Scha Distal

Sacha Distel lance la mode des scoubidous,qu’il décline avec une collection de chapeaux.

Une nouvelle Constitution, un nouveau président…Plus que jamais, on sent que la France bouge. C’est également vrai dans le domaine de la chanson, ou les enfants du rock’n’roll commencent à pousser du coude les adeptes des refrains traditionnels, même si on ne parle pas encore du phénomène yéyé.

UN PRESIDENT POUR LA FRANCE.

En étrennant la nouvelle Constitution,le général de Gaulle apporte la preuve que la France vit désormais sous un régime présidentiel conçu pour mieux affirmer l’indépendance du pays.

GAULLE À L'ÉLYSÉE.

Général de gaulle Six mois après son retour à la tête de la nation à l'issue de la crise de mai 1958, trois mois après la proclamation de la Vème République et quelques jours seulement après son élection au poste de chef de l’État, Charles de Gaulle s'installe à l’Élysée. Secondé par le Premier ministre Michel Debré – père de la nouvelle Constitution - et avec l’appui d’une Assemblée nationale qui lui est largement favorable, le général est enfin en mesure de prendre en main les rênes de l'État. Le dossier le plus complexe est évidemment celui de l’Algérie, ou le FLN poursuit son combat pour l’indépendance. Les Français d'Algérie ne sont pas prêts à renoncer à leur terre natale, mais on sent de plus en plus nettement s’installer la lassitude en métropole. La révélation dans les colonnes du Monde d’un rapport signé Michel Rocard, dans lequel l’armée est accusée d’avoir organisé des camps en Algérie ne fait qu’exacerber les passions.








LA COURSE AUX ÉTOILES.

Le besoin d’autonomie est plus que jamais nécessaire alors que la guerre froide est loin d`être éteinte entre Washington et Moscou. À Cuba, l’arrivée au pouvoir du leader marxiste Fidel Castro, dans un territoire traditionnellement contrôlé par l’"Oncle Sam", laisse entrevoir de nouveaux affrontements entre les deux Grands. Pour le moment, leur rivalité se matérialise surtout dans le domaine aérospatial. Deux ans après l’exploit de Spoutnik, Russes et Américains expédient de nouvelles fusées et satellites dans la stratosphère ; pendant que les seconds réalisent de superbes photographies de la Terre vue de l’espace, les premiers parviennent à prendre symboliquement possession de la Lune en y expédiant une fusée aux couleurs de l’URSS. Une façon comme une autre pour le Kremlin de mettre en valeur sa supériorité technologique et stratégique en la matière.

L'AUTODÉTERMINATION.

Au cours de l’été,le général de Gaulle profite d’une tournée d’inspection dans les départements algériens pour laisser entendre qu’il va bientôt proposer aux Algériens de se prononcer sur leur avenir.Quelques jours plus tard,il parle même d’"autodétermination" à la télévision, à la s stupéfaction des adversaires de l’indépendance qui avaient largement contribué à son retour aux affaires. En dépit des difficultés intérieures, de Gaulle est loin d’être absent de la scène internationale. La distance qu’il prend vis-à-vis des États-Unis à propos de la participation française à l’OTAN prouve que le président n’accepte pas de tutelle pour la France.

Le rythme de la vie.

Histoires d'amour, de succès, d'échecs... La musique et la chanson battent vraiment au rythme de la vie. C'est pour cela qu'elles sont si populaires.

Sidney Bechet

Dix ans après s'être établi en France, Sidney Bechet nous quitte pour porter le message du jazz vers d'autres cieux.

LE COEUR DE NOS VEDETTES.

