Le premier homme qui voyagea dans l'espace

Le premier homme qui voyagea dans l'espace

A 27 ans, le cosmonaute soviétique Youri Gagarine est le premier homme à effectuer un vol dans l'espace. Il s'envole de la station spatiale de Tyura-Tam à 9h07 à bord de la fusée Vostok 1 (Orient en russe). 108 minutes plus tard, il a accompli une révolution complète autour de la Terre et atterrit en Sibérie. Après le lancement du premier satellite "Spoutnik" le 4 octobre 1957, les Russes prennent une avance décisive dans la course à l'espace qui les oppose aux Américains.

Construction du Mur de Berlin.

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, les autorités de la République démocratique allemande (RDA) commencent à couler du béton et à tendre des barbelés sur la ligne qui sépare à Berlin la zone sous occupation soviétique de la zone sous occupation américaine, anglaise et française. En interdisant la libre circulation entre les deux parties de la ville, les Soviétiques veulent stopper l'émigration des citoyens est-allemands et asphyxier économiquement Berlin-Ouest. Le "mur de la honte" tombera le 9 novembre 1989, annonçant la chute du communisme en Europe et l’effondrement de l’URSS.

Construction

Yves Saint-Laurent fonde sa maison de haute couture.

Après avoir remporté ses premiers succès chez Dior, le couturier Yves Saint-Laurent fonde sa propre maison de haute couture, symbolisée par le sigle YSL. Le style Yves Saint-Laurent, ce sont des collections inédites mais présentant des vêtements classiques et intemporels. Le couturier ouvrira par la suite son premier magasin de prêt-à-porter "Saint Laurent Rive gauche" en 1966. Cette boutique sera suivie de beaucoup d’autres, implantées dans le monde entier.

Approbation de l'autodétermination en Algérie.

Algérie

Le référendum proposé par le Général de Gaulle visant à statuer sur l'autodétermination des populations algériennes est organisé simultanément en France et en Algérie. Dans la métropole, 75,26 % des français se déclarent en faveur de la création d'un république algérienne. Dans le département français, 70 % disent "oui" à l'autodétermination.

Ray Charles au Palais des Sports.

Ray Charles

Ray Charles au Palais des Sports à Paris le 22 octobre 1961.

Ray Charles avait pour objectif de réunir le grand public, sans distinction d’origine ethnique ou sociale. Après avoir conquis, en juillet 1961, le public du Festival de jazz d'Antibes Juan-les-Pins, à la tête d’une petite formation de sept musiciens, il revient à Paris, en octobre de la même année, avec un big band. Au chant et à l’orgue, il est entouré de Marcus Belgrave, Wallace Davenport, John Hunt et Phil Guilbeau à la trompette, Henderson Chambers, James Lee Harbert, Keg Johnson et Leon Comegys au trombone, Rudy Powell et Hank Crawford au saxophone alto, David ‘Fathead’ Newman au saxophone ténor et à la flûte, Don Wilkerson également au sax ténor, Leroy Cooper au sax baryton, Sonny Forriest à la guitare, Edgar Willis à la contrebasse, Bruno Carr à la batterie et, bien sûr, des Raelettes : Margie Hendricks, Gwen Berry, Pat Lyle et Darlene McCrea

Johnny Hallyday.
Le premier Rockeur français.

Johnny Enfant.

