Johnny et Eddy

Jhonny Hallyday face aux copains, le 22 juin, place de la Nation.

Avec la folle Nuit de la Nation qui rassemble 200 000 jeunes dans un quartier populaire de Paris, l'année 1963 marque l'apogée de la période yéyé. Déjà, on sent percer, derrière les adaptations de tube américains, des textes originaux qui annoncent les maîtres de la chansons française de demain.

L'APRÈS GUERRE FROİDE

Alors que s’amorce une politique de détente, l’Amérique doit faire face a ses propres contradictions. Mais l’assassinat du président Kennedy ne trouble pas la quiétude qui s’installe en France.

JFK

22 novembre 1963 : l’Amérique assiste en direct à la mort de son jeune président.

APRÈS L'ORAGE

Alors que la guerre froide a atteint son point culminant en 1962, il semble que le dégel soit maintenant amorcé. Hier encore on évoquait l'apocalypse nucléaire, mais il n’est plus question aujourd’hui que de l’installation du "téléphone rouge" entre la Maison Blanche et le Kremlin. Cette expression rassurante cache en réalité un téléscripteur qui doit perrnettre aux chefs d’Etat des deux nations les plus puissantes du globe de tenter un ultime dialogue en cas d’agression mutuelle. On comprend donc que le général de Gaulle insiste pour mettre sur pied une force frangaise de dissuasion. Et pour ses campagnes d’essais, déja contestées. la France se rappelle soudain qu‘elle possède a Mururoa un atoll isolé dans le Pacifique...

Marcello Mastroianni

Marcello Mastroianni, acteur féllini interprète les tourments de réalisateur dans Huit et demi

POUR SE DÉTENDRE...

Sur le front culturel on voulait bien croire à la détente, a l’image d'Henri Salvador qui met les risques de son coté avec Zorro est arrivé. Sur l’écran,à l‘exception des oiseaux d’Hitchcock. on célèbre un millésime italien, avec Huit er demi de Fellini,Marcello Mastroianni, acteur fétiche de Fellini, interpréte les tourments du réalisateur dans Huit et demi. mais aussi avec Le Guépard de Luchino Visconti qui obtient la Palme d’or à Cannes mais comme il n’y a pas d’année sans larmes, on pleure Jean Cocteau, Francis Poulenc, Edith Piaf, et le pape Jean XXIII qui laisse une Eglise plus ouverte sur le monde.

Henri Salvador
"Zorro est arrivé"

Fellini,Marcello Mastroianni
"Huit et demi"

Le film Luchino Visconti
"Le Guépard"

Patricia Carli
"Demain tu te maries"

Colette Magny
"Mélocoton"

PLUS ON EST DE FOUS

les Mautours On se souvient des Chats sauvages et des Chaussettes noires, mais ce début des années soixante voit naitre les groupes comme des champignons. Et chacun de rivaliser d’imagination pour se trouver le nom le plus original :les Aristocrates, les Fantémes, les Champions, les Pingouins, les Vautours... Danny Logan chante avec les Pirates tandis que Danny Boy dirige les Pénitents qui montent systématiquement sur scéne affublés de cagoules! En 1963, six fréres et sceurs originaires de Madagascar débarquent a Paris : ils s’appellent les Surfs, en référence à une mode musicale en vogue aux Etats-Unis. Cette contagion n’épargnera pas même la Belgique, qui proposera bientôt un nouveau groupe :les Cousins.

une chaine

Après le succès de "il a le Truc", les Gam's deviendront les permières Clodettes

4 MİLLİONS POUR UNE CHAÎNE

télévision

La télévision est rentrée dans le domicile de 27% des ménages français. On compte 4 millions de postes en 1963 alors qu’on ne peut à l’époque recevoir qu’un seul programme, et en noir et blanc. Il faudra attendre encore quelques mois pour que la deuxième chaine fasse son apparition.

DALLAS, TEXAS...

Un énement tragique va se charger de réveiller la conscience internationale. Dans un monde qui se cherche, on savait les chefs d’Etat vulnérables; en février, encore, on a déjoué un attentat contre de Gaulle a l’Ecole militaire. Mais alors qu’on assiste a une normalisation des relations entre les grands, on pouvait croire le gros de l’orage passé.L’assassinat du président Kennedy au Texas a la fin du mois de novembre gronde comme un coup de tonnerre : les images choc de l’épouse du president américain, du sang sur sa robe rose, le corps de son mari dans les bras,vont hanter la mémoire de toute une génération. Apres avoir longtemps cru que la menace était ailleurs, beaucoup se posent la question : et si l’ennemi était a l’intérieur?

