télévision

La chanson est de plus en plus présente à la télévision: Julio Igllésias, Michel Sardou, Mireille Mathieu et Serge Lama sont ici les invités de Michel Drucker qui lance ses "Rendez-vous du Dimanche".

Pendant que les candidats des partis s'affrontent dans l'arène politique , la chanson semble peu concernée par les changements qui interviennent à la tête de l'Etat. Elle s'intéresse avant tout au quotidien dans ce qu'il peut avoir de touchant et de banal, sans oublier les références obligatoires à l'amour et à l'humour.

UN NOUVEAU PRÉSİDENT.

L’actualité est surtout politique en cette année 1974, alors que la France, l’Allemagne, le Portugal et les Etats-Unis voient de nouveaux dirigeants accéder au pouvoir.

GİSCARD FACE À MİTTERRAND.

En France, l`élection présidentielle se prépare à l'avance. Georges Pompidou ayant été élu en 1969, sa succession ne devait s'ouvrir qu'en 1976. Mais sa mort soudaine, au soir du 2 avril 1974, plonge les grands partis dans l'embarras. Selon les termes de la Constitution, les candidats ne disposent que d’un mois pour faire campagne. Le premier, Jacques Chaban-Delmas entre dans la course à l'É1ysée, bientôt suivi par Valéry Giscard d’Estaing et par François Mitterrand.Au total, sans compter Pierre Messmer et Edgar Faure qui ont un temps d’annoncé leur intention de briguer la magistrature suprême, on dénombre douze candidats officiels à la veille du scrutin. Entre les deux tours, Giscard et Mitterrand se retrouvent face à face à la télévision pour tenter de convaincre les Français. Le soir du 19 mai, le premier devient, de peu, le vingtième président de la République, tandis que le second déclare : "Le combat continue, la victoire est inéluctable."

giscard face à mitterrand

Au second tour des élections présidentielles, François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing se retrouvent face à face. Giscard sera finalement élu.

Georges Pompidou

Le président George Pompidou disparait.

PUTSCH ET DÉMİSSİONS.

Richard Nixon

Les Français ne sont pas les seuls a connaître une année mouvementée. Au Portugal, une junte militaire prend pour une fois la défense de la liberté en menant une révolution pacifique qui remet en marche une démocratie bâillonnée quarante ans plus tôt. En Allemagne fédérale, les sociaux-démocrates restent au pouvoir mais changent de leader : Hehnut Schmidt est élu chancelier au lendemain de la démission de Willy Brandt, dont l’un des proches conseillers vient d’être convaincu d'espionnage au profit de l'Est. Plus spectaculaire encore est le départ de Richard Nixon. Le scandale du Watergate n'en finissait pas de rebondir depuis quelques mois et le président américain n'a pu empêcher son nom d'être mêlé à cette sombre affaire. Abandonné par ses propres amis, il cède sa place au vice-président Gerald Ford, personnage peu charismatique qui ne restera que deux ans à la Maison-Blanche

POUR SE DİSTRAİRE.

Les soubresauts du monde politique n'auront qu'une incidence mineure sur les activités sportives et culturelles. Eddy Merckx, non content de remporter un cinquième Tour de France, est sacré champion du monde à Montréal devant... Raymond Poulidor! De l'autre côté du Rhin, où l'on accueille la Coupe du monde de football, on se passionne d'autant plus pour la compétition qu'elle est remportée par la RFA, devant les Pays-Bas et la Pologne. La France n'y a pas participé, mais nos concitoyens se consolent en découvrant au cinéma de nouveaux réalisateurs : Claude Pinoteau avec "La Giffle", Bertrand Blier avec "Les Valseuses" ou encore Just Jaeckin qui effeuille Sylvia Kristel dans "Emmanuelle".

CHANTER, RİRE, DANSER ET PLEURER.

La morosité de l'actualité nationale ou internationale n'envahit pas le monde de la variété. On connaît la chanson:quand tout va mal, on sort les paillettes!

Emmanuelle

CLAUDE, PLEURE AU TELEPHONE.

