jacques dutronc

Il aime les filles, le cigare et l’humour.
Avec Jacques Dutronc, un nouveau séducteur est né.

La fièvre qui monte sur l'ensemble de la planète montre bien que notre société couve une crise. Au milieu du bourgeonnement ambiant, les voix d'une nouvelle jeunesse commencent à se faire entendre, mais, dans le monde de la chanson, on n'assiste pas encore là, à une guerre des générations.

Gaulle secoue le Guébec +

Avec un slogan choc, de Gaulle secoue le Québec.

UN MONDE EN CRİSE.

De plus en plus, dans une société en pleine mutation, on abandonne les drapeaux pour les idéaux.

la guerre des six jour

Le général Moshe Dayan, grand ordonnateur militaire de la geurre des Six jours.

La disparition au début de l'année du physicien Oppenheimer, "père" officiel de la bombe atomique, est le signal qu'une page est tournée. Le monde nous avait habitués à un choix simple entre le bien et le mal - le capitalisme et le communisme se partageant alternativement les rôles, selon qu'on voyait les choses de Washington ou de Moscou. Avec cette nouvelle année, tout semble bouleversé et les affrontements qui redoublent ne ressemblent en rien à ceux de la veille. Partout, les intérêts de minorités prennent le pas sur ceux des nations.

Guevara

Le combattant est mort, mais la légende de Che Guevara est toujours bien vivante.

QUİ A VOLÉ LA PAİX.

Au Viêtnam,comme chez les paysans boliviens qui pleurent la mort de Che Guevara, le Tiers-Monde est en prise avec l'Occident, tandis qu'au Proche Orient, les Israéliens se lancent dans une guerre éclair contre leurs voisins arabes six jours meurtriers qui affecteront pendant des décennies la vie de cette région sensible. Quant à la fière Amérique, perdue dans son rêve d'opulence, elle se réveille en sursaut lorsque sa minorité Noire met le feu aux ghettos : à Newark et à Détroit, les morts se comptent par dizaines et les dégâts se chiffrent en centaines de millions de dollars. À Athènes, enfin, le peuple qui a inventé la démocratie voit une poignée de colonels lui voler sa liberté. Pour afficher son désarroi, le comité Nobel refusera même de récompenser la paix cet automne-là

NATURE ET CULTURE.

Comme on le voit, chacun entend faire sa révolution culturelle. Chez nous, elle est sans doute plus calme qu'en Chine, mais les enjeux n'en sont pas moins essentiels. Pour la défense de la francophonie, le général de Gaulle ne va-t-il pas jusqu'à s'écrier depuis le balcon de l'hôtel de Ville de Montréal : "Vive le Québec libre!"? Et après notre culture, c'est notre nature qu'il faudra défendre : le naufrage du Torrey Canyon est la première marée noire de l'histoire et l'écologie fait ainsi son apparition dans les préoccupations de nos concitoyens. Au terme d'une saison aussi remplie, chacun aspire à un peu de répit et de calme. Nul doute que le cru 1968 saura répondre à de telles envies...

LA FİN D'UNE ÉPOQUE.

Les heures glorieuses du twist et du rock-and-roll appartiennent au passé. Notre chanson retrouve son territoire et se chante "en français dans le texte."

épi

Des fleurs, des couleurs et le refus de la guerre. De San Francisco à Paris, les hippies: ont deux mots à la bouche :"Peace and Love".

Carlos et Sylvie Vartan se partagent " 2'35 de Bonheur..."

Comme le dirait Obélix, il est "un peu enveloppé". ll vient d'une bonne famille qui habite le quartier Saint-Germain-des-Prés, à Paris. De son père, émigré russe un peu fantasque, il tient une nature truculente ainsi qu'un prénom peu courant :jean-Chrisostome. De sa mère, Françoise Dolto, psychologue de renom, il a hérité une intelligence brillante et une culture sans faille. La nuit, dès que les lumières s'éteignent dans l’appartement familial, il se glisse dehors sur la pointe des pieds pour rejoindre ses copains au Tabou ou dans les autres boîtes de Saint-Germain. De fil en aiguille, il fait la connaissance d'une autre fille d'émigrés slaves (bulgares cette fois) qui s'appelle Sylvie Vartan. Bientôt, l'ami fidèle devient le secrétaire et confident : il prend les rendez-vous, reçoit les journalistes, il assure la régie pendant les concerts, etc. Un jour, Sylvie Vartan a besoin d'un partenaire pour enregistrer son prochain tube, 2'35 de bonheur. Pour cette parodie d'une idylle des années trente, il faut trouver une voix nasillarde capable de recréer l'ambiance des vieux 78 tours. Sylvie pense tout de suite à son secrétaire, bouffon infatigable et imitateur de talent. Le disque devient un tube, et une nouvelle star is born : jean-Chrisostome Dolto laisse définitivement la place à Carlos!

