eddy et johnny

Eddy Mitchell et Johnny se retrouvent au Golf Drouot avec
Henri Leproux (à gauche), son fondateur

La chanson ne s'est jamais aussi bien portée qu'en cette année. Au côté de vedettes reconnues apparaissent de nouvelles étoiles qui bousculent les rythmes et les mots. Dans toute la France, c'est l'explosion du twist et du yéyé. Mais les mélodies d'amour ont encore de quoi séduire... le temps d'une chanson

Le France

Le France, ici dans la baie de New York, a été inauguré en
janvier 1962, avec pour marraine Yvonne de Gaulle, la femme général.

Le conflit Algérie

Avec la fin du conflit en Algérie, des centaines de milliers de rapatriés débarquent à Marseille.

LA GUERRE FROİDE

1962 est une année froide. comme cette guerre larvée que se livrent les États-Unis et l'URSS. La crise atteint son comble en octobre lorsqu'un avion espion américain rapporte au Pentagone des clichés qui révèlent au monde effaré que les Russes installent des missiles nucléaires sur l'île de Cuba. à quelques kilomètres de la Floride! Au bord de l'apocalypse, les deux grands se ressaisissent et finissent par conclure un accord de "bon voisinage". En France aussi, on recherche une paix durable. Les accords d'Évian mettent un terme à la guerre d’Algérie, mais avec l’indépendance de cette ancienne colonie et les centaines de milliers de réfugiés qui débarquent à Marseille. Les attentats redoublent. En août, les membres de l'OAS tentent d'assassiner le général de Gaulle au Petit-Clamart

POUR OU CONTRE?

yves saint-laurent Il n'y a pas que sur la scène politique que le passage de témoin entre la nouvelle génération et celle de ses aînés est brutale. Dans tous les domaines. il faut choisir son camp : pour ou contre les yéyés insouciants qui raillent la poésie réfléchie des chanteurs à textes" ; pour ou contre Yves Saint-Laurent, ce jeune élève de Christian Dior qui présente une collection audacieuse : "Des formes sobres pour dégager la beauté naturelle de la femme, et un soin particulier pour une nouvelle mode masculine." Pour ou contre enfin les cinéastes de la "Nouvelle Vague" qui, tels Jean-Luc Godard ou Agnès Varda, peignent par petites touches le banal du quotidien pour concurrencer les superproductions hollywoodiennes.







La bande annonce du film "La Guerre des Boutons"

La bande annonce du film "Lawrence d'Arabie"

La bande annonce du film "Le jour le plus long"

1962 L'EXPLOSION.

On se bouscule pour écouter "Les Chats sauvages" ou Johnny, et les fauteuils sont retournés après leur passage. La musique se propage comme une traînée de poudre.

Johnny Hallyday

Johnny en mouvement, une guitare en bandoulière : le "premier rocker" français est né

Témoignage de Frank Ténot
sur le concert yéyé à la Nation

Dick Rivers et les chats sauvages

Sur scène, Dick Rivers et Les Chats sauvages imposent la musique de leur modèle : Elvis Presley

LES RADİOS ALLUMENT LA MÈCHE!

Pierre Perrin Face à une télévision encore balbutiante, c'est la radio qui montre le chemin. Si les quatre stations nationales Europe 1, Radio Luxembourg, France Inter et Radio Monte-Carlo) se veulent généralistes, la réalité commerciale les incite à réserver aux yéyés la plus grande place. On écoute Salut les copains sur Europe, tandis que Luxembourg et RMC inondent les transistors de musique "pour les jeunes." La chanson devient alors un phénomène de société à part entière. La presse s'empare elle aussi de ces nouvelles idoles et de leur musique. On découvre le goût du public pour les histoires d'amour tumultueuses des vedettes, et toutes les manies d'un Johnny Hallyday ou d'un Claude François sont passées au crible. Avec la création du magazine Salut les copains, les amateurs de chanson s'emparent des hit-parades. Bruyamment, parfois avec violence, ils défendent les couleurs de leurs idoles. Après certains concerts, les fauteuils sont arrachés et la police est souvent obligée d’intervenir. Aucun chanteur à la mode n’y échappe : Richard Anthony, Les Chaussettes noires, Les Chats sauvages, Johnny Hallyday, et même une petite nouvelle venue sur la scène, Sylvie Vartan. Par prudence, les radios n'oublient pas pour autant de programmer les valeurs sûres d’hier. Bien leur en prend, car les parents plébiscitent Charles Aznavour, Gilbert Bécaud ou encore Édith Piaf qui chante en duo avec son nouvel époux, Théo Sarapo. On voit même apparaitre Pierre Perrin, chauffeur de taxi de son état, qui entonne son "Clair de lune à Maubeuge" l'un des grands tubes de l’année. D'un côté on préfère le twist, de l'autre on vénère la chanson à texte qui "raconte vraiment une histoire." Dans cette guerre des genres, l'un des piliers du texte, Charles Aznavour, encouragera la génération montante en lui écrivant certains de ses plus grands succès comme Retíens la nuit. On voit aussi le grand-père du music-hall, Maurice Chevalier, qui avec son humour habituel, fera le lien entre les générations en enregistrant avec Les Chaussettes noires son célèbre Twist du canotíer.

