Claude françois et Clodette

Claude François et ses Clodettes : de l'énergie à revendre, sur scène comme en studio.

C'est vraiment à partir de cette année 1971 que les artistes français privilégient les albums au détriment des 45 tours. Sous l'impulsion d'arrangeurs et d'orchestrateurs zélés, le travail en studio devient dès lors plus élaboré que naguère. La chanson française y gagnera beaucoup.!

LA FRACTURE OCCİDENT-ORİENT.

Alors que les intellectuels et les artistes cherchent à sortir la France et les démocraties occidentales de leur torpeur, la maladie s'abat sur le lointain Bangladesh. Le fossé semble donc bien se creuser entre l'Occident et le reste du monde.

un jeune Bangladesh

Le jeune Bangladesh est écrasé par la famine et la maladie.

LA GAUCHE À ÉPİNAY.

La gauche à Epinay

Tandis que Georges Pompidou et le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas ne s'éloignent guère de la ligne instaurée par le général de Gaulle, l'opposition tente de s'organiser. François Mitterrand obtient au mois de juin, lors du congrès d'Épinay-sur-Seine, le soutien de la majorité des clubs de la gauche non communiste, devenant du même coup le premier secrétaire du nouveau Parti socialiste.Son double objectif est limpide: concurrencer le Parti communiste et apparaître comme la seule alternative crédible au gaullisme.

À BAS LA CENSURE!

Sous l'impulsion des politiques, mais surtout des intellectuels et des artistes, la France prend conscience de certaines de ses faiblesses. Dans "Mourir d'aímer", le cinéaste André Cayatte relate la liaison amoureuse "honteuse" entre Gabrielle Russier et l'un de ses élèves, qui s'est terminée pour l'enseignante de façon fatale, tandis que Jean-Jacques Pauvert, dans son livre "Le Vrai Problème de la censure", S'en prend aux Zélés gardiens de la morale. Censure, voilà bien un mot qui révulse également le philosophe Maurice Clavel. Mécontent du traitement que l'on a fait subir à son film de présentation, il refuse de débattre avec le maire de Tours, Jean Royer, et quitte le plateau d’à armes égales en prononçant la phrase qui demeurera célèbre :"Messieurs les censeurs, bonsoir!"

L'AİDE AU BANGLADESH.

Vus des pays du Tiers-Monde, les états d’âme de la France et des autres démocraties occidentales apparaissent bien dérisoires. Née dans la guerre que se livrent l'Inde et le Pakistan, la jeune république du Bangladesh se trouve confrontée à une épidémie de variole et de choléra qui ravage les populations. Incapable de soigner de façon efficace les quelque deux millions de réfugiés bengalis, l'Inde, par la voix de son Premier ministre Indira Gandhi, lance un appel à l'aide internationale. Celui-ci sera entendu par de nombreux pays et par l'ex-guitariste des Beatles George Harrison qui, à New York, le 1 août, organise un concert monstre ,avec notamment Bob Dylan et Ravi Shankar. Mais cette dramatique situation montre que le fossé se creuse chaque jour davantage entre l'Occident et le reste du monde.

LA SUPRÉMATİE DU CİNÉMA İTALİEN.

Face à la famine et aux conflits, le cinéma continue de faire recette. Si les films à capitaux américains, notamment "Love Story" d'Arthur Hiller et "Un été 42" de Robert Mulligan, conquièrent le vieux continent, l'Italie n'en réussit pas moins à tirer son épingle du jeu. C'est en effet en 1971 que Bertolucci réalise "Le Conformíste", Fellini "Les Clowns", Visconti "Mort à Venise" et Pasolini "Le Décaméron". Quel pays fait mieux en Europe ? À vrai dire, aucun, si ce n'est peut-être l'Angleterre avec "Music Lovers" de Ken Russell, "Orange mécanique" de Stanley Kubrick et "Le Messager" de Joseph Losey. Quant à la France, en cinéma comme en politique elle semble être alors à la recherche d'un second souffle.