JOHNNY HİPPİE.

Johnny Hïppie Né sur les pelouses des parcs de San Francisco, le phénomène hippie compte plus de 450 000 adeptes aux États-Unis. En France, c’est paradoxalement celui qui critiquait hier les cheveux longs, Johnny Hallyday, qui prend la dégaine fleurie des défenseurs du slogan "Peace and Love." Lui-même reconnaît aujourd'hui qu’il s’agissait plus pour lui d’une opération commerciale que d’une idéologie. L’Amérique vue de chez nous continue de faire rêver, bien sûr, mais alors que les GI”s quittent la France, on commence à s’affranchir de ce frère un peu trop envahissant. Joe Dassin choisit l’humour pour faire exploser son talent. Tout en respectant la musique qu'il aime (le style country & western), il parodie le folklore de l’Ouest avec sa Ballade des Dalton, bandits "plus bêtes que méchants."

BİENVENUES ET ADİEUX.

joe dessin Notre industrie du disque est maintenant entrée de plain-pied dans l’âge adulte. La comédie musicale, longtemps domaine réservé d'Hollywood, devient une spécialité française grâce à Jacques Demy. Après "Les Parapluies de Cherbourg", il nous emmène à Rochefort où ses "demoiselles", les vraies sœurs Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, chantent en chœur les mélodies inoubliables de Michel Legrand. Le recul des adaptations dans les hit-parades va laisser une place plus large encore aux grands de la chanson à texte. Désormais, pour un interprète, il est courant d'etre son propre auteur-compositeur. Aux côtés de Guy Béart et de Georges Brassens, apparaissent les nouveaux talents comme Michel Fugain, Michel Polnareff ou Jacques Dutronc dont les carrières s’affirment. A l'heure où Jacques Brel quitte la scène avant d'avoir vieilli et fait ses adieux au music-hall, chacun peut se rassurer : la relève est assurée.

Tagada... tagada.... voila Joe Dassin! L'amoureux de la musique américaine grimpe dans les hit-parades avec ses amis, les Dalton.

Joe Dassin.
"Les Daltons".

SERGE REGGİANİ.

UN İTALİEN A PARİS.

Gilbert Bécaud En mai 1922, Serge Reggiani voit le jour en Italie, au sud du Pô, à Reggio nell'Emilia. Son nom, Reggiani, signifie "ceux qui viennent de Reggio." La province d'Émilie ressemble à cette époque à l'Italie de Don Camillo : les maires y t communistes et l'Église y est représentée par des curés à la poigne de fer. Mais Serge ne connaîtra pas longtemps sa région natale puisque ses parents émigrent en France. C’est là qu`il suit sa scolarité. À l’âge du choix professionnel, il décide de devenir comédien et s’inscrit comme figurant au Théâtre du Châtelet, à Paris. Parallèlement, il suit des cours de danse et d’acrobatie, et entre au Conservatoire où il est élève pendant trois ans. Dès 17 ans, on l’aperçoit sur la scène du Théâtre des Arts où il apparaît dans une pièce populaire :"Marie-Jeanne on la Femme du peuple".

Seuls les grands artistes savent naître plusieurs fois sans mourir" : cette maxime, populaire dans le monde du spectacle, s'applique à merveille à Serge Reggiani

DES PLANCHES.... À L'ÉCRAN.

Serge ReggianIl connaîtra un énorme succès sur les planches, avec notamment "Les Parents terribles" de Jean Cocteau ou "Les Séquestrés d'Altona" de Jean-Paul Sartre qu’il jouera plus de quatre cents fois. Très vite, le théâtre lui ouvre les portes du cinéma, et si ces premiers rôles sont anodins, sa présence et son talent lui permettent, après la guerre, de rencontrer les faveurs du public. En 1952, Casque d'or fait tourner les têtes sur les écrans. Simone Signoret est magnifique et Serge Reggiani est bouleversant dans le rôle du voyou courageux jusqu’à l’échafaud. Le cinéma l’emploiera ensuite régulièrement tant en France qu’en Italie où il retourne souvent. En 1962, Luchino Visconti l'appelle pour jouer dans "Le Guépard" aux côtés d'Alain Delon.

Après "Sarah" et "Ma liberté", Reggiani chantera souvent Moustaki.

La Bande Annonce "Casque d'Or".

La Bande Annonce "Les Parents Terrible".