Brigitte BardotBrigitte Bardot enflamme la France .Elle a 25 ans et elle déchaîne les passions. Son ascension fulgurante au titre de star s’appuie cette année sur deux nouveaux films et un mariage. Le 13 février sort sur les écrans "La Femme et le Pantin". Réalisé par Julien Duvivier, le film permet à la comédienne d’incarner un rôle qui lui convient à merveille, celui d’une femme provocante et capricieuse capable de rendre les hommes fous. Dans un autre registre, BB joue aux côtes de Francis Blanche une jeune fille distraite et naïve dans "Babette s’en va-r-en guerre", le grand succès comique de l’année. Au mois de juin, les pages des magazines se remplissent de photos.fixant un épisode de la vie réelle de la jeune femme : son mariage avec le comédien Jacques Charrier. Toute la presse envoie ses reporters pour saisir l’image de ce bonheur. À la radio, Sacha Distel rend hommage à BB en chantant un refrain entraînant : Brigitte Brigitte. fixant un épisode de la vie réelle de la jeune femme : son mariage avec le comédien Jacques Charrier. Toute la presse envoie ses reporters pour saisir l’image de ce bonheur. À la radio, Sacha Distel rend hommage à BB en chantant un refrain entraînant : "Brigitte Brigitte". Aux États-Unis, ce n’est pas le cœur de Bardot qui préoccupe le public, mais celui de Marylin Monroe. Comme pour couper court à toutes les rumeurs qui lui attribuent quantité d’amants, dans son dernier film "Certains l’aiment chaud" Marylin chante "My Heart belongs to Daddy". Et pour que la chose soit bien comprise jusqu’en France, la comédienne susurre dans notre langue : "Mon cœur est à papa"!

Brigitte s'en va-t-en guerre....

MUSIQUES EN DEUIL.

Le mois de février est un mois de deuil pour la musique américaine. Après un concert donné dans l’lowa, Buddy Holly (Peggy Sue), Richie Valens (La Bamba) et Big Bopper embarquent dans un avion à destination de Fargo dans le Dakota du Nord. L’appareil est pris dans une tempête de neige et s’écrase au sol tuant sur le coup tous les passagers. Richie Valens avait 18 ans, Buddy Holly 23 ans. En France, c’est une autre figure de la musique qui s'éteint. Le 14 mai, dans une clinique parisienne, Sidney Bechet laisse orphelin le monde du jazz. Installé dans notre pays depuis 1949, il a sillonné le monde entier avec son orchestre. C’est à Garches, près de Paris, qu’il avait décidé d’élire domicile et la commune a donné son nom à une rue.

LA SOLIDARITE EN CHANSON.

Pierre Perret

Une année difficultés pour Pierre Perret.

Lui MarianoPierre Perret commence à rencontrer le succès. Son premier disque est pourtant loin de jouir des faveurs du public. Sorti l’année précédente,ce super 45 tours comprend cinq titres dont le mythique "Moi j’attends Adèle". La critique lui décerne le Prix de la révélation 1958. Ce succès d’estime lui permet d`effectuer une tournée pendant plus de deux mois en première partie des... Platters. Mais cette année, Pierre Perret tombe gravement malade. Il est contraint de partir se soigner en sanatorium. Pour le chanteur, c’est la catastrophe! Privé de revenus, sa situation est très préoccupante. Heureusement, les amis veillent. Et le premier d’entre eux, Georges Brassens, se mobilise pour organiser une soirée à l'Olympia. À l`occasion d’un Musícorama exceptionnel retransmis sur les ondes d’Europe 1, toute fine fleur de la chanson française est présente. C’est ainsi que l’on peut voir un plateau extraordinaire réunissant entre autres, Jacques Brel, Dali, Francis Lemarque, Mouloudji, Henri Salvador. Raymond Devos...La recette de la soirée est intégralement versée à Pierre Perret qui devra attendre deux ans pour retrouver le chemin des studios et la scène.


Au théâtre du Châtelet Luis Mariano est Marco polo.

YVES MONTAND.

La vie même d'lvo Livi,fils d'immigrés italiens, contribue à expliquer la multiplicité des talents d'Yves Montand, chanteur, comédien et homme de cœur.

LA NAISSANCE D'UN JUSTE.

Monsummano, en Italie. Un petit village perché dans les monts de Toscane, entre Pise et Florence. À part les oliviers, la principale richesse de ce pays est sa beauté; mais la beauté ne suffit pas à faire vivre une famille nombreuse comme celle des Livi, qui vient de s`agrandir, le 13 octobre 1921, avec la naissance d’un petit Ivo. Ce prénom a été choisi par son père qui sait que saint Yves est le défenseur des justes causes. La justice à laquelle tient tant Giovanni Livi ne va pourtant pas tarder à être bafouée en Italie avec l’arrivée au pouvoir de Mussolini. Giovanni est un militant communiste convaincu et, pour fuir le fascisme, il s’installe à Marseille avec sa famille en 1924. C’est là qu’Ivo, le futur Yves Montand, a grandi en contribuant comme tous les siens à fabriquer les balais que commercialise son père.