ÉDİTH ET THÉO - "À quoi ça sert l'amour?"

Pierre Perrin - "Clair de lune à Maubeuge"

les copains

Le rendez-vous des "copains" à Paris : le Golf Drouot.

les copains

Avec le succès "Belles, belles, belles"... Claude François peut enfin réaliser son rêve:rouler en décapotable,la voiture "in" de la nouvelle vague.

Maurice Chevalier et Les Chaussettes Noires

Du charleston au twist, Maurice Chevalier aura été de toutes les danses

Succès pour tous

Maurice Chevalier Cette année verra aussi de jeunes chanteurs récompensés par un succès public mérité. Claude François, après un premier 45 tours paru sous le pseudonyme de Koko, retrouve son vrai nom avec son deuxième disque : Belle: belles, belles... est un twist propre et gai. Même si sa chanson est une adaptation d'un tube américain, il saura imposer un style personnel. Son professionnalisme et son souci du détail le propulsent en haut de l'affiche. Claude François a compris que, pour durer auprès du public, il faut lui proposer un spectacle de qualité. Qualité et originalité sont aussi les maîtres mots pour des chanteurs qui, pourtant, n'appartiennent pas au clan des yéyés : Jean Ferrat et ses choix poétiques, Jacques Brel et sa voix en harmonie avec son cœur déchiré (Ne me quitte pas) et Claude Nougaro, le jeune Toulousain, qui avec son deuxième 45 tours marie "le jazz et la java"

Henri Salvador et Charles Aznavour

Henri Salvador et Charles Aznavour : 1962 sera aussi leur année avec Syracuse et Il faut savoir.

L'abbé Brel.

Brel, c'est l'antistar, On le dit misanthrope, il est surtout rebelle, refusant perpétuellement ce que l'existence nous réserve trop souvent : l'injustice, la facilité, le mensonge...

DU FEU DE CAMP AU CABARET

l'abbé brel Quand Jacques Brel débarque à Paris, il a vingt-quatre ans. Il vient tout droit de Bruxelles où il a passé une enfance classique dans une famille bourgeoise et catholique. L'élève Brel était pensionnaire chez les bons pères, et c'est sur les scènes de patronage qu'il interprète ses premiers sketches. C'est d’ailleurs dans un mouvement de jeunesse chrétienne qu'il apprend la guitare, qu'il gratte lors de traditionnels feux de camp. En 1953, ce grand échalas a pour tout bagage sa guitare et quelques chansons. Il est remarqué par Jacques Canetti qui l'invite à chanter dans son cabaret, Les Trois Baudets. Il s'y constitue un public fidèle

LE CURÉ, L'ANARCHISTE ET LE PORNOGRAPHE.

Le succès de ses chansons provoque quelques critiques. Certains voient en lui un boy-scout un peu attardé, et Georges Brassens le surnomme gentiment l'abbé Brel Il répond :" En France, on me traite de curé; en Belgique, on m'accuse d'être anarchiste; et les Canadiens trouvent mes chansons pornographiques. Alors... " Sur ses premiers 45 tours, son visage apparaît à travers les cordes d'une guitare. Il abandonnera cet instrument sur les conseils du compositeur François Rauber, et c'est avec un orchestre qu'il apparaît sur la scène de son premier Olympia