La bande annonce du film "Un Eté 42".

La bande annonce du film "Mort de Venise".

La bande annonce du film "Le Décaméron".

La bande annonce du film "The Music Lovers".

La bande annonce du film "Orange mécanique".

UNE NOUVELLE FIÈVRE CRÉATRİCE.

Gainsbourg et Jane Le compositeur de Melody Nelson n'est toutefois pas le seul artiste de l'Hexagone à privilégier les 33 tours. Après être passé à l’Olympia, Julien Clerc sort l’album. Julien Clerc qui, avec notamment "Ce n'est rien", "La Fille de la véranda" et "Niagara", le propulse parmi les valeurs sûres de la chanson française. Quant à Johnny Hallyday, c'est dans un studio londonien fréquenté par les Stones, les Beatles et Led Zeppelin qu'il enregistre "Flagrant délit", un album lumineux par lequel il prouve, comme Gainsbourg, que la langue française peut parfaitement s'adapter aux rythmes du rock. À l'inverse, Gilbert Montagné préfère chanter en anglais, ce qui ne sera pas pour déplaire à près de trois millions de jeunes qui se précipiteront chez les disquaires pour acheter "The Fool".














HUMOUR ET ROMANTİSME.

Gainsbourg et Jane

Les Poppys, un groupe d'Asnières qui chante "Non, rien n'a changé."

Sévérine En 1971, la chanson humoristique est également plébiscitée par les Français. Grâce à un précieux coup de pouce de Claude François, Patrick Topaloff enregistre "J'ai bien mangé, J'ai bien bu" qui fera un malheur à la radio et sur les plateaux de télévision, à l'image des Charlots qui, avec "Merci patron", réussissent la gageure de s'attirer les foudres à la fois du patronat et des syndicats qui, semble-t-il, n'apprécient guère la dérision. Dans un registre différent, Ringo Willycat, Gérard Palaprat et Gérard Lenorman conquièrent le cœur des Françaises avec respectivement "Elle, je ne veux qu'elle", et "Fais-moi un signe", tandis que les banlieues exultent à l'écoute de "Non, rien n'a changé" d'un goupe vocal d'Asnières baptisé "les Poppys". Autres artistes qui émergent en ce début de décennie: Severine, qui remporte à Dublin le Premier Prix de l'Eurovision avec "Un banc, un arbre, une rue" et Nicoletta avec le solennel "Mamy blue". Elles partagent les honneurs des hit-parades avec notamment Charles Aznavour, qui a écrit la musique du film d'André Cayatte "Mourir d'aimer", et Pierre Perret, qui a composé la romantique mélodie "Ouvrez la cage aux oiseaux", ou bien encore Claude François.

Les Poppys.
"Non, rien n'a changé."

Patrick Topaloff.
"J'ai bien mangé, J'ai bien bu."

Les Charlots.
"Merci Patron."

Ringo.
"Elle, je ne veux qu'elle".

Severine.
"Un banc, un arbre,une rue".

CLO-CLO ROİ DU YÉYÉ.

Claude FrançoisIl faut dire que, après dix années de carrière, sa carte de Visite est pour le moins impressionnante. Né le 1er février 1939 en Égypte d'un père français et d'une mère d’origine italienne,il débarque en France en 1956, où il fait ses premières armes comme percussionniste et batteur de jazz. Membre de l'orchestre d'Olivier Despax, il s'établit ensuite à Paris, ce qui lui vaut d’être remarqué par Jean-Jacques Tilché, directeur artistique chez Fontana. Grâce à ce dernier, et sous le surnom de Kökö, il enregistre "l'arabisant " Nabou Twist en 1962 qui, à dire vrai, ne connaît aucun succès. Malgré tout, conscient du talent de son jeune protégé, Tilché accepte de lui donner une seconde chance.Ce sera "Belles belles belles" qui paraît quelques mois plus tard.Si "Belles belles belles" propulse Claude François sous les feux de l'actualité,"Si j'avais un marteau", "La Ferme du bonheur", "Même si tu revenais" ou bien encore "Le Jouet extraordinaire", sortis entre 1963 et 1965, vont faire de lui le véritable leader du mouvement yéyé. Tandis que ses chansons caracolent en tête du hit-parade de Salut les copains, des milliers de jeunes, au bord de l’hystérie, assistent à ses spectacles, conquis par un frénétique jeu de scène. Bref, le chanteur suscite alors les mêmes passions que les Beatles ou les Stones outre-Manche!