On chante, on danse jusqu'à l'aube et on rit de bon cœur. Et si l'on pleure, c'est encore et toujours par amour. Claude François est le plus grand en la matière. Il réalise la plus grosse vente de disques de toute sa carrière avec un titre où il nous fait témoins des désastres d'une séparation en chantant avec une petite fille au téléphone. "Le téléphone pleure" touchera tous les divorcés qui se reconnaissent sans mal dans ce père qui tente de renouer le dialogue avec son ex-épouse. Le divorce est d'ailleurs dans l'actualité avec la nouvelle loi qui vient d'être adoptée par le Parlement et qui permet la séparation par consentement ..... mutuel. Le téléphone pleure figure sur un album où l'on trouve un autre tube "désespéré" du chanteur, "Le Mal-aimé". La séparation en chanson est également à l'honneur avec Alain Barrière qui signe son grand retour sur le devant de la scène en se livrant à un duo amoureux avec Noëlle Cordier enchantant "Tu t'en vas".

Claude François
"Le téléphone pleure"

Claude François
"Le Mal - aimé

VOUS SAUREZ TOUT SUR LE...

Pierre Perret

L'événement le plus inattendu dans la chanson françaises en 1974 ne porte qu'un nom : Le Zizi. Bien sûr, le public avait l'habitude des facéties de langage de Pierre Perret depuis de longues années, mais là, il frappe très fort. Au-dessous de la ceinture, diront les plus choqués... Pensez, la chanson ne parler que de.. zizis. Resultat : plus d'un million vendus et presque autant de 45 tours. Lorsque la chansons passe la première fois sur les antennes d'Europe 1, le standart téléphonique est saturé d'appels enthousiastre ou scandalisés. La France se coupe en deux, les pour et les contre. Une véritable "zizimania" se developpe un peu partout ; on voit même des pâtissiers qui mettent en vente des gâteaux aux formes suggestives ! Il existe plusieurs version de la chanson : de langue créole à une version techno en passant par une interprétation en allemand où le Zizi devient Der Postillon d'Amour. Vingt ans après, Pierre Pierret assume toujours bien ce succès : "Le Zizi est une chanson engagée !" a-t-il coutume de déclarer.



LES DÉBUTS D'UN ENFOİRÉ...

Coluche L'année est à marquer d'une pierre blanche pour Michel Colucci. Le spectacle qu'il présente avec ses musiciens au Café de la Gare, à Paris, attire de plus en plus de monde. Coluche ne se contente pas de faire rire, il agresse tous ceux qui font commerce de bêtise et d'hypocrisie. Avec la sortie de son premier 33 tours où l'on retrouve les sketchs qui vont devenir des classiques, Coluche rencontre le grand public. Il déclenche les fous rires dans les salles et sur les plateaux de télévision. Michel Drucker qui vient de lancer sa toute nouvelle émission, L

Abba

Cheveux blonds et musique pop:le groupe ABBA est reçu par Michel Drucker.

MÉLODİES SUR GRAND ÉCRAN.

Sylvia Kristel Un film occupe toutes les couvertures de magazines du mois de juin : la comédienne Sylvia Kristel pose dénudée, assise sur un fauteuil en rotin. Sylvia est Emmanuelle! Le réalisateur Just Jaeckin peut être heureux. Au-delà des cris poussés par les ligues de vertu, son film reste à l'affiche sur les Champs-Élysées durant onze années. Le thème musical et la chanson du générique sont confiés à Pierre Bachelet, un jeune compositeur qui hante les studios depuis quelque temps et qui signe ainsi son premier succès. Une autre chanson passe sur toutes les radios en 1974 "Porque te vas" est chanté en espagnol par Ana Torrent, une chanteuse d'origine anglaise. Cette chanson sera utilisée par le réalisateur Carlos Saura pour son film "Cría cuervoš" qui sortira sur les écrans en 1975. Ajoutons enfin un dernier film qui fait fureur et scandale en France : "Les Valseuses". Son réalisateur Bertrand Blier partage sa réussite avec trois comédiens qui n'ont pas fini de faire parler d'eux : Gérard Depardieu, Miou-Miou et Patrick Dewaere. La musique du film est signée Stéphane Grappelli


LA GIFFLE
Les Valseuse
Emmanuelle

La band annoncé du film "La Giffle"

La band annoncé du film "Les Valseuse"

La band annoncé du film "Emmanuelle"

MİCHEL FUGAİN.