La Bande Annonce "Le Guépard".

SARAH.
Georges, Sarah et Barbara.

Pour le comédien Reggiani, il était impensable de chanter sur disque sans passer sur scène. Il a trop besoin de "défendre" le texte devant le public. C'est en 1966 que Barbara voit Reggiani chanter lors d'une émission de télévision. Elle l'appelle aussitôt et lui propose de faire sa première partie à Bobino. Dans le même temps, il sollicite plusieurs auteurs pour se créer un répertoire. Parmi eux, Georges Moustaki que l'on avait un peu perdu de vue depuis Milord qu'il avait écrit pour Édith Piaf. C'est Moustaki qui livre "Sarah" à Reggiani. Avec le succès sur disque et la première partie de Barbara l'année précédente, il peut maintenant être sacré "vedette" à part entière à Bobino

LE PETİT GARÇON.
Une nostalgie d'adulte.

Sur le même album, on pouvait entendre "Sarah", mais aussi "Les Loups", autre grand tube de Reggiani, et; bien sûr, "Le Petit Garçon". L'une des grandes qualités du comédien-chanteur est de savoir s'entourer pour trouver de bonnes chansons. On reconnaît la, le métier du comédien qui sait lire et choisir ses textes. Outre Georges Moustaki, Serge Reggiani fera appel à Claude Lemesle, Alice Dona, jean-Claude Annoux et à un petit nouveau dans la profession, jean-Loup Dabadie. C'est à lui que l'on doit ce "Petit Garçon" qui chante la douleur de l'homme adulte. Presque une provocation en cette année 1967 où la Jeune génération range les "vieux" aux oubliettes. Cette année-là, Serge Reggiani a 45 ans. Dans les journaux pour "jeunes", les hommes de cet âge sont qualifiés par trois lettres, PPH :"passera pas l'hiver!"

DE L'ECRAN.... AU MUSİC-HALL.

Mais la reconnaissance de son talent lui semble incomplète. Il va même jusqu'à quitter Paris pour s’installer à Mougins, près de Cannes. Son amie Simone Signoret le présente à Jacques Canetti, qui a l'idée de lui faire enregistrer des chansons de Boris Vian, dont "Arthur, où t'as mis le corps ?". Malgré le soutien de connaisseurs comme José Artur, ce premier disque est un échec. Mais Jacques Canetti y croit. Il persiste et signe un deuxième disque où Reggiani chante "Les loups", "Sarah", "Le petit garçon", "Ma liberté" Cet immense succès, best-seller de 1967, entraîne dans son sillage le premier disque et lance la nouvelle carrière de Reggiani : chanteur

UN RÉPERTOİRE ORİGİNAL.

Pour la première fois depuis longtemps, les grands tubes de l'année sont tous français, prenant la place qu'occupaient auparavant les adaptations américaines.

MİNİ MİNİ.
Un maxi talent.

jacques dutroinc Depuis la réussite spectaculaire de "Et moi, et moi, et moi", les deux Jacques (Dutronc et Lanzmann) ne cessent de s'amuser à composer pour un public qui aime mettre un doigt d'humour dans la romance. Apparemment sans effort, le duo chic et choc de la chanson française met les rieurs de son côté avec une série de titres gentiment insolents. En 1967, le piquant vient des Cactus, que le Premier ministre Georges Pompidou va jusqu'à citer au Palais Bourbon, tandis que la tendresse gouailleuse de Mini mini, va droit au cœur du public. Quinze ans plus tard, alors que Dutronc a quelque peu délaissé les studios d'enregistrement pour ceux du cinéma.

İNCH ALLAH.
Une croisade pour Jérusalem.

jacques dutroinc

En 1967, Adamo effectue ses débuts à l’écran. Au mois d’avril, on le retrouve aux côtés de Bourvil dans "Les Arnaud", un film où il joue le rôle d'un étudiant assassin malgré lui. Parallèlement sort un 45 tours à la gloire de Jérusalem où il s’était produit peu auparavant. Lorsqu’il éclate la guerre des Six Jours au cours de laquelle les troupes israéliennes, commandées par Ytzhak Rabin, s’emparent de la Ville Sainte, "Inch Allah" cesse d’être une chanson de paix pour devenir un refrain d'actualité. Adamo, qui était jusque-là une vedette au Proche-Orient, est banni de toutes les capitales arabes où on l’accuse de partialité dans le conflit. Il faudra attendre 1978 et la signature des accords de Camp David entre le Premier ministre israélien Begin et le président égyptien Sadate pour que Richard Anthony, en enregistrant "Inch Allah"en arabe, lui redonne sa signification première.