Le film d’Hitchcock
"Des Oiseaux"

Dallas texas

Dans Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock,
l'angoisse, surgie du ciel, saisit Tippi Hedren

TOUS LES MOYENS SONT BONS

les garçon et les filles La génération des baby-boomers, ces enfants conçus à la libération, approchent à grands pas de l'âge majeur. La musique yéyé vient à point pour séduire ces nouveaux consommateurs. La presse, la radio et la télévision s’arrachent leurs faveurs mais ils ne sont pas les seuls. C’est notamment le cas du parti communiste français, qui n’hésite pas à se mettre au diapason en baptisant Nous les garçons et les filles le magazine des jeunesses communistes! Décidément, tous les moyens sont bons...














Charles Aznavour

Charles Aznavour

En 1963, Charles Aznavour est en haut de l'affiche sans interruption, depuis huit ans. Seule l'histoire de sa vie explique cette longévité exemplaire.

ENFANT DE LA BALLE

Charles Aznavour Varinag Aznavourian a vu le jour le 22 mai 1924 dans le Quartier Latin, à Paris, où sa famille s’était installée pour échapper aux persécutions turques à l’encontre du peuple arménien. Lorsque Varinag décidera de se consacrer à la musique, pour plus de commodité il deviendra "Charles", et non pas pour renier des origines qu’il revendique toujours aujourd’hui avec fierté. Mais en dépit de ce changement, les débuts d'Aznavour n’ont guère été glorieux. Quand il écrit sa première chanson, en 1943, on refuse même de l'entendre chanter! Charles, qui est monté sur les planches des l’âge de neuf ans, n’est pourtant pas un amateur. Parallèlement à ses études, il suit les cours de l`École du spectacle. Plus tard, Pianiste, il court le cachet dans les bars et commence à écrire avant d'être au service d’Édith Piaf comme secrétaire. La chanteuse lui conseille d’interpréter son propre répertoire, mais Charles n’a pas encore l’assurance qu'on lui connaît; il débute au music-hall en compagnie du jeune compositeur Pierre Roche. Le duo Roche & Aznavour fait la tournée des cabarets et enregistre plusieurs chansons de 1945 à 1948.





NE TİREZ PAS SUR LE CHANTEUR

En 1963, Charles Aznavour est déjà apparu dans une vingtaine de film ! Il faut dire qu’il a commencé des l’âge de 14 ans, en 1938 très précisément où il apparaît dans Les Disparus de Saint – Agil de Christian Jaque. Son premier véritables succès à l’écran sera Tirez sur le planiste de François Truffaut, en 1960. Il y interprète… un pianiste de bar qui accompagne un chanteur ! Celui-ci n’est autres que Bobby Lapointe qui chante Avanies et Framboise



LA MAMMA

LE CHANTRE DU DÉSESPOİR

"je n'aurais jamais pu écrire cette chanson, elle contient trop de pathos." Comment croire Charles Aznavour lorsqu'il fait une telle déclaration au journaliste Patrice Delbourg en 1987 ? S'il est vrai que Robert Gall (le père de France) a écrit ce texte, on imaginerait mal quelqu'un d'autre qu'Aznavour pour l'interpréter. Il nous a tant habitués à chanter le désespoir ou les difficultés de la vie que dès qu'il entonne "Ils sont venus, ils sont tous là...", ses mots prennent vie et toutes les émotions défilent dans sa voix. jean Cocteau disait de lui :"Avant Charles Aznavour, le désespoir était impopulaire".

JE NE SUIS PAS ENROUÉ

Charles AznavourAu début des années cinquante, Aznavour entend voler de ses propres ailes. Il passe plusieurs auditions, mais sa voix ne fait pas l’unanimité. Il racontera plus tard que Patachou, qui dirigeait un cabaret, lui a lancé : "Revenez me voir des que votre enrouement sera passé. - Mais je ne suis pas enroué", répond-il. "Alors revenez me voir quand vous aurez cessé de fumer"... Les débuts en solo sont catastrophiques, partout,il se fait huer. Il faudra encore attendre pour que le succès le choisisse et ne le quitte plus. C’est avec "Sur ma vie" qu’il rencontre l'adhésion du public à l'Olympia, en 1955. Mais si certains critiques saluent la qualité de ses textes, d’autres affirment que Charles Aznavour est "un tres mauvais chanteur". Il faut dire que le comédien Aznavour est régulièrement sur les écrans et qu’en France, on n’aime pas tellement ceux qui réussissent dans plusieurs domaines artistiques! Mais ça, c'est une autre histoire...