En trente ans de carrière, la musique de Michel Fugain a changé, mais l'enthousiasme et l'esprit de générosité qui animaient le chanteur sont toujours au rendez-vous.

PLUS ÇA VA. MİEUX ÇA VA.

MİCHEL FUGAİN

Quand certains critiques ont enterré Michel Fugain au début des années quatre-vingt, ils sont allés un peu vite en besogne. Il est vrai que la chanson anglo-saxonne était très présente sur les ondes et que les textes français avaient du mal à faire recette, mais c'était sans compter sur la capacité de Fugain de rebondir. Depuis la sortie de "Viva la vida" en 1987,son nom a rarement quitté les hit-parades. Tout au long de l'automne 1995, il a tourné en France avant de remplir le Casino de Paris pendant un mois. Au programme, d’anciens succès, mais aussi les plus grandes chansons de "Plus ça va", son dernier album en date qui montre qu'il n'a jamais cessé d'évoluer musicalement.

COMÉDİEN OU COMPOSİTEUR?

MİCHEL FUGAİN Le chanteur Fugain cache un musicien remarquable dont les mélodies ont enrichi les répertoires de Dalida, Hugues Aufray, Nana Mouskouri ou Marie Laforêt. On est au début des années soixante et ce jeune Dauphinois, né le 12 mai 1942 à Grenoble, n'a jamais vraiment envisagé de faire carrière dans la chanson. Il a entamé des études de médecine avant de s'apercevoir qu'il n'est pas fait pour marcher sur les traces de son père. Les disciplines artistiques l'intéressent davantage et on le retrouve bientôt à Paris sur les plateaux de cinéma où il devient le second assistant d'Yves Robert tout en suivant des cours d'art dramatique. L'un de ses compagnons de l'époque n'est autre que le fils de l'acteur Fernand Sardou, qui impressionne ses condisciples par son assurance sur les planches. Michel Sardou est un inconditionnel de Johnny Hallyday et il cherche à auditionner chez Barclay. Ses copains retroussent leurs manches pour lui écrire quelques chansons; les mélodies de Fugain font mouche, ce qui lui vaut une place de compositeur aux Nouvelles Éditions Barclay. De la composition au disque, il reste un pas que Fugain franchit en 1966 avec... "Un pas devant l'autre". À partir du deuxième 45 tours, les choses sérieuses commencent : Prends ta guitare, chante avec moi lui vaut de passer à l'Olympia en lever de rideau, et "Je n’aurais pas le temps", sur un texte de Pierre Delanoë, lui assure un succès durable

Michel Fugain compose, Pierre Delanoë écrit.

METTRE EN SCÈNE LA CHANSON.

Michel Fugain et Stéphanie Fugain a la nostalgie du théâtre et du cinéma. Si la chanson l'attire, il voudrait aussi la rendre plus spectaculaire. Sa comédie musicale "Un enfant dans la ville", crée sur scène et à la télévision au début de la décennie suivante, est déjà une ébauche de ce que sera l'expérience du Big Bazar. Michel a gardé de son enfance une tendresse toute particulière pour les grandes familles; c'est cette ambiance qu'il recrée avec le "Big" en réunissant dans une même communauté chanteurs, danseurs et techniciens. Au passage, il rencontre Stéphanie qui deviendra la mère de leurs trois enfants; l'aînée, Marie, est aujourd'hui l'une de ses proches collaboratrices. Les années soixante-dix ont pour Fugain l'occasion de vivre sur scène ses convictions les plus profondes. Il veut réaliser pour le public, et avec lui, un spectacle collectif, fait de joie et de générosité. Le point d'orgue de cette grande époque résonne au Havre, en 1977, lorsque Fugain et les siens réalisent pendant trois mois une animation non-stop dans la ville. Alors que "Le Chiffon rouge" devient l'hymne des sidérurgistes lorrains en grève, le chanteur tourne avec une nouvelle troupe, la Compagnie Michel Fugain, avant de monter une école de spectacle à Nice. Les années suivantes sont plus mitigées, et il prend le temps de se remettre en question. Depuis toujours, Michel a éprouvé le besoin d'aménager dans sa vie des temps de réflexion qui débouchent invariablement sur de nouvelles expériences. Regonflé à bloc, il n'a jamais manqué l'une de ses rentrées. La seule chose qui ne change pas chez lui, c'est sa conviction. Ses musiques peuvent évoluer, mais jamais il ne cessera de chanter la liberté. Sur son album le plus récent, des titres comme "La Bête immonde" ou "Le Petit Vieux du square Saint-Lambert" sont là pour nous rassurer : plus que jamais, le cœur de Fugain continue de battre.

