Kassav en est le premier porte-parole, avec notamment le hit "Zouk-la sé sèl médíkaman nou ni" "Le Zouk est notre seul médicament", en 1984 d’autres formations ne vont pas tarder à suivre le même chemin. Ainsi "Zouk Machine", un trio de fort ravissantes danseuses, qui, avec Maldon, illumine en cette année 1990 toute la France métropolitaine de ses rythmes torrides.

LE JERK.
Retour aux sixties.

Thierry Hazard Dans les années soixante et soixante-dix, le jerk, qui consiste à se balancer sur le rythme sans avoir besoin d’un(e) partenaire, était à la mode dans toutes les surprises-parties. Quelque vingt ans plus tard, après la fièvre du disco, cette danse retrouve une seconde jeunesse grâce à Thierry Hazard, ex-guitariste du groupe rock GPS. Il faut dire que l'artiste, que l'on a comparé non sans raison à C. Jérôme, est un grand amoureux des décennies passées, comme l'attestent cette chanson et sa reprise réussie de "Tout,tout pour ma chérie" de Michel Polnareff.

Fredericks Goldman Jones.
"Nuit".

Goldman, Fredericks, Jones "Nuit" est une chanson coécrite par Michael Jones et Jean-Jacques Goldman, composée par ce dernier, et sortie en 45 tours en décembre 1990. Chantée par Jean-Jacques Goldman et Carole Fredericks, elle s'est classée n°6 en France et n°30 aux Pays-Bas. Selon Goldman, la chanson a été écrite pendant l'enregistrement de l'album Fredericks Goldman Jones. Premier single de l'album, le choix de cette chanson en tant que tel a pourtant été fait "à la dernière minute"."Je crois qu'il n'y avait aucun titre qui se détachait vraiment très nettement de cet album, dans le sens où on les aimait tous. Il y avait toujours trois personnes qui étaient pour tel titre, trois personnes pour tel titre, trois personnes pour tel titre etc... Donc il a fallu choisir et je crois qu'on a choisi le dernier jour que ce soit celle-là, mais sans raison vraiment très précise.", précise Goldman.

Fredericks Goldman Jones.
"Un, deux, trois".

Un, deux, trois "Un, deux, trois" (One, Two, Three) est une comédie américaine réalisée par Billy Wilder en 1961. Le film est connu pour son rythme rapide prenant en toile de fond le conflit Est-Ouest pendant la guerre froide. En 1961, pendant la guerre froide, C. R. MacNamara, représentant à Berlin-Ouest de la société Coca-Cola, ambitionne d'en devenir le directeur en Europe, et d'introduire la boisson derrière le rideau de fer. Son patron, Wendell Hazeltine, lui demande de s'occuper de sa fille, Scarlet, qui fait un séjour en Europe. Mais la jeune femme disparaît, puis revient accompagnée d'un militant communiste, Otto Ludwig Piffl, qu'elle présente comme son mari. Ils se rendent également compte qu'elle est enceinte. MacNamara, qui souhaite ardemment sa promotion, transforme alors le jeune homme en quelques heures en un gendre idéal pour Hazeltine. Il le fait adopter en payant un comte désargenté pour lui donner une situation sociale. Il l'engage comme chef d'une usine de production de Coca-Cola pour lui donner une situation professionnelle. Il lui constitue également une garde-robe en correspondance. Lorsque Hazeltine rencontre son gendre, il est subjugué. MacNamara obtient alors une promotion.

Vanessa Paradis.
"Tandem".

Vanessa Paradis "Tandem" est le 7e single de Vanessa Paradis. Il est sorti au printemps 1990 en 1er extrait de l'album Variations sur le même t'aime, écrit par Serge Gainsbourg et composé par Franck Langolff. "Tandem" sort fin mai 1990 en France, peu avant la sortie de l'album "Variations sur le même t'aime". Il sort ensuite au Canada en juin. C'est d'ailleurs le dernier single de Vanessa Paradis commercialisé dans ce pays. Puis c'est au tour de l'Europe en septembre. Le Japon,lui,ne met en vente que l'album.