İL FAUT ALLER VOIR

À l’automne 1961, face au bulldozer Hallyday qui déchaîne les foules, il est presque insensé pour l'un de ses aînés peut-être à l'exception de Gilbert Bécaud - d'imaginer le concurrencer sur son propre terrain. Personne ne veut prendre la suite de Johnny à l’Olympia de peur de se "ramasser." Même Marlène Dietrich qui devait y chanter tombe bizarrement malade! Bruno Coquatrix a donc beaucoup de mal à trouver un chanteur. Mais le Grand Jacques accepte. Voilà sans doute un défi à sa hauteur. De toute façon, comme il disait : "Il faut aller Voir." Et on a vu! Dès la première, le 12 octobre, le public plonge dans l'émotion et lui fait un triomphe. L'année suivante, ses concerts se déroulent à guichets fermés, tandis que ses disques font fureur sur les ondes. On va même rechercher dans son répertoire, pour la plébisciter, une chanson jusqu' alors passée inaperçue : "Ne me quitte pas"

NE ME QUİTTE PAS
LA CHANSON ABSOLUE

Jacques Brel a écrit "Ne me quitte pas" à la fin de 1958, au cours d'une tournée en France. C'est Simone Langlois qui l’enregistre la première, en janvier 1959. Brel suivra en septembre. La chanson passe inaperçue et il faudra attendre 1962 pour que le succès arrive. Certains pensent qu'il s'agit d'une chanson écrite pour éviter une rupture amoureuse, d'autres prétendent que la rupture était déjà consommée : Jacques Brel l'a enregistrée six fois de 1959 à 1974. Deux versions sont encore inédites à ce jour. Marlène Dietrich, Barbara,johnny Hallyday, Serge Lama, Terry Jacks, Nina Simone font partie des grands "repreneurs" de "Ne me quitte pas"

LE PLAT PAYS
ODE À LA TERRE NATALE

L'année 1962 est un cru exceptionnel pour jacques Brel qui ajoute à son palmarès le succès tant artistique que commercial du "Plat Pays". "Avec un ciel si bas qu'il fait l'humilité", chante-t-il dans cette ode à sa terre natale qui pourrait fort bien passer pour un autoportrait. Avec cette chanson magnifique, la Belgique entre par la grande porte dans le répertoire francophone. La Belgique... Brel ne cessera tout au long de son répertoire d'en crier les défauts et les contradictions avec une virulence trahissant néanmoins un attachement profond pour sa terre natale. De Bruxelles à Knokke-le-Zoute en passant par Les Flamandes ou par le très virulent Les F..., autant de textes qui signalent l'amour plus que l'indifférence,un paradoxe qui n'est jamais mieux apparu que dans Le Plat Pays.

UNE NOUVELLE VAGUE

La confirmation du talent de johnny Hallyday, l'arrivée de Claude François et le succès de Françoise Hardy confirment la percée des yéyés. Les monstres sacrés d'hier n'en sortent pourtant pas affaiblis, à l'instar de Charles Aznavour, parrain de la génération montante.

NON, JE NE REGRETTE RİEN
Le testament de Piaf

Edith Piaf Le 24 octobre 1960, Charles Dumont et le parolier Michel Vaucaire ont rendez-vous chez Edith Piaf. Souffrante, elle les reçoit couchée : "soyez gentils, faites vite", leur dit-elle. Dumont se met au piano et joue la mélodie qu'il a composée en disant le texte de la nouvelle chanson. Elle est vraiment très bien ,cette chanson !Piaf l'enregistrera l'année suivante, mais c'est en 1962 lors d'une tournée, puis en octobre à l'Olympia, que cette composition prend toute sa force. Edith est malade, affaiblie,mais quand elle entonne "non ,je ne regrette rien ", le public frissonne. Dans les colonnes de L'Aurore, André Ransan écrit: "La voilà ,la revoilà, et c'est toujours la même !Plantée devant le micro, les jambes écartées, les mains collées aux hanches,elle ne bronche pas, quasi enracinée, figée. C'est sa voix, sa voix seule, qui se charge de tout traduire.

ELLE ÉTAİT Sİ JOLİE
L'ingénieur de la chanson

Alain Barrière En 1961, le Coq d'or de la chanson française a révélé Alain Barrière, un jeune ingénieur breton de 26 ans, spécialiste des pneumatiques (il travaille chez Kleber-Colombes et des chansons sentimentales. Après Cathy, il écrit Elle était si jolie qui devient "LE slow" de l'été 62. La chanson se vend si bien qu'il la reprendra l'année suivante pour représenter la France au concours de l'Eurovision. Mais c'est le Danemark qui emportera le trophée cette année-là.