C'EST LE TEMPS DES COPAİNS

Des chansons pour danser, voilà ce que demande la jeunesse de cette année 1963. Danser et fredonner des refrains qui sonnent comme des mots de passe que les adultes ne comprennent pas!

un western en Camargue

Johnny Hallyday On raconte que Jhonny Hallyday a découvert le rock'n'roll en voyant Elvis Presley dans le western Loving You (en version Française: Amour frénétique), Maintenant jhonny Hallyday est une vedette du disque et de la scène. Ses producteurs entendent gagner sur tous les tableaux en l'imposant aussi au cinéma. Une fois encore, l’exemple d'Elvis est là..... En 1962, On a pu le voir faire les yeux doux à Catherine Deneuve dans le film Les parisiennes. Cette année, sa nouvelle partenaire à l'écran est Sylvie Vartan et la Camargue sert de décor à D’ou viens-tu.Jhonny? Une production à l'intrigue limitée: chanteur dans un petit orchestre de twist, Jhonny est engagé pour convoyer une valise mystérieuse. À sa grande stupeur, il s'aperçoit bientôt qu'elle contient de la drogue. Le réalisateur, Noëll Howard, a prévu quelques scènes musicales pour son premier rôle : entre deux bagarres, Jhonny "Ma guitare", et, surtout "pour moi la vie va commencer". L'acteur n'est pas toujours convaincant, mais ses fans sont au rendez vous lorsque le film sort en salle ; grâce à eux.

C'EST MA FÊTE

Le roi de l'adaptation

richard anthony Richard Anthony se passionne pour la chanson américaine qu’il capte sur les radios étrangères. Sur les ondes de Radio Luxembourg, il entend souvent It’s My Party, un hit de Lesley Gore produit par un jeune musicien encore mal connu, Quincy Jones. D'emblée, Anthony sait qu'il tient là, matière à un grand tube : il en signe une adaptation sous le titre "C'est ma fête", qui fera partie des meilleures ventes de 1963.







LA MARCHE NUPTİALE
Des noces tardives

Georges Brassens Une année pleine de paradoxes pour Georges Brassens. Dès la fin de 1962, de graves problèmes de santé ont entravé son passage à l'Olympia. Sur l'insistance de Bruno Coquatrix, il a honoré son rendez-vous avec le public en décembre, mais il est obligé pour cela de venir chaque soir en ambulance depuis la clinique du Ranelagh. Avec la nouvelle année, la situation ne s'améliore guère et les chirurgiens lui enlèvent un rein. Fatigué, il se voit contraint de renoncer à écrire la chanson que Jean Giono lui avait commandée pour son film "Un roi sans divertissement". Finalement, c'est son copain Jacques Brel qui remplira ce contrat. Aussi pénible qu'elle soit, 1963 aura pourtant ses bons moments. Brassens n'aime guère les honneurs, mais il ne peut s'empêcher d'être touché lorsque sort, aux éditions Seghers, un volume qui lui est consacré dans la collection "Poètes d'aujourd'hui", la prestigieuse série inaugurée par Paul Éluard. L'auteur de ce recueil n'est autre qu'Alphonse Bonnafé, son ancien professeur de lettres, celui-là même qui l'a initié à la poésie à Sète. Fidèle à sa maison de l'impasse Florimont à Paris, Brassens prépare son prochain spectacle : quatre semaines : Bobino à partir du 12 septembre, suivies de trente-neuf jours de tournée! Curieusement, 1963 sera la seule année qui ne verra pas la sortie d'un nouveau disque. Cela n'empêche pas La Marche nuptiale, écrite et enregistrée depuis 1957, d'obtenir un bon succès sur les radios. Cette histoire simple d'un mariage longtemps retardé semble trouver son origine dans une chanson de Maurice Chevalier intitulée "Ça s'est passé un dimanche". Comme le raconte Brassens : "Chevalier chantait :"Elle avait tout pour lui plaire, il avait tout pour lui plaire aussi", c'est la même histoire.À l'époque de ce succès, un jeune admirateur de Brassens débute au cabaret "L'Écluse", où il arrive que l'auteur du Gorille vienne applaudir son amie Barbara.