C'est avec l'enthousiasme de la jeunesse que Claude François est devenu l'un des monstres sacrés de la chanson française. Au début des années soixante-dix,sa popularité est encore au zénith.

Claude François

CLO-CLO avec ses fans.

UNE İMAGE CONSENSUELLE.

Durant la seconde moitié des années soixante, qui le voit créer sa maison de disques Flèche, Clo-Clo poursuit sur sa lancée, sachant hier comme aujourd’hui s'entourer d'excellents musiciens et paroliers. Viennent notamment "Comme d'habitude","Avec la tête, avec le cœur","Si douce à mon souvenir" et "C'est de l'eau, c'est du vent", tandis qu'il multiplie les concerts et les apparitions à la télévision avec ses sensuelles Clodettes. Une telle popularité, qui ne se démentira pas jusqu'à sa fin tragique en 1978, repose certes sur la qualité de ses chansons, qui sont souvent des adaptations du répertoire anglo-saxon ou latino-américain, mais elle lui vient aussi des relations qu'il entretient avec son public. À travers son fan-club, à travers le journal Podium qu'il a fondé, à travers ses prestations, Claude François donne de la nouvelle chanson française une image acceptable. Bien peigné et habillé, il n'a rien des hippies qui ont émergé au milieu des années soixante et, en conséquence, il n'inquiète pas les parents. Quant aux jeunes, ils trouvent en ce chanteur doté d'une énergie peu commune le messager de leurs propres espérances.

Claude François

UNE NOUVELLE CHANSON POPULAİRE.

Les artistes français s'expriment sur tous les rythmes. Certains prennent leur envol, d'autres se maintiennent en haut de l'affiche.

L'AVENTURA.
Je t'aime, moi aussi.

Au milieu des sixties, rien ne laissait prévoir que Stone et Charden entreraient quelques années plus tard dans presque tous les foyers et les discothèques de l’hexagone avec un slow au romantisme certain. Stone, en effet, avec sa coiffure à la Brian Jones (le guitariste des Rolling Stones), avait été élue "miss Beatnick." Quant à Éric Charden, aux côtés d’Antoine et de Michel Polnareff, il appartenait à cette nouvelle génération de compositeurs qui avaient beaucoup écouté Bob Dylan et les Beatles. À vrai dire, Stone et Charden n'auront pas à se plaindre de ce virage stylistique à 180 degrés. Avec "L'Aventura", ils montrent qu’il est possible d'être moderne et d’avoir vécu les bouleversements de mai 68 tout en restant attaché à certaines valeurs de notre chère société occidentale. "L’aventura, c'est la vie que je mène avec toi/L'aventura, c’est dormir chaque nuit dans tes bras" : cette chanson est apparue à sa sortie comme un sincère plaidoyer pour le couple. Tout récemment, elle a même fait partie des cent plus belles chansons françaises dans le hit-parade de Canal Plus.

POUR UN FLİRT.
Un succès inattendu.

Miche Delpech Deux petites années après avoir chanté les rêves de la "génération fleurie" avec Wíght is wíght, Michel Delpech se retrouve sous les feux de l'actualité grâce à "Pour un flirt". Le message, toutefois, est bien différent. Disons même qu'en ces temps de libération sexuelle, cette chanson va à contre-courant, les adolescents préférant alors passer tout de suite à l'acte plutôt que de flirter. Le chanteur, lui-même, sera surpris de rencontrer un tel succès.