LE JAZZ ET LA JAVA
De l'eau dans le jazz

claude Nougaro "Moi, j’avais horreur des chansons vulgaires comme celles de 1962, qui parlent de sabots diguedondon et de fontaines diguedondaine." C'est Claude Nougaro qui s'exprime, avec tout le sens de la nuance qu’on lui connaît... Il a pourtant choisi Johnny et Sylvie comme parrain et marraine (diguedondaine...) de sa fille Cécile. Cet adepte du savant mélange des cultures est parmi les premiers à marier les rythmes du Cotton Club avec ceux du Balajo. Le Jazz et la Java, extrait de son premier album réalisé avec Michel Legrand, est devenu l'un des exercices de style préférés des écoles de chanson

DEUX ENFANTS AU SOLEİL
Quand Ferrat chante l’amour

Isabelle Aubert et Jean Ferrat Jean Ferrat l'a souvent répété : "La voix pour moi n'est qu'un instrument, rien de plus." Facile à dire quand celle qu'on possède est aussi belle et chaleureuse, mais il est vrai qu'avec Ferrat, le contenu prime. C'était déjà le cas de "Ma môme" en 1960, un disque un brin populiste qui avait plu aux radios, mais pas aux acheteurs. Deux ans plus tard, pour une fois, Ferrat laisse de côté son militantisme le temps d’une chanson d'amour qui se vend très fort. Ces "Deux enfants au soleil" seront également chantés par Isabelle Aubret, une blonde lilloise qui vient de remporter cette année-là le concours de l'Eurovision avec "Un premier amour"

Un Beau jour je me suis dit "Bon j'y vais !" Et j'ai définitivement lâché mon boulot pour me lancer dans la chanson ,Jean Ferrat

JOLİE PETİTE SHEİLA.
Le rival de johnny

Lucky Blondo Lucky Blondo a peut-être eu de la chance (le prénom américain qu'il s'est choisi ne veut-il pas dire "veinard" ?), mais il a surtout du talent. De plus, cet amateur de rock à la voix chaude ne doute de rien : il a du mal à comprendre le succès de Johnny et pense pouvoir faire mieux que ce dernier. Il commence par monter un groupe, baptisé Baby Gérard et les Schmolldus, qui répète dans le même local que Les Chaussettes noires. Quand il ne chante pas, Blondo court les maisons de disques, une maquette sous le bras, dans l’espoir de signer le contrat fabuleux dont il rêve. Il finit par signer chez Fontana, qui publie au début de l'année 1962 la chanson Betty et Jenny qui lui vaut un succès d'estime. Au printemps, son producteur Claude Carrère met en boîte un album complet dont le titre phare sort également en 45 tours. Il s'agit de Sheila, une adaptation d'un tube de "country music" qui a marché très fort aux États-Unis. Avec plus d'un million d’exemplaires vendus, Lucky Blondo rejoint Hallyday dans le classement des meilleures ventes. Mais alors que Blondo décide de changer de registre pour devenir chanteur de charme, son immense succès de l'été 62 est bientôt repris par une jeune vendeuse de bonbons qui deviendra célèbre sous le nom de... Sheila!

RETİENS LA NUİT.
Un parrain pour le yéyé

Ah ! qu'il était gauche, le beau Johnny, dans le film de Michel Boisrond, Les Parisiennes! Qu'il semblait maladroit avec sa guitare serrée contre lui, et son regard énamouré pour Catherine Deneuve. "Retiens la nuit, susurre-t-il, pour nous deux jusqu’à la fin du monde." Mauvais comédien, Johnny ? Trop bon au contraire. Avant son mariage avec Sylvie Vartan, il avouera avoir eu une véritable passion pour Deneuve...