hallyday À sa naissance, il ne porte pas le nom de son père, mais celui de sa mère. Début 1944, Léon Smet abandonne sa femme et son fils âgé de huit mois. À la demande d'Huguette, le couple se reforme le temps d'un contrat de mariage et d'une reconnaissance en paternité, le 7 septembre 1944, puis Léon part définitivement. À partir de cette date, l'enfant se nomme officiellement Jean-Philippe Smet. Sa mère, coiffeuse puis employée de crèmerie10, reprend après sa naissance une activité professionnelle, celui de mannequin-cabine pour des couturiers et fait élever son enfant par sa tante paternelle Hélène figure maternelle de substitution, aidée de ses filles Desta et Menen, devenue la marraine de Jean-Philippe le jour de son baptême le 10 septembre 1943. Le 28 mars 1945, le mari d'Hélène, Jacob Mar, est arrêté pour faits de collaboration, ayant été speaker et éditorialiste à Radio-Paris, la radio de la propagande nazie, ce qui compromet la carrière de première danseuse-étoile des filles d'Hélène. Après-guerre, dans une France marquée par la guerre et avec un père absent, Jean-Philippe sera traité de "fils de boche", de "bâtard" ou de "fils de divorcé", "stigmates sociaux que la légende de Johnny va (plus tard) récupérer pour les convertir en signes positifs." À 3 ans commence pour Jean-Philippe une vie d'enfant de la balle. Ses cousines sont des danseuses classiques et, à partir de fin 1946, il vit à Londres durant deux ans. Desta épouse Lee Lemoine Ketcham16, un danseur américain connu sous le nom de scène de Lee Hallyday. Le trio de danse acrobatique, Desta, Menen et Lee, se produit à travers l'Europe jusqu'en 1949. Il devient ensuite duo, Desta et Lee se nommant alors "Les Halliday". Père de cœur, Lee Halliday qui incarne le rêve américain Cit.le surnomme Johnny. Plus tard, au moment de choisir un nom de scène, c'est naturellement qu'il optera pour le nom de scène Johnny Halliday. Inscrit à l'école des enfants du spectacle, il suit des cours par correspondance, apprend la danse classique et, à Paris, suit des cours de théâtre au Centre d'art dramatique de la rue Blanche et au Théâtre du Petit Monde ; il apprend le violon qu'il déteste et finit par échanger, au grand dam de ses aînés, contre une guitare. Durant deux ans, où il vit à Genève, inscrit au conservatoire, il prend des cours de guitare avec le maître José de Azpiazu, avant que ce dernier, n'appréciant guère qu'il joue dans les rues des airs de cow-boy, ne le renvoie. Dès l'âge de neuf ans, il occupe la scène pendant les changements de costume du couple, en chantant des chants traditionnels français ou américains. Il monte officiellement sur scène, pour la première fois, le 13 juin 1956 pour la première partie du spectacle des Halliday, à l’Atlantic Palace de Copenhague, où il chante La Ballade de Davy Crockett, en s'accompagnant à la guitare, habillé en cow-boy. Rentrée à Paris, la famille demeure dans le quartier de la Trinité au 13 rue de la Tour-des-Dames. Johnny obtient divers petits rôles : il est figurant dans Les Diaboliques, tourne une réclame pour une marque de vêtements, participe à la télévision à Martin et Martine (émission enfantine de Jean-Loup Berger), où il chante Dans les plaines du Far-West. À 14 ans, Johnny découvre au cinéma avec le film Amour frénétique, Elvis Presley et le rock 'n' roll. C'est une révélation et, persuadé d'avoir trouvé sa voie, il décide de devenir chanteur de rock 'n' roll.

Johnny Hallyday
Débuts (1958–1960).

Hallyday

Johnny Hallyday et sa premier guitare.

Soutenu par ses proches, notamment par Lee Halliday qui le produit, convaincu que cette musique peut s'imposer en France, ce dernier fait envoyer d'Amérique, par sa famille, des disques de rock. Ainsi, Johnny fait son apprentissage de rockeur et devient possesseur d'une collection de disques inconnus en France dont profitent de nombreux copains. Eddy Mitchell se souvient : "Johnny avait beaucoup de disques américains qu'on ne pouvait pas acheter en Europe, ce qui me permettait d'écouter tout ce que je ne pouvais pas écouter autrement, si bien qu'on passait souvent des après-midi et des soirées à écouter Presley, Bill Haley et des tas d'autres trucs qui n'étaient pas encore disponibles chez nous". À partir de 1958, Johnny fréquente ce qui bientôt devient le lieu culte du rock français : le Golf-Drouot, d'Henri Leproux. C'est là qu'il retrouve d'autres copains, futurs confrères et concurrents : Long Chris, Dany Logan, Jacques Dutronc et Eddy Mitchell. Sur le tremplin, s'inspirant de ses idoles, il chante des reprises et adaptations françaises du répertoire américain en s'accompagnant à la guitare. À l'Orée du Bois, durant les changements de costumes de Desta et Lee, Johnny chante Elvis, sous les sifflets du public. Dès le second soir, il est renvoyé. Accompagné par Philippe Duval, son premier guitariste, il cherche à se produire dans divers clubs mais, partout le scénario est identique : on le refuse ou il est remercié. Il obtient ses premiers succès publics en chantant pour les GIs dans les bases américaines. Le 30 décembre 1959, Johnny Halliday participe à l'émission radio Paris cocktail de Pierre Mendelssohn, avec en vedette Colette Renard. Il chante Viens faire une partie. Remarqué par Jil et Jan, deux auteurs-compositeurs enthousiasmés par sa prestation, ils le présentent à Jacques Wolfsohn de la maison de disques Vogue.