DE LA CHANSON POUR TOUS LES GOUTS.

Toutes les étapes d'une vie ordinaire trouvent leur interprète en 1974, d'Alain Souchon, qui célèbre les plaisirs de l'enfance, à Daniel Guichard, qui chante la nostalgie de son père.

GENTLEMAN CAMBRİOLEUR.
Le plus grand des voleurs.

Jacques Dutronc Après avoir connu la gloire en livre puis au théâtre, Arsène Lupin a vu ses exploits racontés au cinéma par Jacques Becker et Edouard Molinaro. Mais la télévision n'avait pas encore adapté les aventures. L'une des dernières grandes réalisations de l'ORTF sera justement consacrée au héros de Maurice Leblanc, dont le rôle est confié à un sociétaire de la Comédie-Française, Georges Descrières. Pour interpréter la chanson de ce feuilleton de qualité, les producteurs ont eu l'excellente idée de s'adresser à Jacques Dutronc, dont la désinvolture n'est pas sans rappeler celle de Lupin. En quelques phrases langoureuses, accentuées par la présence d'un saxophone, le chanteur parvient à recréer une atmosphère 1930 sur un superbe générique en ombres chinoises. La réussite de cette série prestigieuse contribuera à celle de la chanson, restée depuis l'un des tubes de Dutronc.

JE SUİS VENU TE DİRE QUE JE M'EN VAİS.

Les pleurs de jane.

Serge Gainbourg et Jane Birkin
1973 aura été une drôle d'année pour Serge Gainsbourg, "l'homme à la tête de chou". Il est victime d'une crise cardiaque, ce qui ne l'empêchera pas de donner des interviews par téléphone depuis sa chambre d'hôpital, et il enregistre un album d'où ne sortira qu’un seul tube "Je suis venu te dire que je m 'en vais". En 1974, la chanson fait un malheur dans les boîtes de nuit où l'on danse le slow sur ce poème de la séparation. Jane Birkin fut la plus surprise en entendant le disque. En effet, en fond sonore, Serge Gainsbourg a mis les pleurs de sa femme, enregistrés à son insu! Sur le même album, on trouve une chanson qui pourrait figurer sur la carte de visite du chanteur : Par hasard et pas rasé.

PARLEZ-MOI DE LUİ.

Il ne pense qu'à toi.

nicole croisille
Parlez-moi de lui est sans doute l'une des chansons qui vient immédiatement à l'esprit lorsque l'on évoque Nicole Croisille. En fait, le titre original de ce morceau était "Il ne pense qu'à toi". Mais l'interprétation de la chanteuse a laissé une empreinte si profonde dans notre mémoire, avec ce cri du cœur "Parlez-moi de lui", qu'il en est devenu le titre. Pourtant, si l'on en croit le témoignage de Claude Dejacques, à l'époque directeur artistique de Nicole, le succès était loin d’être gagné : "On choisit bien à point la tonalité et le tempo, avec l'insaisissable Jean Musy ". Studio Davout. Mixage. Personne n'est très content du résultat. Tant pis! sorti tel quel, le titre grimpe tout seul aux hit-parades, lentement comme une démangeaison. Gagné! On avait gagné! Et Nicole était sortie du tunnel, cette fois sous son nom et non plus sous le masque de Tuesday Jackson. ››

LADY LAY.
La province se réveille.