LE DÉFI.

Yves Montand Pendant les années de crise,le quotidien est loin d`être simple pour un fils d'immigré. Dès l’âge de 12 ans, il travaille comme livreur dans une usine de pâtes alimentaires; trois ans plus tard il est embauché comme apprenti dans un salon de coiffure Sa première passion est réservée a la danse, dont il découvre toute la richesse dans les films de Fred Astaire. La chanson ne vie que plus tard, juste avant la guerre, un soir où son frère aîné le met au défi de chanter en public. Ivo est trop timide pour s’y risquer, mais son amour-propre a été chatouillé et il propose ses services à un organisateur de spectacles locaux, un dénommé Berlingot.

UN AMATEUR DE COW-BOYS.

En 1938,le premier modèle de Montand est bien sûr Charles Trenet,dont les chansons habitent ces derniers mois de paix.Lorsqu’il se produit en attraction dans les cinémas de quartier,le répertoire du "fou chantant" est à l'honneur, mais aussi celui de Fernandel et de Maurice Chevalier. Le rêve d’Yves est pourtant de se produire à l’Alcazar, à Marseille,le music-hall mythique du cours Belzunce où sont passés les plus grands, de Mayol à Tino Rossi. Un concours amateur lui en donne l’occasion le jour de l’été 1939. En prévision de cet événement, il a commandé à Charles Humel, un compositeur aveugle de Marseille, une chanson à la gloire de ces cow-boys dont il adore les aventures :"Dans les plaines du Far-West",connaît un succès immédiat et la carrière du jeune chanteur est lancée.

LA RENCONTRE.

La guerre se charge de retarder le cours de l’histoire en forçant Ivo Livi à entrer comme manœuvre métallurgiste aux Chantiers de Provence. Grâce à Berlingot, Montand prend à nouveau le pas sur Livi en 1941, d’abord à Marseille puis à Paris où le chanteur trouve refuge trois ans plus tard. Quelques passages à l’ABC, aux Folies-Belleville ou à Bobino lui permettent toutefois de se faire remarquer, et surtout de rencontrer la grande vedette qu'est déjà Édith Piaf.

UN ARTISTE COMPLET.

Yves Montand et Marylin Manroe Les vies professionnelles et personnelles de Piaf et de Montand se mêlent alors, le temps pour le second de rejoindre la première en haut de l’affiche. Sur les conseils de son égérie, il abandonne l’imagerie américaine qui avait séduit son public au moment de la Libération pour enrichir son répertoire de compositions de nouveaux amis comme Jacques Prévert, Francis Lemarque ou le guitariste Henri Crolla. Surtout, Montand le chanteur se dédouble bientôt pour donner naissance à un remarquable comédien. Tout au long des années cinquante, il s’impose comme l’une des vedettes françaises les plus complètes de sa génération, l’une des plus controversées aussi car, avec le temps, le militantisme cher à son père prend une place importante dans la vie de cet homme de cœur. Parce qu’il a été membre du Parti communiste, Montand est même interdit de séjour aux États-Unis. Il faudra le succès de la série de concerts qu’il donne en France au début de 1959 pour que Washington lui accorde enfin le visa dont il a besoin. Les Américains ne le regretteront pas, car son passage à New York à la fin de l’année est un véritable triomphe.



LE CHAT DE LA VOISINE.

Une fable sociale.

Lorsque Montand entame son nouveau tour de chant à la fin de 1958,il possède à son répertoire une quinzaine de nouveautés.La plus surprenante est sans doute "Le Chat de la voisine", une curieuse fable sociale qui évite pourtant de tomber dans les travers de la chanson politique. C'est d'ailleurs en remplacement de "C'est à l’aube" - un hymne militant qui plaisait beaucoup à Nikita Khrouchtchev et dont le chanteur voulait se débarrasser - que Montand a demandé à son ami le compositeur Philippe Gérard de lui dénicher ce texte de René Lagary, qui a valu à son interprète un succès notable lorsqu'il s'en est emparé.

La fête,le rire et la tendresse.

Les grandes chansons de cette année proposent une palette haute en couleur et en rythmes. Si l'insouciance et la légèreté dominent, elles n'excluent pas pour autant la tendresse.