Années Vogue (1960–1961).

Le 16 janvier 1960, Johnny Halliday signe un contrat avec Vogue. Son premier album, un super 45 tours, sort le 14 mars. Sur la pochette, son nom est, par erreur, orthographié avec deux y, graphie qui sera définitivement adoptée. T'Aimer follement (titre également chanté par Dalida, son disque est sorti en février), est la chanson promue. L'accueil des radios est très défavorable voire franchement hostile, Johnny provoquant un choc de générations, alors que les auditeurs réclament de l'André Claveau ou du Georges Guétary. Seule l'émission Salut les copains quotidiennement programmée sur Europe N°1 fait figure d'exception ; dès la parution du disque le chanteur est largement soutenu par les présentateurs Daniel Filipacchi et Frank Ténot. En avril, le chanteur obtient son premier contrat professionnel de 500 nouveaux francs et se produit, les 16 et 17, au Cabaret l'Escale à Migennes, (Johnny Hallyday 1960 : À la Roche-Migennes). Le lendemain, parrainé par Line Renaud, il fait sa première télé dans L'École des Vedettes d'Aimée Mortimer. Elle le présente comme un chanteur d'origine américaine32 – plus tard, sur les conseils de Charles Aznavour, Johnny rétablit la vérité sur ce demi-mensonge. Il chante Laisse les filles en jouant de la guitare tout en se roulant par terre, ce qui défraie la chronique mais aussi dope les ventes du disque qui, de trente-mille exemplaires déjà vendus, passent en quelques jours à cent-mille. Souvenirs, souvenirs, son nouvel EP (sorti en juin), offre au chanteur son premier succès, tandis que son impresario Georges Leroux lui décroche de nombreux galas. Johnny est engagé en première partie de la tournée de Sacha Distel, avant de se produire durant l'été au casino de Juan-les-Pins. Durant cette tournée, on assiste aux premiers mouvements de foule. Ses prestations sont marquées par de nombreuses mini-émeutes, émaillées de multiples dégradations par ses admirateurs. La presse, unanimement hostile, parle d'hystérie collective pour dépeindre l'ambiance de ses galas37. En septembre, durant trois semaines, à l'Alhambra, il est programmé en vedette américaine de Raymond Devos. Son jeu de scène divise une fois de plus le public. Au balcon, si les plus jeunes sont enthousiastes et le lui font savoir avec véhémence, en revanche, au parterre, les aînés indignés le huent. Le tollé est tel que la direction veut supprimer Johnny du programme. Raymond Devos s'y oppose et Hallyday termine son engagement. Après le succès de Souvenirs, souvenirs et la sortie en octobre d'un troisième 45 tours (Itsy bitsy, petit bikini), d'autres émissions de radio vont le programmer. Ce même mois, sort son premier 33 tours 25 cm Hello Johnny. Cette fois encore, avec la chanson Itsy bitsy petit bikini, Johnny Hallyday est en concurrence avec Dalida (sa propre version est sortie un mois plus tôt) et Lucien Morisse, directeur des programmes d'Europe n°1 et compagnon de Dalida, après la diffusion du disque de Johnny, le 11 octobre, dans son émission Le Discobole, excédé, casse le disque en direct à l'antenne en déclarant "C'est la dernière fois que vous l'entendez." En novembre, le chanteur se produit plusieurs jours à l'Alcazar de Marseille, où il confirme son succès naissant, avant de s'imposer à Monte-Carlo. Autour de Johnny Hallyday, le 24 février 1961 est organisé le Premier festival international de rock au Palais des sports de Paris dans une ambiance survoltée et explosive où bagarres et arrestations sont nombreuses. L'événement, qui lance véritablement le rock en France45, est gravé sur le disque Johnny Hallyday et ses fans au festival de Rock'n'Roll. Vraisemblablement il s'agit du premier album live de rock au monde, si ce n'est qu'il est enregistré en faux live et de facto devient le premier faux live de l'histoire internationale du rock. À cette époque, le marché du disque est dominé par les vinyles 25 cm et les Maxi 45 tours et la publication d'un 33 tours 30 cm témoigne de la notoriété d'un artiste et de sa reconnaissance. C'est ainsi qu'Hallyday voit confirmé son récent statut de vedette, avec la sortie de son premier album Nous les gars, nous les filles. Pour autant un profond désaccord oppose Vogue et le chanteur. Désormais, Johnny n'est plus seul en France sur le marché du rockCit. et la concurrence est rude, notamment celle du groupe Les Chaussettes noires. Aussi demande-il davantage de musiciens et des arrangements plus sophistiqués, avec saxophones et claviers. La réponse est "Tu fermes ta gueule et tu chantes", à quoi il réplique : "Je ne vois pas comment je peux chanter en fermant ma gueule" et part pour ne plus revenir. Johnny Hallyday a 18 ans, est professionnel depuis à peine plus d'un an, a enregistré 36 chansons et a déjà vendu un total de 1 673 000 disques, quand sur fond de procès avec Vogue, il "signe" chez Philips le 19 juillet 1961. Johnny Stark devient son nouvel imprésario, tandis que Vogue sort un troisième et dernier 25 cm, Tête à tête avec Johnny Hallyday