Ce n'est pas sur elle que je comptais. Elle est même sur la face B du disque et j'espérais beaucoup du "Blé en herbe" qui est beaucoup plus élaboré. C'est curieux le succès de "Pour un flirt" , Michel Delpech

MAMY BLUE.
Un succès international.

Julien Glerc C'est à Londres, sous la direction artistique du jazzman Ivan Jullien, que les parties instrumentales de Mamy blue ont été enregistrées. Ex-chanteur du groupe Zoo, Joël Daydé en réalise une version somptueuse, qui trouvera sans tarder le chemin du succès. Puis, avec le même playback, Nicoletta l'enregistrera à son tour et, pour ce qui est du volume des ventes, fera encore mieux que Daydé... Mais quelle que soit la version alors plébiscitée par les Français, il est clair que la légitime consécration de Mamy blue repose autant sur son climat solennel, qui évoque les meilleures œuvres de soul, que sur la voix, qui, pour une interprétation réussie, doit être à la fois puissante, juste et aussi sensuelle. Après les Pop Tops et les Stories, dont les adaptations en 1971 et 1973 ont respectivement atteint les 57ème et 50ème places des hit-parades américains.

İL.
La solitude, ça existe!

Gérard Lenorman

Si les années de galère se terminent avec son engagement dans Hair dans le rôle de Claude, créé par Julien Clerc, Il laisse d'un coup entrevoir à Gérard Lenorman de nouvelles perspectives qu'il n'imaginait sans doute pas. Cette chanson remportera en effet la Rose d'or d’Antibes en 1971. Comme en témoignent cette composition de Guy Skornik et plusieurs autres chansons de son répertoire, Gérard Lenorman n'oubliera jamais les difficiles années de son enfance.



CE N'EST RİEN.
Une heureuse inspiration folklorique.

Julien Glerc En 1970, Julien Clerc se produit sur la scène de l'Olympia, sans rencontrer au départ un très grand succès. Bruno Coquatrix lui-même doute de l’avenir du chanteur, lui confessant que "jamais une grosse vedette populaire en France n'aura les cheveux longs". Or, quelques mois plus tard, le patron de l'Olympia fait de nouveau appel au jeune chanteur... Pour quelles raisons ? Tout simplement parce que Julien Clerc a sorti quelque temps plus tôt un superbe 33 tours, en réalité le premier conçu comme un album (et non plus comme une compilation), sur lequel on trouve .notamment "Ce n'est rien". Née de la complicité de Julien Clerc et d'Étienne Roda-Gil, la chanson est inspirée d'un thème folklorique d'Europe centrale ainsi que d'un drame personnel que vient de subir Roda-Gil. Elle confirme tout le bien que l'on pensait alors de l'ex-chanteur de Hair.

FAİS-MOİ UN SİGNE.
Un billet pour l'Extrême-Orient.

Gérard Palaprat Décidément, l'avenir a souri à tous les jeunes chanteurs qui ont débuté dans la comédie musicale Hair. Ainsi, Gérard Palaprat obtiendra avec "Fais-moi un signe", dont les arrangements sont signés Pierre Chiffre, l’un des plus grands succès de l'année 1971. Selon la légende, les droits de cette chanson lui auraient permis de partir en voyage en Extrême-Orient, afin de rejoindre ceux qui, avant lui, avaient fui le matérialisme occidental. Ce qui est certain, c'est que "Fais-moi un signe" a forgé ce qu'il faut bien appeler le "mythe" Palaprat.

ON LAİSSE TOUS UN JOUR.
Les débuts d'une nouvelle ère.