SALADE DE FRUITS.

Bourvil

Emotion et humour tendre.

L’idole du jeune André Raimbourg,est Fernandel. À tel point que lorsque ce fils d’agriculteur normand s'enrôle dans l’armée, il apprendra la musique pour chanter le répertoire du comique provençal aux fêtes du régiment. En 1945,il prend le pseudonyme de Bourvil, et continue de chanter dans les cabarets avec divers succès. Si le cinéma le révèle rapidement au public c'est bien la chanson qui est son premier amour. On se souvient de "La Tactique du gendarme" ou encore "des Crayons", et personne n’est surpris du succès de cette "Salade de fruits" ou l’exotisme cède à la douceur.On retrouve, en un refrain,tout ce que l’on apprécie chez Bourvil : l’émotion et l’humour tendre. La chanson remporte un tel triomphe que la maison de disques Pathé-Marconi la fait enregistrer par tous les artistes maison!

L’HOMME ET L’ENFANT.

Eddie et sa fille.

Eddie et sa fille"The little boy and the old man" est une chanson de Wayne Shanklin (auteur-compositeur de tubes de variétés américains comme Jezebel ou Prímrose Lane) qui a été popularisée en 1953 par le duo formé par Jimmy Boyd (un adolescent de 13 ans) et Frankie Laine, le crooner américain. En France,c’est Eddie Constantine qui reprend ce refrain quelques années plus tard, lui aussi en duo, avec sa fille âgée de 9 ans ! "L'Homme et l’'Enfant", figure dans le film portant le même titre où Eddie Constantine joue le directeur d’une usine de parfums mêlé à une affaire de drogue et de traite des blanches! C’est René Rouzaud qui signe l’adaptation française.On lui doit plusieurs chansons interprétées par Édith Piaf, dont "La Goualante du pauvre" Jean qui a été adaptée en anglais. "La boucle est bouclée..."

LES BOUTONS DORES.

Les débuts d'un gamin.

Jean - Jacques Debout Il a tout juste 16 ans et plusieurs fugues à son actif.Son père opticien ne sait pas quoi faire de ce garnement dont plus aucune école ne veut.L’adolescent se réfugie chez son parrain qui s’appelle Raoul Breton et qui est éditeur de musique et de chansons,notamment pour Charles Trenet et Gilbert Bécaud.Parmi les auteurs-compositeurs de la maison figurent Jacques Datin et Maurice Vidalin.Ils persuadent le filleul d'enregistrer une chanson qu’ils viennent d'écrire. Le gamin s’appelle Jean-Jacques Debout et la chanson "Les Boutons dorés". Le succès est immédiat et le refrain bientôt sur toutes les lèvres :"En capote à boutons dorés, en casquette à galons dorés..."

FAUT RIGOLER.

Henri Salvador

Une gauloiserie signée Vian.

En 1957, Boris Vian écrivait dans son agenda :"J’ai un pied dans la tombe et l’autre qui ne bat que d'une aile." Gravement malade du cœur,il se lance dans l’écriture de chansons comme pour mieux se raccrocher à la vie. Celui qui l’aide le mieux à surmonter son mal est Henri Salvador, dont le rire et la nonchalance le rassurent. Jusque tard dans la nuit, ils s’amusent ensemble à trouver de nouvelles rimes, à inventer des couplets, à se raconter des blagues. Un soir, celui que Vian appelle affectueusement "Salvaduche" lui explique que, quand il était gamin, aux Antilles, son instituteur lui parlait de "ses ancêtres les Gaulois".L’absurdité de la chose enthousiasme Vian; une demi-heure plus tard,"Faut rigoler" est né, qui donnera à Salvador l’un de ses meilleurs succès, précisément au moment ou disparait son comparse.

TOUT L'AMOUR.

Un artiste complet.