Jacques Brel.
"Le Moribond".

Jacque Brel

Le Moribond est une chanson de Jacques Brel sortie en 1961.Elle a été reprise en anglais par de nombreux interprètes sous le titre Seasons in the Sun, et en suédois par le groupe Vikingarna sous le titre Sommar varje dag en 1943

Nous les amoureux
Jean - Claude Pascal.

Nous les amoureux est la chanson gagnante du Concours Eurovision de la chanson 1961, interprétée par le chanteur français Jean-Claude Pascal et dirigée par Léo Chauliac, représentant le Luxembourg. Jean-Claude Pascal reviendrait au concours en 1981, soit 20 ans après, avec la chanson C'est peut-être pas l'Amérique, représentant le même pays. Elle est intégralement interprétée en français, une des langues nationales du Luxembourg, comme le voulait la tradition avant 1966. Il s'agit de la quatorzième chanson interprétée lors de la soirée, après Dario Campeotto (en) qui représentait le Danemark avec Angelique (en) et avant The Allisons (en) qui représentaient le Royaume-Uni avec Are You Sure? (en). À l'issue du vote, elle a obtenu 31 points, se classant 1re sur 16 chansons et permettant ainsi au Luxembourg d'atteindre le rare exploit de passer de la dernière à la première place dans les années successives. La chanson est une ballade décrivant le point de vue de deux amants qui vivent un amour que la société n'accepte pas. Le texte comporte un double sens, comme Jean-Claude Pascal le confirmera plus tard : les amants en question sont en fait des homosexuels, et l'homosexualité est encore réprimée dans de nombreux pays occidentaux dans les années 1960. Cette nuance est subtilement distillée par le texte et la plus grande partie du public ne la perçoit pas à l'époque. Elle est numéro un des ventes en France en juillet 1961.

Aragon et Castille
Boby Lapointe.

Boby Lapointe Aragon et Castille est une chanson de Boby Lapointe. Première chanson de la carrière musicale de Boby Lapointe, Aragon et Castille est à l'origine choisie par Bourvil et Gilles Grangier pour un passage musical où Bourvil chante dans le film Poisson d'avril. Selon les sources, Étienne Lorin, l'accordéoniste de Bourvil, ou André Trives, son imprésario, aurait suggéré cette chanson2. Le film passe inaperçu, tout comme la chanson. Étienne Lorin signe la musique de la chanson car Boby Lapointe, n'ayant pas encore passé le diplôme de compositeur, n'est pas alors enregistré à la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. Finalement la chanson ne paraît en disque qu'en octobre 1960. Un clip est réalisé en 1970, où Boby Lapointe apparaît en vendeur de glaces pédalant sur un triporteur. L'humour particulier de cette chanson réside sur le principe de la digression: La rencontre entre les personnages évoqués n'a pas lieu, mais est l'occasion d'une série de parenthèses sur des avis personnels, des associations d'idées de la part de l'auteur, n'ayant aucun rapport avec le fil du récit et l'interrompant sans cesse.

Léo Ferré.
"Jolie Môme".

Léo Ferré

Jolie Môme est une chanson de Léo Ferré présente sur l'album Paname, publié par Barclay fin 1960. Cette chanson joyeuse est une des plus célèbres de Ferré.