Johnny et Catherine Deneuve Johnny Hallyday est une vedette et le restera jusqu'au bout. Pourtant, ils sont nombreux à se déchaîner contre Johnny et sa musique de "dégénérés", à l’image de Lucien Morisse, alors directeur des programmes d'Europe 1, qui cassera le premier 45 tours de l'idole des jeunes en direct à l'antenne en déclarant :"C’est trop mauvais, voilà un garçon que vous n'entendrez plus jamais!" La guerre est déclarée entre les "vieux" et les "jeunes". Pourtant, un "ancien" du music-hall refusera de mépriser les yéyés. Il s'agit de Charles Aznavour. Il va les écouter et les rencontre fréquemment. Après l'un de ses concerts, Johnny lui demande ce qu'il pense de sa prestation : "C’est très bien, mais ce serait encore mieux si tu avais des bons textes à chanter", lui répond Aznavour. "Tu n'as qu'à m'en écrire", rétorque Johnny. C'est ainsi que commence la collaboration entre les deux hommes. On connaît la suite : Retiens la nuit est un énorme succès et en 1962, Hallyday est la vedette de music-hall la mieux pavée en France. Tout, prend de l'ampleur avec lui : ses cachets, ses ventes de disques (4 millions en 1962 !),l'affluence du public à ses concerts... Il est donc normal que le cinéma s'intéresse à lui. Il a d'ailleurs déjà joué des petits rôles et tourné quelques publicités. Charles Aznavour lui fait part d'une proposition de Roger Vadim et Johnny accepte sans hésiter un rôle dans "Les Parisiennes". C'est dans ce film, aux côtés de Catherine Deneuve, que l'on peut le voir et l'entendre chanter.

Johnny&Aznavour

On me trouve trop beau gosse ou trop vulgaire; je dérange les gens parce que je ne les apitoie pas. je suis le contraire d'Aznavour. Lui, quand il arrive sur scène, on a envie de le protéger; moi, ils ont envie de me casser la gueule. Johnny Hallyday

Richard Anthony
"J'entends siffler le train"

Richard Anthony

J'entends siffler le train est une chanson de 1962 interprétée, la même année, par Richard Anthony qui en fait un grand succès et par Hugues Aufray. Il s'agit d'une adaptation de 500 Miles (en), chanson folk américaine, sans doute écrite par Hedy West. Les paroles françaises sont de Jacques Plante. Un jeune homme entend au loin siffler un train, il sait que ce dernier emporte à jamais celle qu'il aime. Il n'a pas eu le courage de venir sur le quai lui dire adieu... "J'ai pensé qu'il valait mieux / Nous quitter sans un adieu / Je n'aurais pas eu le cœur de te revoir / Mais j´entends siffler le train, Mais j'entends siffler le train, Que c'est triste un train qui siffle dans le soir" Déjà il le regrette, mais trop tard. " J'ai failli courir vers toi / J'ai failli crier vers toi / C'est à peine si j'ai pu me retenir (...) / Et j'entends siffler ce train / Et j´entends siffler ce train / J´entendrai siffler ce train toute ma vie." Au début de l'été 1962, c'est dans le contexte de fin de guerre d'Algérie (5 juillet 1962), que sort J'entends siffler le train interprété par Richard Anthony. Sur une musique nostalgique, le refrain de cette chanson d'amour rappelle aux appelés et à leurs familles les trains qui les emmenaient au combat. Rétrospectivement, Richard Anthony évoque le fait : "Les jeunes partaient faire cette sale guerre d'Algérie. Ils chantaient ça paraît-il dans les baraquements. On l'a vraiment pas fait exprès." Les versions de Richard Anthony et d'Hugues Aufray sortent toutes deux en juillet 1962. Le disque d'Hugues Aufray, qui n'a pas encore accédé pleinement au statut de vedette, passe inaperçu, alors que celui d'Anthony remporte un grand succès. Sa version qui pourtant n'est qu'un titre de la face B d'un super 45 tours intitulé J'irai twister le blues, s'écoule à plus de 1,5 million d'exemplaires, devenant par ailleurs le "premier tube de l'été de l’histoire de la variété ». Ce succès modifie l'image de Richard Anthony, qui sera perçu davantage comme crooner que comme rocker. Bien plus tard, sur scène lorsqu'il interprète le titre, Hugues Aufray raconte en préambule : "qu'en 1959, après avoir sorti son premier disque, il fut invité aux États-Unis par Maurice Chevalier et que c'est là qu'il a découvert la musique qui allait inspirer son œuvre. Rentré en France, il a dans ses bagages un grand nombre de chansons dont 500 Miles (en), qu'il confie à un éditeur (qu'il ne nomme pas) et que ce dernier ("peu scrupuleux" selon Aufray), les a distribuées à plusieurs artistes... L'adaptation française de 500 Miles est confiée à quelqu'un ("qui n'est pour rien dans cette incorrection", précise Hugues Aufray), qui en a fait un grand succès. Mais c'est bien moi qui ait ramené en France ce titre." En 2011, Hugues Aufray sur l'album Troubador since 1948, enregistre une nouvelle version en duo avec Françoise Hardy.