Pierre Groscolas Tout au long des années soixante, Paris a été le centre névralgique du show-business. C'est là que sont concentrés producteurs, maisons de disques et studios. Pour ceux, comme Michel Polnareff ou Julien Clerc, qui veulent explorer d'autres voies, il y a bien sûr la possibilité de travailler à Londres. Au début de la décennie suivante, la province s'organise. C'est surtout vrai à Toulouse où Jacques Cardona et les cousins Porterie Jean-Michel et François ouvrent les portes du studio Condorcet. Les premiers à y enregistrer seront Daniel Seff et ses Swingers, ainsi que Chœur, le groupe de Pierre Groscolas. "La Fille du vent", signée Daniel Seff, apporte un premier succès à Groscolas en 1971, suivi l'année suivante de "L'amour est roi". Quelques mois plus tard, "Au revoir" grimpe sur les hit-parades. Mais l’heure de gloire de Pierre survient véritablement en 1974.

MON VİEUX.

On n'est jamais si bien servi que par soi-même

Daniel Guichard
Daniel Guichard aurait voulu faire carrière avec un répertoire de titi parisien, une casquette d'apache sur la tête, mais le destin en a décidé autrement et il joue désormais sur le registre de l'émotion. Il a pris l'habitude d'emprunter à d'autres des textes et des mélodies qu’il adapte ensuite à son image. Il découvre ainsi une belle musique que souligne un texte un peu trop engagé à ses yeux : "Initialement, il y avait un thème de paroles qui commençait par “Dans son vieux pardessus râpé, il s'en allait l'hiver, l'été”, et ça a tout de suite fait tilt. Mais il y avait aussi “Quand on travaille au chemin de fer, on peut pas dire que c'est la misère et des tas de trucs que jamais je ne pourrai chanter. Il y avait de très belles phrases que j’ai prises, mais j'ai enlevé tout ce qui était un petit peu trop Ferrat dans l'esprit, et j’ai refait une autre chanson qui me correspond." Le résultat lui va si bien que Guichard obtiendra un best-seller avec" Mon vieux".

J'AI DİX ANS.
Alain Souchon.

Alain Souchon Cette année-là, Alain Souchon a 29 ans, mais on peut dire que cela fait dix ans qu'il galère de cabarets en 45 tours à l'audience confidentielle quoique "L'Amour 1830" ait été remarqué l'année précédente. Il obtient le Prix de la critique à la Rose d'Or d'Antibes avec cette chanson composée au départ pour... Frédéric François! Bob Socquet, son directeur artistique chez RCA, lui propose alors d'enregistrer un album. C'est un autre artiste de RCA qui sera son arrangeur : Laurent Voulzy. Dans la revue Chorus, Alain Souchon évoquait cette rencontre :"Lui [Voulzy], les mots il s'en foutait! Ce qui l'intéressait, c'était le rock, les Beatles,les musiques américaines; mais il a été touché par l'ambiance de mes chansons." Touché et complice à tel point qu’en travaillant sur l'album, il compose une musique sur laquelle Souchon écrit des paroles. La chanson s'intitule "J'ai dix ans". Ce sera la première œuvre commune, et elle sera le tube de l'album. Une équipe à deux vient de naître.

MA PEİTE JULİA.

Gros rire ou tendresse.

Pierre Pierret2

En 1974,L’incroyable succès du Zizi a eu tendance à quelque peu éclipser les autres chansons de Pierre Perret. Pourtant, sur son nouvel album, outre l'hymne à l'organe masculin, on peut entendre certains titres qui deviendront au fil des années des "classiques" de Pierrot-la-tendresse. Citons en vrac : "Donnez-nous des jardins", "Les Majorettes"," Marie"," Ma petite Julia..." Excusez du peu! En fait, le chanteur ne dévie pas de la route qu'il s'est tracée, avec virages dans l'humour le plus énorme et haltes dans la poésie la plus travaillée. Ma petite Julia,appartient au monde des mots doux. En 1986, face au journaliste Patrice Delbourg, Pierre Perret expliquait sa méthode de travail : "L'écriture est une besogne. Qu'on le veuille ou non, on en chie toujours. Même lorsqu'on traverse une période de bonheur avec un luxe de trouvailles. Je peux mener quatre ou cinq chansons de front. Indifféremment je pousse les pions de ritournelles tendres ou gaillardes." (cité dans Mélodíes chroniques, Le Castor astral)

DİTES-MOİ.
Enfin seul.