Michel Fugain 1971 marque un tournant de première importance dans la carrière de Michel Fugain : après les succès de "Prends ta guitare, chante avec moi" et de "Je n'aurai pas le temps", qui ne lui ont pas fait regretter une seule seconde d'avoir abandonné le cinéma où il était assistant réalisateur, il redouble d’activité pour écrire une comédie musicale. ll s'agit "d’Un enfant dans la ville" qui, cette même année, est diffusée à la télévision. Puis, c est la sortie d'"on laisse tous un jour". Une mélodie comme on en écrit peu et qui enthousiasme les Français sans distinction d'âge. On devine aussi chez l’artiste, qui s’est entouré d'Hugues Aufray et de Vline Buggy pour écrire cette chanson, un profond désir de travailler en groupe. Le Big Bazar n'est pas loin !








OUVREZ LA CAGE AUX OİSEAUX.

De plain-pied,je suis entré dans le monde de Pierre Perret. Il ne ressemble à aucun autre, il lui appartient tout entier. De ses poèmes et de sa musique jaillit une immense tendresse pour ceux qui n'ont rien et qui, confiants, galopent à la poursuite d'un introuvable bonheur.Alain Decaux

Esther gralill

Le propre de tout artiste digne de ce nom est de créer une œuvre originale qui charme l'auditeur en même temps qu'elle s’inscrit dans le contexte de son époque. Pierre Perret l'a bien compris qui toujours surprendra son monde - agréablement d’ailleurs! en se trouvant là où on ne l'attend pas vraiment. Ainsi en 1965,alors que bien des chanteurs dits "traditionnels" se voient, impuissants, emportés par la déferlante rock, lui accepte d’assurer la première partie des Rolling Stones à l'Olympia. Certains, au départ, ont dû le prendre pour un inconscient. Or, contre toute attente, les fans de Mick Jagger réserveront au compositeur de" Moi j'attends Adèle" et du "Tord Boyau" un accueil des plus chaleureux. C'est que, tout en s'inscrivant dans la droite ligne d’un Georges Brassens, voire d’un Léo Ferré, Pierre Perret, dès le milieu des années soixante, réussit à renouveler le langage de la chanson française. Il a une façon bien à lui de s’adresser aux jeunes, d’extérioriser leurs fantasmes, en employant une imagerie argotique qui fait mouche. Pour preuve, "Les Jolies colonies de vacances" et "Tonton Cristobal", sortis en 1966 et 1967, ou bien "Le Zizí", paru en 1974. Tout ce qui tend à désacraliser les idées des bien-pensants ou tout ce que tu as appris à l'école est un engagement, confiait-il à Marc Robine dans le n° 13 de Chorus. Et Le Zizi est une désacralisation du sexe. Tous les gosses parlent de ça, mais à l'époque ça leur était complètement interdit. C'est donc une provocation.. Comme lorsqu'ils chantaient Tonton Cristobal, simplement pour pouvoir dire : "Il en a le cul cousu." Mais il existe une autre facette de Pierre Perret qui, tout en étant elle aussi engagée, se veut plus romantique. Dans "Ouvrez la cage aux oiseaux", son grand succès de l'année 1971, le parolier oublie l'argot et le calembour pour une imagerie cette fois plus écologique. Dans ses terres natales du Sud-Ouest comme dans les banlieues déshumanisées, le message passera - même dans les écoles où les enfants, après "Les Jolies colonies de vacances" et avec une joie intense, chanteront a capella "Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux/Regardez-les s'envoler, c’est beau..."

Mireille Mathieu.
Une histoire d'amour.

Mireille Mathieu "Une histoire d'amour", est une chanson sortie en 1971 interprétée par la chanteuse française Mireille Mathieu. La chanson, composée par Francis Lai et écrite par Catherine Desage, est la musique du film Love Story. Elle a connu un très grand succès en cette année 1971 et le 45 tours s'est vendu entre 500 000 et 1 000 000 d'exemplaires cette année-là.