Dario MorenoL’histoire de Dario Moreno pourrait aisément faire pleurer dans les chaumières.Pourtant il n’essaiera jamais d’émouvoir avec autre chose que son talent.Orphelin de père quelques mois après sa naissance,élevé dans les rues du Mexique où il gagne sa vie en cirant des chaussures,il rejoint rapidement un groupe de musiciens ambulants,"les Mariachis". Dès qu’il touche un peu d’argent,le jeune Dario se paie des leçons de lecture et d’écriture.Un chef d’orchestre américain lui propose de l’engager pour une tournée en Europe et c’est en France qu’il s’arrête.La suite n’est qu’effort et acharnement, travail et humilité pour devenir chanteur d’opérette. Embauché au Châtelet pour "Le Chanteur de Mexico", il se fait connaître enfin du public. Mais ce serait bien vite oublier que Dario Moreno est un artiste complet et qu'il est capable autant de faire rire que d’émouvoir.C’est ce qu’il prouve régulièrement au cinéma, et en 1959 en chanson avec "Tout l’amour".










SCOUBIDOU.

Sacha Distel

Des pommes,des poires...

La carrière de l’auteur américain Lewis Allan semble marquée par les fruits! En effet avec l’un de ses poèmes,"Strange fruit", Billie Holiday, la légendaire chanteuse de jazz, obtient un immense succès en 1939. Ce fruit étrange,c’est bien sûr le corps d’un Noir lynché.La thématique est plus légère quelques années plus tard lorsque Allan compose "Apples peaches and cherry pie". Adapté en français par Maurice Tézé, il devient "Scoubidou",le cri de ralliement de Sacha Distel qui chante : "Des pommes, des poires, et des scoubidous-bidous..."Ce refrain, séduit les fans de Sacha qui en font un best-seller, et qui en profitent pour populariser la mode du scoubidou, un petit objet de fils en plastique tressés qui sert généralement de porte-clés ou de pendentif.

LA VALSE A MILLE TEMPS.

Une succession de galas,des milliers de kilomètres,l’écriture d’une chanson en voiture: la vie de Jacques Brel bascule dans un succès qui doit tout à son talent.

Un créateur libre.

Jacque BrelEn novembre, Jacques Brel est en vedette sur la scène de Bobino.Comme un succès n’arrive jamais seul,il se voit décerner en décembre le Grand Prix de l’Académie du disque. Outre le talent naturel de l’interprète, c’est bien la qualité de son répertoire qui est célébré.Il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil sur la liste des titres composés cette année. On y trouve "La Tendresse", "Seul", mais aussi "Les Flamandes", "La Dame patronnesse", "La Valse à mille temps..." Olivier Todd, le biographe de Jacques Brel, le déclare quelques années plus tard : "Après 1959, quand il écrit, Jacques n’a plus aucun maître en tête, pas même Brassens. Il trouve sa liberté de créateur." Toutefois, le propre de l’artiste est de confronter son talent à l’épreuve de la scène. En la matière, Jacques Brel ne ménage pas sa peine et il part régulièrement en tournée. C’est François Rauber qui l’accompagnait au piano jusqu’à cette année, mais le compositeur souhaite se consacrer à l’écriture et il propose au chanteur de se faire remplacer par un jeune pianiste de talent, Gérard Jouannest. Les débuts de la collaboration se font sous le signe de la méfiance, mais très vite la relation entre les deux hommes se transforme en une complicité exceptionnelle. Le rythme incessant de galas et les milliers de kilomètres parcourus scellent une nouvelle amitié. C’est ainsi que, sur une route du Maroc en direction de Tanger, Jacques Brel commence à fredonner les premières mesures de La Valse à mille temps. À la faveur des virages qui se succèdent, il trouve ce rythme à trois temps qui s’accélère pour finir en apothéose.Il faut à l’interprète une concentration et une diction impeccable pour arriver au bout du refrain endiablé.

LA VIE ORDINAIRE D'UN CHANTEUR.

Jacques Brel est une vedette.Les magazines féminins s'intéressent à son épouse, "Miche". Elle accepte de livrer quelques secrets sur la vie quotidienne du chanteur en 1959. Extrait d'une interview de l’époque :"Comment se distrait-il? - En regardant des émissions sportives à la RTB, en allant à un match de football, en écoutant des disques ou un concert classique, et en passant une soirée à la maison avec des amis. Avez-vous l’impression qu'il s'est réalisé, qu'il a réussi sa vie? Il est en train de se réaliser. On ne peut pas avoir réussi sa vie à 30 ans. Jusqu'à présent,il ne l'a pas ratée."Interview citée dans Olivier Todd, jacques Brel. Une Vie, éditions Robert Laffont.