LE TEMPS DE L'AMOUR
De l'amitîé à l'amour

Françoise Hardy Dans la lignée des Shadows, la France a donné naissance à un groupe instrunental similaire, les Fantômes, Un guitariste nommé Jacques Dutronc a composé pour eux un thème intitulé "Fort Chabrol" qui leur vaut un petit succès. Il y ajoute bientôt quelques couplets et le rebaptise "Le Temps de l'amour" avant de le proposer à Françoise Hardy qui prépare activement son premier Olympia. Françoise commence par trouver Dutronc sympathique,sans plus,comme elle le déclare à la presse.Mais on s'aperçoít bientôt que leur amítié est en train d'évoluer vers l'amour. Lorsque Dutronc a repris "Le temps de l'amour" pour son cmpte en 1982, Françoise et lui s'apprêtaient à fêter leurs vingt ans de vie commune. Celle qui l'interprête ici a elle aussi connu le succès grace à la conjugaison de plusieurs hasards. A la fin de l'année 1975,le compositeur Jean Paul Cara vient de rentrer du Portugal. La nostalgie de ses vacances ensoleillées l'incite à choisir un restaurant portugais de Paris pour y inviter quelques amis. L'établissement a justement engagé une chanteuse dont la voix a séduit Cara.il demande à lui parler : elle s'appelle Myriam Lopès et n'a que 18 ans. À la suite de cette rencontre, la jeune fille enregistre son premier 45 tours et devient, Marie Myriam. Deux ans plus tard, la veille de ses 20 ans, on retrouve Marie à Londres ou elle défend les couleurs de la France au Concours de l'Eurovision avec "L'oiseau et l'enfant" À minuit, le verdict tombe. Grace à elle la France compte une nouvelle victoire à son palmarès.Sur la lancée de ce triomphe,sa chanson devient disque d'or dans plusieurs pays d'Europe (y compris l'Union soviètique) et lui ouvre les portes de l'Olympia. Depuis, Marie a choisi de se consacrer à sa famille.

L'İDOLE DES JEUNES
L'idole craque

Johnny Hallyday Voilà la chanson qu'il fallait pour Johnny! Cette adaptation de Teenage Idol, un succès américain, était faite pour lui. "Les gens m'appellent l'idole des jeunes, mais ils ne savent pas dans la vie combien tout seul je suis..." ces phrases collent à la peau de Johnny, qui vient d'être désigné "Idole de l'année" par les lecteurs de Salut les copains. Cette année-là, avec le succès de la Nuit de la Nation et une tournée dans toute la France, le chanteur craque. À la veille d'un concert, il s'évanouit en apprenant qu'il doit partir pour le service militaire. La fatigue et la pression du succès l'obligeront à se cacher pour se reposer.

DİS QUAND REVİENDRAS-TU?

La chanteuse de minuit

Barbara Monique Serf fête ses trente-trois ans en 1963. Depuis quinze ans qu'elle a laissé de côté l'identité de son enfance, elle est devenue Barbara. Quinze années de petits cabarets, d'abord en Belgique puis à Paris, sa ville natale. Depuis 1958, elle est la vedette de L'Écluse, un établissement que l'on a baptisé "le plus petit music-hall de Paris". L'époque est d'ailleurs aux surnoms, et Barbara récolte celui de "chanteuse de minuit" tout simplement parce que c'est l'heure à laquelle elle entame son tour de chant. À son menu, un mélange de contemporains et de complaintes du début du siècle. Tout va basculer lorsqu'un plus large public la découvre aux "Mardis des Capucines" avec "Dis quand reviendras-tu ?" qui lui permet de sortir définitivement de l'ombre. Cette année-là, une chanteuse se voit aussi décerner le titre de "meilleur espoir féminin de l'année".