Michel Jonasz Ça y est, Michel Jonasz sort son premier album solo! Il avait déjà chanté, bien sûr, mais avec un groupe, les King Set. Là, avec la complicité de Jean-Claude Vannier, il peut enfin croire en sa bonne étoile. Complicité? Peut-être plus que ça. Jean-Claude Vannier est de ces gens qui sont toujours derrière les coups de génie de la chanson française. Il collabore avec Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg (pour l'album Melody Nelson), écrit des chansons pour Jane Birkin, entre autres - et trouve encore le temps de se composer des chansons pour lui tout seul! Toujours est-il qu'en 1974, il travaille à l'éclosion du premier album de Jonasz. Le succès commercial est très mitigé, mais tout le monde s'accorde à dire que le chanteur a de l'or dans la voix et un swing inimitable. D'ailleurs, sur cet album intitulé "Super nana", plusieurs chansons s'imposeront au fil des années.

Les premiers pas...de la comédie musicale.

Tous les timides ont applaudi lorsque cette chanson a débarqué sur les ondes. La gaucherie de celui qui n’ose pas, l’amour qui est diflîcile à avouer "Le Premier Pas" raconte tout cela.

Claude - Michel Les premiers pas...de la comédie musicale "Le premier pas, j'aimerais qu’elle fasse le premier pas..." Mais qui est donc ce chanteur que personne, ou presque,ne connaît ? Il s'agit de Claude-Michel Schonberg. Seuls ceux qui ont aimé en 1974 sur cette mélodie du bonheur peuvent se souvenir de lui. Pourtant, il n a rien d'un courant d’air dans le métier de la chanson On peut même dire qu'il y est incrusté depuis de nombreuses années. On trouve sa trace aux cotes de Michel Berger et de Bernard Saint-Paul à la fin des années soixante.Ils sont tous les trois directeurs artistiques chez Pathe-Marconi.Comme les autres, Claude-Michel Schonberg quitte la maison de disques en 1971. Il est toujours avec Michel Berger quand ils découvrent Véronique Sanson. Il sera de la première équipe, celle qui fera éclore la chanteuse. Mais l'homme a d'autres ambitions, Il écrit paroles et musiques, et rêve de comédies musicales. Cette année 1974 sera pour lui décisive. Non seulement il se paie le luxe d'être en tête des hit-parades avec "Le Premier Pas", mais en plus une comédie musicale qu'il a coécrite est à l'affiche au Palais des sports de Paris. Il s'agit en fait du premier opéra-rock jamais créé en France : "La Révolution française". Pour être complet,citons les trois compagnons de Claude-Michel Schönberg qui ont composé et écrit avec lui : Raymond Jeannot, Jean-Max Rivière et Alain Boublil. C'est avec ce dernier que Schönberg récidivera quelque temps plus tard pour "Les Misérables". Cette comédie musicale obtiendra un Award (aux États-Unis, l'équivalent d'un Oscar) en 1987. Sa voie est tracée depuis ce succès scénique de 1974. En revanche, hormis un autre disque, on ne voit plus guère Claude-Michel Schönberg en chanteur depuis l'avènement du Premier Pas.

Claude - Michel

ILS ONT FAİT LA RÉVOLUTİON.

Revolution Tout comme "Godspell" et "jésus-Christ Superstar", "La Révolution française" a vu défiler de nombreux chanteurs qui, pour la plupart, ont poursuivi une carrière solo. Précisons que cette Révolution a été enregistrée en disque l’année précédente et que ce ne sont pas forcément les mêmes interprètes sur disque et sur scène. Les Martin Circus sont de l'aventure. lls chanteront la partition du Tiers État.Le député Charles Gauthier, héros de l'histoire, est chanté sur disque par jean-Pierre Savelli qui deviendra quelques années plus tard Peter aux côtés de Sloane! La belle héroïne est interprétée par Noëlle Cordier. On la retrouve en compagnie d'Alain Barrière pour chanter "Tu t'en vas". On signale également la présence dans les chœurs d'un certain Daniel Balavoine.

Martin Cicus.
"La Révolution".