Jacque Brel
"Les Bourgeois"

Richard Anthony

Les Bourgeois est une chanson de Jacques Brel datant de 1962 enregistrée en version française en studio le 9 mars 1962 et figurant dans l'album Les Bourgeois. Les paroles sont de Jacques Brel et la musique de Jean Corti. Le texte – qui doit en grande partie sa force au refrain – évolue temporellement dans une unité de lieu, où l'on retrouve les mêmes personnages à différents âges. Le leitmotiv change de sens à mesure que leurs positions sociales évoluent. Il existe deux prises différentes de la chanson. La première est disponible en monophonie sur les premières versions des disques et la deuxième en stéréophonie notamment dans la compilation Brel chante en Multiphonie paru en 1966 et dans les différentes intégrales en disques compact. Dans les deux premières strophes, le narrateur explique que lui et ses deux camarades (Pierre et Jojo), prenaient l'habitude de provoquer les notaires embourgeoisés sortant de l'Hôtel "Des Trois Faisans", en chantant une chanson grivoise tout en montrant leurs fesses "Les bourgeois c'est comme les cochons / Plus ça devient vieux, plus ça devient bête, / Les bourgeois c'est comme les cochons / Plus ça devient vieux plus ça devient..." Dans la dernière strophe, les trois compères devenus eux-mêmes notaires, viennent se plaindre auprès du commissaire de police, de l'agissement de trois "jeunes peigne-cul" qui, chaque soir en sortant du bar de l'Hôtel "Des Trois Faisans", leur montrent leurs derrières en chantant la même chanson grivoise qu'ils chantaient eux-mêmes dans leur jeunesse. "La grosse Adrienne de Montalant" fait référence à la tenancière d'un café populaire dans les années 1950 à Mouscron (Belgique), dans le quartier du Mont-à-Leux : Adrienne du Mont-à-Leux. Le nom exact fut modifié pour faciliter la rime La ville de Mouscron en a fait une géante sortie pour la première fois lors de la fête des hurlus en octobre 2010. La chanson a été adaptée deux fois en anglais : The Middle Class par Mort Shuman et Eric Blau (en) en 1968, Yuppie Scum par Tom Robinson en 1991.

Sacha Distel
"La Belle Vie"

Sacha Distel La Belle Vie est une chanson composée par Sacha Distel en 1962. Elle est devenue un standard de jazz en 1963 lorsque le chanteur américain Tony Bennett l'enregistra sous le titre The Good Life. Sacha Distel compose ce thème pour illustrer l'orgueil, un tableau de Roger Vadim dans le film à sketches Les Sept Péchés capitaux en 1962 . Il appelle ce morceau Marina. Sacha Distel le transmet ensuite à Duke Niles, correspondant américain de son oncle Ray Ventura et producteur chez Capitol Records. Duke Niles confie à Jack Reardon l'écriture des paroles, et propose la chanson à Tony Bennett sous le titre The Good Life. Avec ce single, Bennett obtient un succès rapide dans les classements américains (18e au Billboard Hot 100) et anglais (27e au UK Singles Chart) en 1963. The Good Life est devenue l'une des références de Bennett, utilisée comme titre de son autobiographie en 1998. Elle est reprise dans ses récents albums (MTV Unplugged: Tony Bennett en 1994 et Duets: An American Classic en duo avec Billy Joel, en 2006). Il continue à la chanter régulièrement lors de ses concerts. Les paroles de la version française ont été écrites par Jean Broussolle en 1963, pour une interprétation par Sacha Distel lui-même

Sœur Sourire
"Dominique (chanson)"

Soeur source Dominique est une chanson de langue française de l'artiste belge Sœur Sourire sortie en 1962. Elle est dédiée à Dominique de Guzmán, fondateur de l'ordre dominicain dont Sœur Sourire fait partie au début des années 1960. Cette chanson rencontre un grand succès en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine en Océanie et en Afrique du Sud. Elle est la seule chanson de langue française à s'être classée numéro 1 des ventes de disques aux États-Unis, et ce pendant tout le mois de décembre 1963. C'est également la première fois qu'une artiste belge parvient à se classer numéro 1 des ventes de disques dans ce pays. Le single (45 tours) s'est écoulé à plus de 3 millions de copies dans le monde, selon le Billboard magazine. Cette chanson a été nommée aux Grammy Awards 1964 américains pour le titre de chanson de l'année (Record of the Year) et pour le titre de meilleure performance religieuse qu'elle remporte.