La Version Adamo.

La Version Richard Anthony.

Richard Anthony

LES NEİGES DU KİLİMANDJARO.
Le sommet du succès.

Pascal Danel Son visage grave trahit une existence qui n’a pas été de tout repos. Originaire du petit village d'Annelles, dans les Ardennes, Jean-Jacques Pascal a été funambule dans un cirque, puis il s’est découvert une passion pour l'écriture un jour où son dangereux métier l'a cloué dans un lit d'hôpital. Après un passage au cours d'art dramatique de la rue Blanche, à Paris, il se lance dans la chanson sous un pseudonyme qui mêle ses origines et son patronyme, Pascal Danel. Après s'être essayé au portrait musical avec Pierrot mon ami, il doit son succès à une romance intitulée "La Plage aux romantiques". L'année 1967 le retrouve en vedette américaine à l’Olympia où il propose au public "Les Neiges du Kilimandjaro". Le succès commercial est là lorsque sort sur disque cette jolie ballade, mais il manque à celui que l’on compare souvent à Gilbert Bécaud le dynamisme sur scène de "Monsieur 100 O00 volts". Après des années d'oubli, on a pu retrouver Pascal Danel en 1983 a la television, ou il animait en compagnie de Guy Lux une émission de variétés.

J'AİME LES FİLLES.
toutes les filles, rien que les filles.

Jacques Dutronc

À sa manière, Jacques Dutronc est un play-boy, comme il le chantait lui-même cette année-là. Une façon comme une autre d’exorciser ses allures d’enfant sage. Personne ne devrait donc s’étonner de la longue litanie amoureuse de "J'aime les filles". Ceux qui l'ont connu à ses débuts comme guitariste d'Eddy Mitchell sont surpris d’apprendre qu’il préfère désormais les filles bon chic bon genre de chez Castel - le club mondain de Saint-Germain des Près. Mais avec un personnage aussi ambigu qui joue les minets parisiens pour mieux les décrier, tout est toujours possible.

LES P'TİTS PAPİERS.
qui sont volé.

Régine Dans le monde du Tout-Paris, elle est la reine de la nuit. Après avoir tenu le vestiaire d’un célèbre club de Saint- Germain-des-Prés, elle a ouvert sa première boîte de nuit dans la rue du Four. Elle accueille chaque soir de nouveaux talents qu'elle n'hésite pas à présenter aux stars dont elle est l'amie. Régine possède un véritable talent relationnel. Serge Gainsbourg est un habitué des lieux. Un soir il s’approche de Régine :"J’ai fait un petit truc, mais je pense pas que c’est bon, parce que ça n’a ni queue ni tête .Ce petit truc, c'était" "Les p'tits papiers" qui va faire naître la carrière de chanteuse de Régine. Les P'its Papiers, écrit à la hâte sur une nappe (en papier !), est un inventaire bien féminin des poubelles du petit matin.

JE N'AURAİ PAS LE TEMPS.
Médecin, comédien ou chanteur?

Michel Polnareff S'il existait une recette pour devenir chanteur, on le saurait depuis longtemps,chaque réussite a sa propre histoire. Celle de Michel Fugain a débuté sur les bancs de la faculté de médecine de sa ville natale, Grenoble. Une destinée trop sagement bourgeoise pour ce garçon aux idées rebelles qui opte bientôt pour une carrière dans le cinéma, comme assistant metteur en scène et comédien. Le hasard des rencontres voudra que ce compositeur plein de sensibilité découvre l'univers de la chanson à 24 ans, en 1966, avec un premier succès intitulé "Prends ta guitare, chante avec moi" qui lui vaut d'être engagé à l'Olympia en lever de rideau au printemps suivant." Pour l'occasion, il a cosigné avec Pierre Delanoë, "Je n'aurai pas le temps". Contrairement à ce que son titre laisse à croire, cette chanson va défier le temps : adaptée en anglais, elle accède au hit-parade britannique avec la voix de John Rowles à la fin des années soixante.

SOUS QUELLE ETOİLE SUİS-JE NÉ?
Un chanteur au firmament.

Michel Polnareff

De son amour pour la musique soul, Michel Polnareff a retenu que la voix était avant tout un instrument qu'il fallait savoir intégrer au reste de l'orchestre. C’est en s'inspirant de cette technique, osée en France à cette époque, qu'il enregistre son premier album au lendemain du succès de "Love me please love me". Parmi les dix titres de ce 33 tours se trouve "Sous quelle étoile suis-je né?" qui sera régulièrement programmé sur les ondes tout au long de l'hiver.







TA TA TA TA.
Un tube par saison.