T'EN VA PAS COMME ÇA
Sur les traces de Joséphine

Nancy Aux États-Unis, les artistes noirs en mal de succès ont compris depuis longtemps que l'exil pouvait être une réponse à leur problème. C'est ainsi que la France de l'entre-deux-guerres a accueillie de nombreux jazzmen, ainsi qu'une chanteuse et danseuse de génie : Joséphine Baker. Lorsque Nancy Holloway débarque à son tour à Paris de son Ohio natal à la fin des années cinquante, elle a en tête l'exemple de son aînée. Après des débuts dans les clubs de jazz de la capitale aux côtés de célébrités comme Kenny Clarke et Bud Powell, elle va trouver le chemin de la gloire par le biais de la déferlante yéyé. L'année 1963 sera pour elle une consécration, grâce à cette adaptation signée Pierre Delanoë d'un tube de sa compatriote, Dionne Warwick intitulé "Don 't make me over". En l'espace de quelques semaines, "T'en va pas comme ça" lui ouvre les portes de l'Olympia où elle triomphe à la tête d'un orchestre dont le guitariste est... Nino Ferrer. Puis c'est au tour du cinéma de s'intéresser à cette belle jeune femme qui crève l'écran aux côtés de Jean Marais dans "Le Gentleman de Cocody" de Christian-Jaque. On peut penser que la carrière de Nancy Holloway ne se serait pas arrêtée là si un drame personnel(la disparition tragique d'un enfant) n'était pas venu briser sa vie.

DA DOU RON RON
Un tube de crystal

Salvatore Adamo

On ne sait plus très bien comment on a découvert ce titre avec Jhonny,Frank Alamo ou avec les Crystals.Au début de 1963, ce groupe de quatre jeunes New-Yorkais noirs fait l'unanimité sur les ondes avec "Da dou ron ron" ,produit par un certain Phil Spector,celui-là même que les Beatles surnommaient le "génie".La chanson commence par traverser l'Atlantique en version originale,avant d'être reprise en français

PAUVRE PETİTE FİLLE RİCHE

La confirmation d'un succès

Claude François Belles, belles, belles... le lance dans l'arène,Claude François ne pense plus qu'à une chose : ne pas laisser passer sa chance. Il commence par investir ses cachets en achetant des appartements à Monaco où il habite : "J'espère qu'on en tiendra compte pour mes impôts", déclare-t-il avec une pointe de cynisme. Mais il pense surtout au prochain 45 tours,celui qui dira si Clo-Clo est un artiste ou un feu de paille. Et comme on ne change pas une recette qui gagne, il fait à nouveau appel à Vline Buggy pour chanter les déboires de cette Pauvre petite fille riche

J'Aİ LA MÉMOİRE QUİ FLANCHE
Un souvenir... inoubliable

jeanne-moreau

Sur les hit-parades français, le cru 1963 est une année cinéma, les stars ayant choisi de s'afficher en microsillon. Après Brigitte Bardot, c'est Jeanne Moreau qui troque sa défroque de comédienne pour celle de chanteuse. "Jules et Jim" de François Truffaut commence par lui offrir "Le Tourbillon", qui est une belle réussite.Dans la foulée, elle enregistre "J'ai la mémoire quí flanche". En 1963, Jeanne Moreau n'est pas une inconnue pour le public. Comédienne, elle a déjà joué dans de nombreux films dont certains ont fait la une des journaux. Il suffit d'évoquer "Touchez pas au grisbí" ou "Les Liaisons dangereuses" pour que l'on revoie la moue boudeuse de la "grande Jeanne". Depuis la fin de la décennie précédente, la star du cinéma français s'appelle Brigitte Bardot, et les deux femmes ont souvent été opposées : d'un côté, Saint-Tropez et sa vie facile, de l'autre la Rive Gauche et ses intellectuels. Pour faire mentir ce cliché, Moreau décide de séduire le grand public à travers la chanson. Grâce au film "Jules et Jim", Le Tourbillon fait un malheur! On a raconté que l'enregistrement avait eu lieu dans un grand théâtre parisien, avec juste un micro planté sur scène. Une seule prise a suffi pour que la comédienne devienne interprète. Devant le succès, le producteur Jacques Canetti réussit à convaincre Jeanne de chanter encore en 1963 : c'est la sortie de "J'ai la mémoire qui flanche". Sur une musique de François Rauber - arrangeur attitré de Jacques Brel -, cette chanson signée Cyrus Bassiak va lui valoir le Prix de l'académie Charles-Cros. La mode des comédiennes chanteuses est ainsi lancée; la même année, Marie Laforêt triomphe avec "Les Vendanges de l'amour", tandis que Brigitte Bardot s'impose avec "La Madrague".

AUTEUR AVEC UN GRAND "A".

auteur avec un grand A Comme" Le Tourbillon", les paroles de "J'ai la mémoire qui flanche" sont signées Cyrus Bassîak. Derrière ce pseudonyme se cache en réalité l'écrivain Rezvani. Peintre à ses heures, il chantait lui-même en s'accompagnant à la guitare, devant ses amis. C'est en l'entendant un jour que François Truffaut lui demanda d'écrire pour Jeanne Moreau