Michel Polnareff

Si 1966 a été l'année de la révélation pour Michel Polnareff, 1967 est celle de la confirmation d'un talent aux multiples facettes. Mes regrets à l'automne, "Âme câline" au printemps et "Le Pauvre Guitariste" en février lui assurent l'une des toutes premières places dans le cœur des amateurs de chanson. Mais c'est avec "Ta ta ta ta", que la folie Polnareff débute dès les premiers jours de janvier.

LA CHANSON DES VİEUX AMANTS.
Quand "amour" rime avec "toujours".

Michel Polnareff La mode serait-elle aux "chansons" ? Après "La Chanson de Lara" du film "Le Docteur Jivago", après "La Chanson des jumelles" des "Demoiselles de Rochefort", c'est au tour de Jacques Brel de proposer à son public "La Chanson des vieux amants". Pour la musique, il a fait appel à Gérard Jouannest, mais il ne laisse à personne le soin de donner la recette de l'amour éternel : "Ô mon amour/Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour/De l'aube claire jusqu'à la fin du jour/Je t'aime encore, tu sais je t'aime." Car il n'y a guère de doute dans l'esprit du Grand Jacques : pour faire durer l'amour, il faut se battre, jour après jour. Le thème de l'âge est récurrent dans l'œuvre de Brel, qui l'a déjà abordé avec "Les Vieux". Il ne s'agit pas d'une simple obsession de poète, mais bien d'un questionnement sur son propre avenir, à l'heure où il annonce en grande pompe à son public qu'il renonce à la scène. Pour vivre ou pour vieillir? Brel s'est fondu depuis longtemps déjà dans le ciel des Marquises, mais son œuvre refuse de vieillir. Sans laisser son admiration pour Brel entraver son talent.

LE TÉLÉFON.
La chanson du bouffon.

Nino Ferrari apprend l'archéologie, joue de la guitare, perd son chien Mirza, aime les cornichons et la chanson. Et pendant ce temps, y'a le téléfon qui son et y 'a jamais personne qui répond!

Claude François La vie est parfois simple comme un coup de fil ! Mais il y en a qui aiment faire mentir les slogans. Nino est de ceux-là. Né en Italie, à Gênes très précisément, il porte un nom très connu sur les circuits : Ferrari. Il n'aura pas l'occasion de passer son permis de conduire en Italie puisque ses parents vont aller s'installer en France. Le petit Nino est âgé de 13 ans. Scolarité sans problèmes, adolescence classique, il s'inscrit à la faculté pour suivre des études d'archéologie. Mais où sont la chanson et la musique ? Dans la guitare qu'il taquine de plus en plus sérieusement au point de jouer dans des groupes de jazz et de rythm'n blues. Il accompagne ainsi la chanteuse Nancy Holloway au début des années soixante. Pour le public, c'est en 1965 qu'apparaît Nino Ferrer tel qu'on le connaît encore aujourd'hui. Excellent musicien, chanteur à la décontraction latine et auteur de textes à l'humour ravageur. Mírza fait un malheur en 1966. La passion de l'auteur pour tous les petits détails de la vie quotidienne sera permanente tout au long de ses chansons. Le Téléfon en est un exemple éclatant : "Gaston y a l'téléfon qui son, et y a jamais person qui y répond!"

NİNO PİRATE.

Nino Ferrer a connu un succès considérable à l'étranger, et c'est avec une chanson écrite à l'âge de l7 ans qu'il s'est fait connaître dans tous les pays méditerranéens: C'est irréparable (Un an d'amour) fera une carrière extraordinaire au Liban, en Égypte et en Turquie. Mais Nino ne touchera pas un centime de ce succès. En effet, sa chanson a été piratée sur cassettes sans son autorisation! En revanche c'est tout à fait légalement que le réalisateur Pedro Almodóvar l'a reprise dans son film "Talons aiguilles" dans une version espagnole intitulée :"Un año de amor".

AU BOUT DU FİL.

Le téléphone est l'acteur principal de nombreuses chansons depuis que ce moyen de communication existe. Dans "Tout va très bien Madame la Marquise (1935)", le régisseur James communique avec sa patronne par téléphone :"Allô, allô, quelles nouvelles..." Tino Rossi, en 1954, susurrait à sa dulcinée :"Téléphone-moi chérie " bien avant que Frank Alamo ne compose sur son cadran "Maillot 38-37". On peut citer encore les pleurs du divorcé Claude François dans "Le téléphone pleure" ou "Téléphone-moi" de Nicole Croisille. Et le téléphone français fonctionne si bien qu'un groupe de rock en fera. même son nom...